talon

 

définitions

talon ​​​ nom masculin

Partie postérieure du pied humain, dont la face inférieure touche le sol pendant la marche. Talon et pointe du pied. —  Le talon d'Achille de qqn, son point vulnérable.
Marcher, être sur les talons de qqn, le suivre de tout près. ➙ talonner. —  Tourner les talons, s'en aller, partir, s'enfuir.
Partie (d'un bas, d'une chaussette, etc.) qui enveloppe le talon. Talons renforcés.
Pièce qui rehausse l'arrière d'une chaussure. Talons aiguilles, hauts et fins. —  Des chaussures à talons, à talons hauts.
Reste, dernier morceau (d'un pain, d'un fromage, d'un jambon).
Ce qui reste d'un jeu de cartes après la première distribution. Piocher dans le talon.
Partie non détachable d'un carnet à souches. Le talon d'un chèque.
 

synonymes

talon nom masculin

[Anatomie] calcanéum

[de chéquier] souche

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il arpenta la pièce à petits pas impatients tout en parlant et en pivotant de temps à autre sur un talon, comme si quelque barrière invisible l'avait arrêté.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
L'insecte le piquait au talon ; le papillon l'aveuglait en battant des ailes à ses paupières.Émile Zola (1840-1902)
Frais, dispos, la fièvre éteinte, le talon cicatrisé, j'étais sauvé, guéri, et désormais à l'épreuve.Amédée Delorme (1850-1936)
Plusieurs râlaient encore ; on les acheva en leur enfonçant le talon dans la bouche, ou bien on les poignardait avec la pointe d'un javelot.Gustave Flaubert (1821-1880)
Un des brigands y enfonce son épée et la blesse au talon ; mais elle ne jette pas un cri.Emmanuel Cosquin (1841-1919)
Il y avait une pelure d'orange sous mon talon ; ce dont on s'aperçoit en se penchant vers moi, comme sur un problème.Jules Vallès (1832-1885)
Talon profita adroitement de cette circonstance pour les engager à reconnaître la suprématie du roi et à se mettre sous sa protection.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Elles ont au moins six pouces de long sur cinq de large, non compris le talon.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il empoigna la chaise et d'un coup de talon il en fit une chaise dépaillée.Victor Hugo (1802-1885)
Maurice, lui, souffrait de plus en plus de son pied, dont le talon devait s'être enflammé de nouveau.Émile Zola (1840-1902)
Il n'avait ici-bas absolument pas d'autre point d'appui que la petite quantité de terre où il posait le talon, terre dure et froide à la nudité de ses pieds.Victor Hugo (1802-1885)
Je donne un coup de talon pour avoir un temps de galop, je flatte la bête comme un vieil ami...Jules Vallès (1832-1885)
Il était allé s'adosser à la cheminée, et tour à tour il balançait sa canne, ou en frappait de petits coups secs sur le talon d'une de ses bottines.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Il embrasse, avec ses lèvres, ce front couvert de boue, sur lequel les hommes ont marché avec le talon, plein de poussière !...Comte de Lautréamont (1846-1870)
Elle le regardait, comme la vipère écrasée mais vivante encore, doit regarder l'homme dont le talon lui a brisé les reins.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Et jetant à terre cette boîte d'écaille, il frappa dessus du talon, et la pulvérisa.Pétrus Borel (1809-1859)
L'une des pistes trahissait un pied mignon, coquet, étroit, emprisonné dans d'élégantes bottines, hautes de talon, fines de semelles, cambrées outre mesure.Émile Gaboriau (1832-1873)
Elle se retourne, fait claquer la porte d'un coup de talon, et perd une mule en ex-satin pompadour...Aimery de Comminges (1862-1925)
En disant ces mots, il donne un coup de talon à son cheval et s'en va.Pauline Guizot (1773-1827)
Tenez, monsieur, ce que j'ai à la tête, comme on dit, je ne l'ai pas au talon.Denis Diderot (1713-1784)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TALON » s. m.

Le derriere du pied. En hiver on est sujet à avoir les mules aux talons : ce sont des engeleures fort dangereuses. Euridice fut morduë par un serpent au talon. Ce mot vient du Latin talus.
 
TALON, en termes de Manege, se dit de l'esperon dont on arme les talons d'un cavalier ; & on dit qu'un cheval entend les talons, connoist les talons, obeït, respond aux talons, qu'il est bien dans les talons, pour dire, qu'il est sensible à l'esperon, & qu'il y obeït, qu'il les craint ; & on dit promener un cheval dans la main, & dans les talons, pour dire, le gouverner avec la bride & l'esperon. On dit aussi, Porter un cheval d'un talon sur l'autre, pour dire, luy faire faire tantost le talon droit, & tantost le gauche dans un même manege.
 
TALON, se dit aussi des animaux. Au cheval, c'est la partie de derriere du bas du pied opposée à la pince. Ce cheval a les talons serrez, il est bas de talon, haut de talon, relevé de talon.
 
TALON, se dit aussi de la partie de la chaussure qui couvre le talon, ou qui la releve. Il faut mettre des coins, des semelles, des talons à ce bas de soye. Ces souliers sont trop hauts, ou trop bas de talon. On fait tantost des talons de cuir, tantost de bois.
 
TALON, en termes d'Architecture, est une espece d'astragale, ou de moulure composée d'un filet quarré, & d'une cimaise droite, qui termine souvent les menuiseries où on fait des ornements, comme celle des portes. On l'appelle autrement cimaise droite & renversée.
 
On appelle aussi le talon d'un pesne de serrure, son extremité qui est dans la serrure vers le ressort.
 
TALON, se dit figurément en parlant de ce qui suit de prés. Voilà un importun solliciteur, que j'ay toûjours sur mes talons. Cette cadette marche sur les talons de l'aisnée, elle la suit de prés. Nous avons eu toûjours les ennemis sur les talons, à nos trousses, qui nous poursuivoient.
 
TALON, en termes de Marine, signifie le bout du gouvernail qui trempe dans l'eau. C'est aussi l'extremité de la quille du costé qu'elle s'assemble à l'estambord.
 
TALON, signifie aussi le bout d'enbas d'une pique. On le dit aussi du bout trenchant du rasoir.
 
TALON, dans le jeu des cartes, est le paquet qui reste sur le tapis, quand on en a donné ce qu'il en faut aux joüeurs. A la Beste, à la Triomphe, on retourne la carte de dessus le talon, il est deffendu de voir le dessous du talon. On dit aussi, qu'on a fait le talon, quand on a gagné les dernieres levées : ce qui est un avantage en plusieurs jeux.
 
On a appellé aussi dans le ménage le talon du pain, la crouste la plus tendre qui est sur les costez. Je ne puis manger de la croute du dessus, ni du dessous, il me faut du talon.
 
TALON, se dit proverbialement en ces phrases. On dit qu'un homme jouë de l'espée à deux talons, que la peur luy a mis des aisles aux talons, pour dire, qu'il s'ensuit. On dit à ceux qu'on veut chasser, Allez, monstrez moy les talons. On dit qu'une personne avoit l'esprit aux talons, quand il a fait quelque faute par bestise. On dit aussi, qu'une femme a les talons courts, pour dire, qu'elle ne resiste pas volontiers à ceux qui la poursuivent.
Le mot du jour Fenêtre Fenêtre

Une pièce aveugle est une chambre sans fenêtre. À en croire ces mots, une fenêtre serait donc un œil ouvert sur le monde.

Aurore Vincenti 21/04/2020