affaissement

 

définitions

affaissement ​​​ nom masculin

Fait de s'affaisser, état de ce qui est affaissé. ➙ effondrement, tassement. Affaissement de terrain.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La jeune femme, dont l'affaissement commençait à se dissiper, apprit alors de quelle manière elle avait été enlevée à l'improviste par trois hommes rencontrés près du petit sentier.Émile Souvestre (1806-1854)
Il constata avec satisfaction l'irritation de la jeune fille, la considérant comme le meilleur des stimulants pour la sortir de l'affaissement qui s'emparait d'elle un instant auparavant.Jean de la Brète (1858-1945)
Ce que je trouve pire, et dont je ne puis me délivrer, est l'affaissement progressif de mes esprits sans cause suffisante.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Ce devait être le résultat d'un affaissement de la terre du talus détrempée par la pluie des jours précédents.Eugène Chavette (1827-1902)
Il y avait dans toute sa personne un air d'affaissement extrême qui m'émut jusqu'à la compassion, quoiqu'elle m'eût fait plus de mal que je ne pouvais dire.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Pendant combien de temps dura cette demi-inconscience, cet affaissement de l'âme et du corps, cette insouciance absolue de ce qui se passait dans le monde physique ?....Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
Il est d'une faiblesse et d'un affaissement qui tiennent de la décrépitude et qui sont tels qu'il peut à peine faire quelques tours de promenade.Gaston Maugras (1850-1927)
En se relevant, elle remarqua que le trou qui l'avait fait choir était d'une grande profondeur, et que le sol à l'entour portait les traces d'un affaissement général.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Je tombe au milieu de ce monde commissionnant, rangé autour d'une table verte, sous laquelle mon ami disparaît presque dans l'affaissement de son corps.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Sa cime, façonnée en cône régulier par les dépôts des éruptions successives, affectait la forme ordinaire des montagnes volcaniques, lorsqu'elle n'est point altérée par l'affaissement intérieur du cratère.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Quant aux bras, on eût dit des os enroulés de grosses cordes et recouverts de parchemin tanné, tant l'affaissement musculaire donnait de relief à l'ossature et aux veines.Eugène Sue (1804-1857)
Elle sentait tout cela vaguement à une certaine désillusion, à un affaissement de ses rêves.Guy de Maupassant (1850-1893)
Puis il se laissa tomber sur un banc de bois, dans la pâleur et l'affaissement d'un mourant.Honoré de Balzac (1799-1850)
Est-il vrai qu'il y ait pénurie d'hommes, disette de génie, affaissement du ressort, abaissement du niveau ?Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Des plaques vertes sur les murs et l'affaissement d'un des côtés de la maison témoignaient des effets que produisait sa position dans un endroit humide, au voisinage des marais.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Sur tous les points du pays, on constate l'affaissement physiologique des ouvriers et des ouvrières, ce qui les rend moins résistants à la fatigue et diminue leur production.Jean Massart (1865-1925)
A la période d'affaissement que nous avons tâché de décrire en cet ouvrage, succédait un époque de renaissance et de prospérité.Joseph Marmette (1844-1895)
Cette commotion physique, jointe aux émotions affreuses de son âme, avait achevé de le plonger dans un affaissement qui ressemblait à l'imbécilité.George Sand (1804-1876)
Mais mon but n'est pas de m'arrêter d'une manière spéciale sur la période de progrès qui allait succéder à un état d'affaissement si prolongé.Joseph Marmette (1844-1895)
Une fois l'élève à cheval, l'instructeur examinera sa position naturelle, afin d'exercer plus fréquemment les parties qui ont de la tendance à l'affaissement ou à la roideur.François Baucher (1796-1873)
Afficher toutRéduire
Vidéos Épivarder, par Alain Rey Épivarder, par Alain Rey

Saviez-vous que le verbe épivarder, couramment utilisé au Québec, était employé au XVIIe siècle dans les provinces de l'ouest de la France ? Écoutez Alain Rey nous raconter l'histoire de ce mot, témoin du lien profond entre le français québécois et le français de France.

Alain Rey 16/09/2020