babil

 

définitions

babil ​​​ nom masculin

littéraire Babillage.
Bruit rappelant une voix qui babille.
 

synonymes

babil nom masculin

babillage

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elles ont des mouvements d'abandon, de petites colères, de jolis mots d'amitié, des mutineries coquettes, une volubilité gracieuse, qui rappellent le babil et la gentillesse des oiseaux.Hippolyte Taine (1828-1893)
Pourquoi le babil d'un enfant n'amènerait-il pas sur ses lèvres ces sourires qu'elle avait vu le sien provoquer sur celles de sa mère ?Hector Malot (1830-1907)
Catherine se mit à rire comme un oiseau chante, parce qu'elle avait le cœur content, et la maisonnette fut pleine un moment du joyeux babil d'une matinée de printemps.Henry Gréville (1842-1902)
Ce que quelques-uns appellent babil est proprement une intempérance de langue qui ne permet pas à un homme de se taire.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Il s'était introduit, je ne sais à quel titre, chez la princesse, et l'amusait par son babil caustique et médisant.George Sand (1804-1876)
Les deux défauts qui semblent l'emporter sur les autres sont donc, chère enfant, le babil et l'impatience.Dorothée de Dino (1793-1862)
Il se jeta dans mes bras, et je le portai jusqu'en haut en excitant son babil.George Sand (1804-1876)
Elle continua sur ce ton, et, en très-peu d'instants, je fus obsédé et presque attristé de son babil fantastique et mutin.George Sand (1804-1876)
Elle passe sur d'éternels champs de neige et ne nous apporte ni babil d'oiseaux, ni murmures de ruisseaux, ni frissonnements de feuilles, ni bouffées de parfums.Pamphile Le May (1837-1918)
Elle laissa aller les deux enfants, qui coururent au-devant du nouveau venu, avec les jolis mouvements et le babil aimable des instants où ces fines créatures se sentent en faveur.Paul Bourget (1852-1935)
Délivré du babil importun de mon compagnon, je pouvais remarquer la différence que présentait le pays avec celui que j'avais traversé jusqu'alors.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Je jugeai opportun de m'y prêter de bonne grâce et l'éloge de cet intrigant défraya le babil des deux premiers services.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Non, il faudra subir le babil moqueur, ou la rage insensée de nos camarades d'infortune, et cela n'est ni utile, ni amusant ; revenez donc bien vite.Sophie Gay (1776-1852)
Si des cris parfois sortaient des berceaux, on n'entendait le plus souvent que le joli babil, les rires argentins des enfants marchant déjà, emplissant les salles de leurs continuelles envolées.Edmond Lepelletier (1846-1913)
Voyez les ménages sans enfants : leur tristesse fait songer aux nids abandonnés, qui ne connaîtront jamais le babil et la chaleur des jeunes couvées.Charles Turgeon (1855-1934)
Des maisons de riches le cernaient à gauche et à droite : un essor de valets et de femmes de chambre l'emprisonnaient en leurs courses et leur babil ; des voitures croisaient.Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Bien qu'habituée à l'étourdi babil de sa tante, elle demeura cette fois sous le coup d'une appréhension singulière.Marie d'Agoult (1805-1876)
Elle petille d'esprit, de moqueries, de malices ; ce sont de jolies colères, des bouderies feintes, des éclats de rire, un babil étourdissant, de charmants caprices.Hippolyte Taine (1828-1893)
Elle oublia la jalousie de son mari et goûta sans contrainte les charmes du babil de son compagnon.Pamphile Le May (1837-1918)
Elle fait entendre incessamment son petit babil et trahit parfois des mouvements d'une regrettable indépendance.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BABIL » s. m.

Abondance de paroles sur des choses de neant ou superfluës ; un parler continuel & importun. Les femmes & les vieillards ont toûjours trop de babil. Nicod derive ce mot de Babel, où se fit la confusion des Langues. Menage veut qu'il vienne de bambinare, qui a été fait de bambino Italien diminutif de bambo, lequel est derivé du Syriaque babion, qui signifie enfant, d'où on a fait aussi babiole & bimbelots, signifiant des poupées.
Les mots croisés du Robert Les mots du voyageur Les mots du voyageur

En attendant de pouvoir explorer de lointaines contrées, voyagez avec les mots-croisés du Robert... Une nouvelle grille thématique à découvrir ici !

10/06/2020