tournois

 

définitions

tournois ​​​ adjectif invariable

anciennement Se disait de la monnaie frappée à Tours, devenue par la suite monnaie royale. Denier tournois et denier parisis.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ce prince, tourmenté de la goutte, ne pouvait prendre part aux joutes, tournois et autres exercices de corps.Antoine Dumesnil (1805-1891)
Les acteurs étaient habillés de riches étoffes qui n'avaient pas coûté moins de cinquante livres tournois.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il faut douze deniers pour faire un sou tournois, vingt sous pour faire une livre...Paul Féval (1816-1887)
Déjà, dans ce champ clos, il s'était donné plusieurs fois des joûtes et des tournois comme on le voit par les comptes municipaux.Ulysse Chevalier (1804-1893)
Expéditions, guerres, emprunts, fêtes, tournois, mariages, festins, il veut tout raconter, tout mettre sous les yeux.Louis Maigron (1866-1954)
Joinville n'avait plus que douze vingts livres tournois d'or : cependant il fallait faire subsister ses dix chevaliers ; plusieurs menaçaient de le quitter.Richard de Bury (1730?-1794?)
L'invasion des mœurs anglaises, qui date de cette époque, avait mis à la mode ces tournois de la bouteille.Paul Féval (1816-1887)
Les tournois à la française étaient complètement délaissés et, du grand seigneur au modeste gentilhomme, chacun tenait à honneur de descendre dans l'arène combattre le taureau.Michel Zévaco (1860-1918)
Plus tard, il devient écuyer (armiger) et à ce titre est attaché au service personnel d'un chevalier, qu'il accompagne à la chasse, dans les tournois, à la guerre.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Ce goût des tournois allait jusqu'à la frénésie dans les mœurs des nobles dames et damoiselles.Jean-Baptiste Capefigue (1801-1872)
Elle figure dans les ballets, elle assiste aux tournois ; ou, bien, à cheval, la plume au vent, elle escorte avec ses compagnes la litière d'une royale voyageuse.Clarisse Bader (1840-1902)
Chaque écu valant douze livres de vingt sols royaux, à douze deniers tournois le sol (s'il n'est rogné).Paul Féval (1816-1887)
En le voyant toujours à la tête de la chasse et vainqueur à la joute et aux tournois, il fut proclamé le grand prince, et l'homme des hommes.Alfred Tennyson (1809-1892), traduction Francisque Michel (1809-1887)
L'équitation, la chasse, les joutes et les tournois faisaient ses délices, autant que la philosophie, la littérature et la poésie.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Il dit lui-même qu'il n'avait renoncé à l'autre escrime, à celle des tournois, que par amour pour les combats de la parole.Jules Michelet (1798-1874)
Ces livres lui furent comptés pour une somme de 2500 livres tournois dans la succession de celui-ci.Albert Cim (1845-1924)
Ces étoffes se vendent trois schellings et demi l'aune, monnoie du pays, ce qui fait à peu-près quarante-cinq sous tournois.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Jean Henri Castéra (1749-1838)
Tous ces tournois, toutes ces fêtes, ces entrées de rois et de reines, ces festins plantureux, il est visible que tout cela l'enchante.Louis Maigron (1866-1954)
Que les potentats se fassent la guerre, c'est leur droit, mais au moins devraient-ils mettre dans leurs luttes la courtoisie et la hauteur d'âme qui conviennent à ces grands tournois.Albert Vandal (1853-1910)
Item, sur toutes femmes qui viennent en la cité, qui sont de l'ordonnance, pour la première fois : deux sols tournois.Paul Lacroix (1806-1884)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TOURNOIS » s. m.

Petite monnoye valant un denier. Un double tournois, c'est deux deniers. Cet homme n'a pas vaillant un tournois, c'est à dire, Il n'a rien du tout.
 
TOURNOIS, est aujourd'huy une designation d'une somme qui est opposée à parisis. Cent livres tournois, c'est cent livres justes en quelques monnoyes que ce soit ; & 100. livres parisis, c'est 125. livres, c'est à dire, avec l'augmentation du quart en sus. Cette difference vient de celle qui étoit autrefois entre les monnoyes de Tours & de Paris. Menage rapporte qu'il y avoit autresfois des gros tournois, & d'autres parisis, dont la difference étoit le nombre des fleurs de lis autour de leur legende. Les tournois en avoient douze, & les parisis quinze. Ce mot ne sert plus que pour oster l'equivoque du mot de livres, afin qu'on ne prenne pas pour un poids, ce qui n'est qu'une monnoye ; car on ne dit pas cent francs tournois, mais cent livres tournois. Ce qui fournit occasion de dire, que la marque que l'on met encore aujourd'huy dans les lettres de change pour signifier écu en cette sorte { symbole du triangle renversé}, vient de ce qu'anciennement on comptoit par écu, & peu par livre : & comme on ne mettoit qu'un e pour signifier écu, & qu'on l'écrivoit ainsi {symbole du triangle avec d'un demi triangle retourné} en Gothique, de là est venu par corruption de figure, qu'on met un { symbole du triangle renversé} triangle, comme S. pour sols, & d. pour denier. Mais le commerce à retranché ces dernieres figures, à cause de la confusion qu'elles apportoient dans les comptes. On se sert de tb {symbole tb acroché l'un dans l'autre}, c'est un l. & un b, pour dire libra, livre, & souvent de ces marques = { symbole = en oblique} :.. _ E.
Déjouez les pièges ! « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? » « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? »

Un doute sur l'accord du verbe avec un sujet collectif ? Suivez le guide !

10/06/2020