sylvain

 

définitions

sylvain ​​​ nom masculin

didactique Divinité des forêts dans la mythologie latine.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Sylvain ayant enfin terminé son monologue, et voyant que son malade était endormi, prit le parti de se recoucher.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Cet emploi de sylvain modeste et pieux me convient à merveille.Anatole France (1844-1924)
Tout sylvain, toute dryade ne coûtait pas moins de cent livres par jour.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Sylvain tire, le cochon tire de son côté.George Sand (1804-1876)
Sylvain eut un congé de huit jours au printemps, et il fut très-content de revenir chez lui.Zulma Carraud (1796-1889)
Sylvain, en s'avançant pour mieux voir, trébucha assez lourdement contre un défaut du parquet.Émile Blémont (1839-1927)
Sylvain fait, avec des roches plates et des galets ronds, des siéges et des tables ; il élève des dolmens sans les avoir.George Sand (1804-1876)
Sylvain, notre cocher berrichon, croit qu'on se sert de mots latins et ouvre de grands yeux.George Sand (1804-1876)
Sylvain, l'antichambre dans le chariot, tandis que vous, qui êtes soigneux, vous aurez la chambre à coucher.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Sylvain ouvre enfin les yeux : sont-ils partis, dit-il ?Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Sylvain ne répondit pas, et parut se reprocher d'en avoir trop dit.George Sand (1804-1876)
Sylvain courut ramasser le pauvre petit, pendant que le loup rentrait dans le bois sans se presser.Zulma Carraud (1796-1889)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SYLVAIN » s. m.

Dieu fabuleux de l'Antiquité, qui presidoit aux forests. Quelques-uns l'ont confondu avec Pan. Ils ont creu aussi qu'il y avoit des Faunes, des Sylvains & des Aegipans ou demi-Dieux habitans dans les forests.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020