Email catcher

babil

définitions

babil ​​​ nom masculin

littéraire Babillage.
Bruit rappelant une voix qui babille.

synonymes

babil nom masculin

babillage, babillement, gazouillis, lallation

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle fait entendre incessamment son petit babil et trahit parfois des mouvements d'une regrettable indépendance.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
Les deux défauts qui semblent l'emporter sur les autres sont donc, chère enfant, le babil et l'impatience.Dorothée de Dino (1793-1862)
Voyez les ménages sans enfants : leur tristesse fait songer aux nids abandonnés, qui ne connaîtront jamais le babil et la chaleur des jeunes couvées.Charles Turgeon (1855-1934)
Le babil de ce cher enfant était un véritable enchantement.Edmond Biré (1829-1907)
Bien qu'habituée à l'étourdi babil de sa tante, elle demeura cette fois sous le coup d'une appréhension singulière.Marie d'Agoult (1805-1876)
Je jugeai opportun de m'y prêter de bonne grâce et l'éloge de cet intrigant défraya le babil des deux premiers services.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Il se jeta dans mes bras, et je le portai jusqu'en haut en excitant son babil.George Sand (1804-1876)
Le babil, souvent coupé, mais jamais disputé, passoit en riant d'une bouche à l'autre.Jean-Baptiste Mosneron de Launay (1738-1830)
Elle petille d'esprit, de moqueries, de malices ; ce sont de jolies colères, des bouderies feintes, des éclats de rire, un babil étourdissant, de charmants caprices.Hippolyte Taine (1828-1893)
Ce que quelques-uns appellent babil est proprement une intempérance de langue qui ne permet pas à un homme de se taire.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Elle continua sur ce ton, et, en très-peu d'instants, je fus obsédé et presque attristé de son babil fantastique et mutin.George Sand (1804-1876)
Les dents poussaient, et avec elles commençait ce premier babil si charmant à entendre.Louis Reybaud (1799-1879)
Elle lui parlait en l'empaquetant, et c'était un tendre babil de conseils sans fin.Paul Bourget (1852-1935)
Il s'était introduit, je ne sais à quel titre, chez la princesse, et l'amusait par son babil caustique et médisant.George Sand (1804-1876)
Il y a des sanglots, dans ton babil d'innocente.Émile Zola (1840-1902)
Le babil de l'hôte acheva de lui faire perdre patience.Paul Scarron (1610-1660)
On peut se laisser bercer par le chant de ces oiseaux, mais aussi apprendre à distinguer ces gazouillis, pépiements et autres babils !Ouest-France, Lucie DERHUYS, 30/03/2016
Elle oublia la jalousie de son mari et goûta sans contrainte les charmes du babil de son compagnon.Pamphile Le May (1837-1918)
Elle avait assez d'esprit pour le babil ; son intelligence pour le raisonnement était nulle.George Sand (1804-1876)
La plume appelle la plume, et les amours-propres intéressés ont beaucoup de babil.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BABIL » s. m.

Abondance de paroles sur des choses de neant ou superfluës ; un parler continuel & importun. Les femmes & les vieillards ont toûjours trop de babil. Nicod derive ce mot de Babel, où se fit la confusion des Langues. Menage veut qu'il vienne de bambinare, qui a été fait de bambino Italien diminutif de bambo, lequel est derivé du Syriaque babion, qui signifie enfant, d'où on a fait aussi babiole & bimbelots, signifiant des poupées.
Le français des régions Millard ou flognarde ? Millard ou flognarde ?

Le millard – aussi orthographié milliard ou milhard – est une spécialité sucrée auvergnate qui consiste en une préparation à base de pâte à crêpes...

Mathieu Avanzi et Jean Mathat-Christol 28/10/2021