verbiage

 

définitions

verbiage ​​​ nom masculin

péjoratif Abondance de paroles, de mots vides de sens ou qui disent peu de chose. ➙ bavardage.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
C'est une déclamation ampoulée, un amas informe de phrases ridiculement figurées ; il n'y a pas moyen de publier un verbiage aussi indécent.Jean-François Marmontel (1723-1799)
Pardonnez-moi, cher ami, ce verbiage qui n'est peut-être que du pathos et du galimatias ; car ma pauvre tête subit le contre-coup de mes tristesses de cœur.Edmond Biré (1829-1907)
Elles seront donc le sujet d'une nouvelle lettre, et me serviront de prétexte pour ennuyer quelque autre que vous de mon infatigable verbiage.Hector Berlioz (1803-1869)
Tout cela est accompagné de circonstances et de peintures très bien inventées, allant vivement au fait, sans le moindre germe du verbiage moderne.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
Dans tout le verbiage contenu dans la montagne de documents rédigés à ce sujet, l'on peut glaner quelques défis à relever à présent de toute urgence.Europarl
Ou se laisse entraîner et éblouir par des discours ronflants, des déclamations pompeuses et un verbiage sonore, mais dépourvu d'idées et de sentiments.Ossip Lourié (1868-1955)
A nos postes, camarades, et puisse cette nuit être la dernière de verbiage : que n'y sommes-nous déjà !George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
C'est une erreur tragique qui ne s'amendera pas par le verbiage du rapport, dont fait partie un néologisme du nom d'économie sociale de marché.Europarl
Bien entendu, ce sommet a été présenté dans les médias comme une réussite, alors qu'en réalité, nous n'avons obtenu que du verbiage.Europarl
J'en ai assez de ce verbiage, de ce besoin permanent de faire des déclarations ; lorsque nous devons adopter une chose, nous sommes ailleurs, comme au match de football suivant.Europarl
En un pareil moment, dans cette tête qu'ont entièrement vidée les événements qui se sont précipités, c'est ce verbiage professionnel, creux, stupide, qui revient et qui revient seul.Georges Darien (1862-1921)
Laissez donc là, croyez-moi, votre verbiage, et travaillez comme nous, ou je vous préviens que vous finirez par n'avoir que des sons et du vent en échange de vos paroles.Jean-Baptiste Mosneron de Launay (1738-1830)
Avertie la laissait parler d'abondance, la sentant humble et craintive, malgré son verbiage ; elle la regardait goguenarde.Aimery de Comminges (1862-1925)
La médiocrité, l'envie, le verbiage, l'émulation de popularité des favoris du peuple, remplacèrent la majesté grandiose des orateurs politiques et des philosophes.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Lorsqu'elle eût compris que tout ce verbiage ne signifiait qu'une seule chose : déposer contre son père !Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Certes, mais au fond ce n’est que du verbiage, et rien n’a changé !Europarl
Et bien, j'aurai, moi, cet honneur de vous prouver le contraire, et, sans plus de verbiage, regardez !...Louis Mullem (1836-1908)
Il couronna son verbiage par des cabrioles extravagantes et une kyrielle d'aboiements qui durent mettre en émoi tout le gibier de la forêt.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Maintenant que vous êtes éclairée sur votre situation présente, je ne vous fatiguerai pas par un long verbiage.Ernest Capendu (1826-1868)
C'est du verbiage et c'est pour cette raison qu'il n'a pas été mis aux voix.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VERBIAGE » s. m.

Longue suite de paroles qui ne disent rien de solide, qui ne concluent rien. On le dit aussi des paroles superfluës. Ce livre n'est que du verbiage, est trop remply de verbiage.
Le mot du jour Panacée Panacée

On la croit capable de tout résoudre, elle, la déesse Panakeia, herboriste et guérisseuse. La panacée, fidèle à son origine grecque, est remède (akos) universel (pan-) :  une plante imaginaire qui guérissait de tous les maux. Pour les druides, le gui était une panacée ! 

Aurore Vincenti 18/04/2020