Email catcher

appartenir

Définition

Définition de appartenir ​​​ verbe transitif indirect

Appartenir à
Être à (qqn) en vertu d'un droit, d'un titre.
(personnes) Être entièrement soumis à (qqn). Il lui appartenait corps et âme. pronominal S'appartenir : être libre, ne dépendre que de soi-même.
Être propre à (qqn). Pour des raisons qui m'appartiennent… impersonnel Il appartient aux parents d'élever leurs enfants, c'est leur rôle.
Faire partie de (qqch.). Appartenir à un milieu défavorisé. Cette question appartient à la philosophie, en relève. Mathématiques Élément qui appartient à un ensemble (➙ appartenance).

Conjugaison

Conjugaison du verbe appartenir

actif

indicatif
présent

j'appartiens

tu appartiens

il appartient / elle appartient

nous appartenons

vous appartenez

ils appartiennent / elles appartiennent

imparfait

j'appartenais

tu appartenais

il appartenait / elle appartenait

nous appartenions

vous apparteniez

ils appartenaient / elles appartenaient

passé simple

j'appartins

tu appartins

il appartint / elle appartint

nous appartînmes

vous appartîntes

ils appartinrent / elles appartinrent

futur simple

j'appartiendrai

tu appartiendras

il appartiendra / elle appartiendra

nous appartiendrons

vous appartiendrez

ils appartiendront / elles appartiendront

Synonymes

Synonymes de s'appartenir verbe pronominal

être libre (de soi), être maître de soi, ne dépendre de personne

Exemples

Phrases avec le mot appartenir

Dans le second cas, elles continuent d'appartenir à leurs propriétaires.Ouest-France, Charles LEMERCIER, 20/08/2018
Ce dernier s'est avéré appartenir à une pierre sculptée de 31,5 centimètres de long et 16 cm de large.Géo, 30/06/2021, « Angleterre : une pierre sculptée montrant un cavalier armé découverte… »
Il n'existe pas par exemple de verbe autour du concept de propriété comme appartenir, voler, acheter ou vendre.Ouest-France, 14/02/2018
La posséder, l'exhiber, c'est être au sommet de la société, appartenir au camp des vainqueurs.Ça m'intéresse, 04/09/2019, « Quand l'apparence devient une dictature »
Des tessons, réalisés grâce à un coquillage, le cardium, qui pourraient donc appartenir à ceux qui ont vécu dans cette fameuse forêt sous-marine.Ouest-France, Sacha MARTINEZ, 11/03/2020
Ces deux entités – massifs vert chlorophylle d'un côté, collines dorées de l'autre – pourraient appartenir à deux continents distincts.Géo, 21/08/2018, « Kazakhstan : une palette de paysages fascinants »
Les paysages sont féeriques, à moitié lunaires, un paysage dans lequel les arbres sont recouverts de neige et donnent l'impression d'appartenir à un autre monde.Ouest-France, 12/02/2021
L'approvisionnement en eau doit appartenir au secteur public et le rester.Europarl
Partir en voyage à l'autre bout du monde semble appartenir au passé.Capital, 12/02/2021, « Le surprenant classement des lignes aériennes les plus empruntées au… »
Cette folie-là relève de la satire avant d'appartenir à l'hôpital.Études Germaniques, 2012, Guillaume Métayer (Cairn.info)
Cette modalité nécessitait un respect des horaires qui a certainement participé à la création du sentiment d'appartenir à un collectif.Pensée plurielle, 2019, Claire de Saint Martin (Cairn.info)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de APPARTENANT, ANTE adject.

Qui est à quelqu'un ou en proprieté, ou en jouïssance, ou en legitime pretention. Les biens appartenants à l'Eglise, à la Couronne, sont inalienables. ce laquais est appartenant à un tel, il porte ses livrées. ce pré est appartenant à une telle Seigneurie, il en depend. ce probleme est appartenant à la Geometrie. ce droit est appartenant à une telle charge.

Définition ancienne de APPARTENIR v. n.

Avoir droit à quelque chose, soit qu'on en ait la jouïssance, soit qu'on la pretende legitimement. La justice est une vertu qui rend à chacun ce qui luy appartient. cette terre appartient au Roy. les dismes appartiennent à l'Eglise. le droit de vie & de mort n'appartient qu'au Souverain. les droits honorifiques appartiennent au Patron, au Seigneur Haut Justicier. cette terre m'appartient par achat, par donation, par succession. les Tyrans usurpent les biens qui appartiennent à autruy.
 
On dit aussi, qu'une chose appartient à quelqu'un en usufruit, quand il en a la jouïssance ; qu'elle luy appartient en propre, quand il en a le fonds ; qu'elle luy appartient en Seigneurie, quand il en a la mouvance, la directe, & non pas le domeine utile.
 
APPARTENIR, signifie aussi, Avoir de la dependance, de la connexité, de la liaison ; & se dit tant des choses corporelles que des spirituelles. Ce Seigneur est bienfaisant, il fait la fortune de tous les gens qui luy appartiennent. cet homme est pauvre, mais il appartient à de Grands Seigneurs, il est leur proche parent, il a l'honneur d'appartenir à des gens tres-qualifiés.
 
On dit dans les sciences, Le corps naturel appartient à la Physique, l'argumentation à la Logique, la construction des mots à la Grammaire, pour dire, que ces choses sont de leur connoissance. Au Palais on dit, que la connoissance d'une affaire appartient à un Juge, quand elle est de sa jurisdiction. Les causes des Clercs appartiennent aux Juges d'Eglise, celles des Laïques aux Juges seculiers, celles des vagabonds aux Prevosts des Mareschaux.
 
APPARTENIR, se dit aussi des manieres qui conviennent à chacun. Il n'appartient pas à tout le monde de juger des affaires d'Estat. il ne nous appartient pas de penetrer dans les secrets de la Providence. il n'appartient qu'aux belles d'estre fieres. les Juges renvoyent souvent les parties pour se pourvoir ainsi qu'il appartiendra par raison. on a chastié cet enfant comme il appartenoit. il n'appartient qu'aux ignorans de vouloir toûjours parler. cet homme est extravagant, il a des façons de faire qui n'appartiennent qu'à luy.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Drôles d'expressions Être de bon, de mauvais augure Être de bon, de mauvais augure

Quand on dit d’un signe favorable ou défavorable qu’il est de bon ou de mauvais augure, on comprend que augure est synonyme de présage. Mais on...

Alain Rey 25/10/2022