trope

 

définitions

trope ​​​ nom masculin

didactique Figure de rhétorique par laquelle un mot ou une expression sont détournés de leur sens propre. La métaphore, la métonymie sont des tropes.

-trope, -tropie, -tropisme élément

Éléments qui signifient « qui se tourne vers » (ex. héliotrope).
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais il ne faut pas perdre de vue que c'est là un trope qui attribue aux choses mêmes la valeur des services dont elles sont l'occasion.Frédéric Bastiat (1801-1850)
L'un et l'autre cas nécessitèrent l'emploi du symbole ou du trope graphique.François Lenormant (1837-1883)
Fallait-il regarder ce titre comme un trope ou comme une réalité ?Émile Souvestre (1806-1854)
Comment ce trope abusif s'est-il introduit dans la rhétorique des monopoleurs ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Mais, puisque vous êtes si aimable vous en accepterez au moins un... je l'ai en trope !Jean Aicard (1848-1921)
Le symbole, le trope graphique est proprement le mot de cette langue écrite qui, primitivement, lorsqu'elle ne peignait encore que des idées, était absolument indépendante de la langue parlée.François Lenormant (1837-1883)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TROPE » s. m.

Terme de Rhetorique, qui signifie autrement figure. Ce mot ne se dit que dans l'Escole. C'est une elocution par laquelle la propre & la naturelle signification d'un mot est changée en une autre. Ce mot vient du Grec tropos, qui signifie mutation, changement. Quand il est trop hardy, on l'appelle hyperbole. Quand il est continué, on le nomme allegorie. Quand il est trop obscur, on le nomme enigme. Et quand il est choquant, ou tiré de loin, on l'appelle catachrese, c'est à dire abusion.
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020