antipode

définitions

antipode ​​​ nom masculin

Lieu de la Terre diamétralement opposé à un autre. La Nouvelle-Zélande est l'antipode de la France. —  locution, au figuré Aux antipodes, très loin.
littéraire Chose exactement opposée. Aux antipodes de : à l'opposé de.

synonymes

antipode nom masculin

opposé

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La comtesse avait, à la longue, poétisé, pour ainsi dire, ce qui est l'antipode de la poésie, une fabrique.Honoré de Balzac (1799-1850)
L'imprévu produit par la sensibilité est l'horreur des grandes dames ; c'est l'antipode des convenances.Stendhal (1783-1842)
La laideur n'est-elle pas, comme la vieillesse, l'antipode de l'amour ?Alfred Assollant (1827-1886)
Le réalisme devrait être défini l'antipode de l'art.Eugène Delacroix (1798-1863)
Dénouement, je conclus qu'un gourmand est l'antipode d'un avare, un économe même est l'antipode de notre ami.Émile Zola (1840-1902)
Quelle existence à l'antipode de celle que nous quittions !Jules Massenet (1842-1912)
On aurait alors représenté le même sujet dans deux sphères différentes, une fois pour le peuple et une fois pour l'antipode du peuple, l'homme théorique.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Cette fillette devenait chaque jour plus belle ; mais le genre de sa beauté et son caractère en faisaient bien l'antipode de sa mère.George Sand (1804-1876)
Ainsi, nous arrivons toujours à cette conclusion, que les sophismes protectionistes ne s'écartent pas seulement du vrai, mais sont le contraire, l'antipode de la vérité.Frédéric Bastiat (1801-1850)
C'est une erreur – la vérité est à l'exact antipode.Europarl
Il connaissait de réputation cette nature franche et honnête, antipode de la sienne.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Horace semblait l'antipode volontaire et raisonné de ce caractère.George Sand (1804-1876)
Je lui dis que la flou était le groupe des cinq dents blanches de l'oursin, et que le pécou était l'antipode de la bouche.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
C'était l'antipode de sa manière de sentir les rapports humains.George Sand (1804-1876)
A chaque sommet correspond comme antipode un autre sommet, au centre de chaque face le centre d'une autre face.Pierre Puiseux (1855-1928)
Leur concentration, leur convergence sera donc rarement parfaite à l'antipode de l'étoile réelle.Charles Nordmann (1881-1940)
Qu'on ne vienne pas dire que le radicalisme, c'est l'exagération du libéralisme ; non, c'en est l'antipode, c'est l'extrême opposé ; le radicalisme n'est que l'exagération du despotisme, rien autre chose !Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ANTIPODE » subst. masc.

Terme relatif, qui se dit d'un habitant d'un lieu de la terre diametralement opposé à celuy d'un autre habitant. Plusieurs Anciens, & entre autres Lactance & St. Augustin, se sont moqués de ceux qui croyoient les Antipodes. Virgilius Evêque de Salsbourg fut declaré Heretique par Boniface VIII. Archevêque de Mayence, & Legat du Pape Zacharie, parce qu'il enseignoit qu'il y avoit des Antipodes ; & son jugement fut confirmé par le Pape Zacharie, à ce qu'escrit Aventin Auteur Allemand, sur le fondement de ce qu'avoit escrit St. Augustin. Ce mot vient de anti, & pous, pied.
 
On dit figurément d'un homme qui a des sentiments directement opposés à la raison, que c'est l'antipode du bon sens.
 
On dit aussi en proverbe, qu'on voudroit qu'un homme fust aux Antipodes, pour dire, qu'il fust bien loing.