venin

 

définitions

venin ​​​ nom masculin

Substance toxique sécrétée par certains animaux, et qu'ils injectent par piqûre ou morsure. Crochets à venin d'un serpent. —  Substance végétale toxique.
au figuré Animosité, méchanceté perfide. ➙ fiel. locution Cracher son venin : dire des méchancetés dans un accès de colère.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Malgré les remontrances paternelles, malgré les anathèmes du principal et des professeurs de sixième, le mal gagna rapidement, et une grande partie de la jeunesse fut infectée du venin mortel.George Sand (1804-1876)
Le venin de l'affreuse épidémie qui coulait dans ses veines lui ôtait ses forces, et au bout de trois pas il retomba sur le sable en donnant de la tête.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Il y a dans ce caractère un venin d'envie, un ragoût d'hypocrisie et de cruauté.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
En me baissant, je reconnus son portefeuille, un gros portefeuille luisant, à coins cassés, qui ne le quitte jamais et qu'il appelle en riant sa poche à venin.Alphonse Daudet (1840-1897)
Que l'on juge de l'effet de ce venin en janvier 1800, quand il était appliqué sur des organes tout neufs et dont l'extrême attention n'en laissait pas perdre une goutte.Stendhal (1783-1842)
C'est comme le serpent qui tout d'un coup se déroule, s'étend et déploie sa force et son venin.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Mais ce fut en vain qu'il distilla le venin de la calomnie, pour m'aliéner l'affection des vassaux bretons ; mes principes étaient trop bien connus.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Au reste, celui qui a été une fois infecté de ce venin n'en guérit jamais.Victor Cousin (1792-1867)
Cette opposition, honteuse et tracassière, s'éteindra prochainement, on le doit espérer, dans son propre venin.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
C'était en effet plus que n'en pouvait supporter cette âme déjà gonflée de venin et ulcérée d'avarice.Émile Souvestre (1806-1854)
Le serpent avec un sifflement horrible se jeta sur lui en lui lançant son venin ; le pauvre homme l'esquiva avec terreur.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Ici la terre ne porte pour fruit que du poison ; l'air qu'on y respire est empesté ; les hommes contagieux ne se parlent que pour se communiquer un venin mortel.François de Fénelon (1651-1715)
L'horreur du cachot est assez profonde sans vous ; il s'y rencontre assez de reptiles non moins malfaisans, bien que leur venin soit moins lâche.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Et si elle produit de fâcheux effets, suis-je plus coupable que la vipère ne l'est du venin que lui a donné la nature ?Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
L'amitié est un beau fruit dont le noyau contient la haine : une piqûre à la surface, et le venin perle et se répand.René Boylesve (1867-1926)
En définitive, on ne me persuadera jamais que ce soit un mal de jeter à la vipère le lambeau d'étoffe sur lequel doit s'épuiser son venin.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Votre cœur s'est ouvert malgré vous, et vos oreilles ont reçu le venin de la séduction.George Sand (1804-1876)
Les gherendés sont en grand nombre, mais sans venin, et ne font la guerre qu'aux œufs des petits oiseaux.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Les médecins vinrent en nombre, mais nul ne sut le guérir du venin, car ils ne le découvrirent même pas.Joseph Bédier (1864-1938)
Puis quelques plantes tigrées ont été employées pour cette seule raison, contre le venin des serpents.Alphonse Karr (1808-1890)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VENIM, ou VENIN » s. m.

Qualité maligne qui est en quelques animaux, qui est dangereuse aux autres, qui les tuë. L'Escriture & Hippocrate disent que le venim des aspics ne se peut guerir. Charras a montré par plusieurs experiences, que le venin des viperes consiste dans leurs esprits animez, qui coagulent le sang, & en empeschent la circulation : ce qui cause la mort. On dit aussi, que la rage est un certain venin qui se fermente insensiblement pendant un certain temps.
 
Le venim, selon l'opinion du Conciliateur dans son Traitté des venims, se dit aussi de tout ce qui est pris dans le corps, dont les proprietés sont contraires à la nutrition ; & il soustient, que comme la viande se convertit en sang, & rend ses parties semblables aux membres pour reparer ce qui s'en consume tous les jours ; le venin au contraire transmuë le corps & les membres qu'il touche en une substance corrompuë, & la convertit en sa nature venimeuse. En ce sens tous les poisons sont compris sous le nom de venim, quoy que les autres les distinguent. La plus-part des venins qui sont dangereux exterieurement, ne nuisent pas étant avalez ; car plusieurs asseurent que des gens ont avalé des araignées, & mangé des crapaux, sans en estre incommodez. Benjamin Charlius a fait un Traitté Latin de la nature des venins, intitulé Toxicologia.
 
VENIM, se dit figurément en choses morales, des discours de medisance, des haines qu'on garde dans le coeur, qui sont causes qu'on fait à son ennemy tout le mal qu'on luy peut faire. Il n'a pas pardonné sincerement cette offense, il luy est encore resté du venim sur le coeur. Cet homme-là s'est vengé de son ennemy en luy disant mille injures, il a jetté tout son venin. Des Auteurs qui escrivent les uns contre les autres jettent tout leur venin sur du papier.
 
VENIM, se dit aussi des doctrines, des maximes dangereuses qui sont cachées dans un livre, dans un discours. Les livres des Heretiques sont remplis de belle Morale en apparence, mais il y a un certain venim dangereux caché dessous.
 
VENIM, se dit prov. en ces phrases. Morte la beste, mort le venim, pour dire, qu'un ennemy mort ne fait plus de mal ; car en effet au propre, les bestes n'ont plus de venim, quand elles sont mortes, à la reserve de quelques-unes, comme celle de l'areste de la vive. On dit aussi, A la queuë est le venim, par allusion au scorpion qui pique avec sa queuë, pour dire, que c'est à la fin des affaires qu'on connoist si elles sont bonnes, ou mauvaises.
Le mot du jour Reprise Reprise

En français, le préfixe re-, ré-, r- est issu du latin re-, red- qui marque un retour à un état antérieur, une répétition ou un mouvement en sens contraire qui déconstruit tout ce qui a été établi.

Aurore Vincenti 11/05/2020