bander

 

définitions

bander ​​​ verbe

verbe transitif
Entourer d'une bande que l'on serre. Bander le bras d'un blessé.
Couvrir (les yeux) d'un bandeau.
Tendre avec effort. Le tireur bande son arc. —  Bander ses muscles.
verbe intransitif familier Être en érection.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je bande

tu bandes

il bande / elle bande

nous bandons

vous bandez

ils bandent / elles bandent

imparfait

je bandais

tu bandais

il bandait / elle bandait

nous bandions

vous bandiez

ils bandaient / elles bandaient

passé simple

je bandai

tu bandas

il banda / elle banda

nous bandâmes

vous bandâtes

ils bandèrent / elles bandèrent

futur simple

je banderai

tu banderas

il bandera / elle bandera

nous banderons

vous banderez

ils banderont / elles banderont

 

synonymes

bander verbe transitif

panser

raidir, tendre, roidir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Telle quelle, cette blessure le faisait beaucoup souffrir, et il se baissait pour la bander avec son mouchoir, lorsqu'il entendit sur la route un bruit de pas...Émile Gaboriau (1832-1873)
Un sous-officier vint pour me bander les yeux ; je refusai.George Sand (1804-1876)
La part qu'elle a choisie est la plus modeste : bander les blessures, effacer les larmes, apaiser la misère, bercer les cœurs endoloris, pardonner, concilier.Charles Wagner (1852-1918)
Il ne voulut ni se laisser bander les yeux, ni se mettre à genoux.Adolphe Thiers (1797-1877)
Ils parlèrent un instant des élections et des récoltes, et je me mis à bander mes blessures.Émile Blémont (1839-1927)
Il portait aussi un arc qu'on devait bander avec un levier, quand il ne le faisait pas lui-même.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il avait même dû descendre et demander un mouchoir pour bander sa blessure, mais rien de précis ne se dessinait.Louis Pergaud (1882-1915)
Alors le bombero lui ouvrit ses habits, et aperçut à la poitrine trois blessures sans gravité ; il se hâta de les bander avec soin : les chairs étaient à peine entamées.Gustave Aimard (1818-1883)
L'histoire et la légende ont triomphé des réminiscences cornéliennes ou romantiques, ont empêché l'effort de se bander jusqu'à l'inhumain.Han Ryner (1861-1938)
Branlinos soutenait mon courage et me faisait bander.Honoré-Gabriel de Riqueti de Mirabeau (1749-1791)
Il ne s'agit pas uniquement de bander nos muscles dans cette épreuve de force.Europarl
Pourquoi ces bras, qui vous servaient à gravir sur les plus hauts arbres ou à bander l'arc le plus raide, tombent-ils à vos côtés sans mouvement ?Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
On lui dit que s'il voulait venir, il fallait qu'il consentît à se laisser bander les yeux, parce qu'on ne voulait pas qu'il sût où on le menait.Émile Gaboriau (1832-1873)
On y est bien, comme un évadé qui, contre un coin de mur, a une minute pour se reposer, mesurer l'espace et bander sa blessure.Jules Vallès (1832-1885)
C'était un petit animal de couleur isabelle, menu, fringant, dont il fallut bander les yeux pour parvenir à le bâter.Eugène Fromentin (1820-1876)
Vous nous permettrez donc, avant notre sortie de cette forêt, de vous bander les yeux.Daniel Lesueur (1854-1921)
Il est certain, toutefois, que l'on ne peut trop bander un arc, ni remplir un vase outre mesure.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Moyennant une somme considérable, le fumiste consentit à quitter les moiteurs de son lit et se laissa bander les yeux.Paul Féval (1816-1887)
Dans la fièvre ardente qui la brûlait, sa volonté, au fond d'elle, semblait se bander et résister au délire, tellement elle craignait de parler.Émile Zola (1840-1902)
Jean lui dit qu'il fallait bander le pied, sans quoi la cheville pourrait tourner et l'enflure reparaître.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BANDER » v. act. & n.

Lier avec une bande. Il faut bander une playe, afin d'empêcher que le sang ne se perde. on bande la teste de ceux qui ont la migraine.
 
BANDER, signifie aussi, Mettre un bandeau sur les yeux de quelqu'un, pour l'empêcher de voir ce qui se passe dans les lieux où on le meine.
 
BANDER, se dit aussi des choses qui font ressort, & qu'on met dans un estat violent. Bander le ressort d'une monstre, d'un pistolet. Bander un arc.
 
BANDER, se dit aussi des choses qu'on tire avec violence. Bander la corde d'une gruë, d'un capestan, pour élever un fardeau. la corde de ce bateau qui remonte ne bande pas. il faut bander davantage la corde de ce theorbe. il faut bien bander cette toile sur ce chassis.
 
On dit en Fauconnerie, qu'un oiseau bande au vent, quand il se tient sur les chiens faisant la cresserelle.
 
BANDER, se dit figurément en choses spirituelles. Il a bandé tous les nerfs de son esprit, tous les ressorts de son imagination pour venir à bout de cette machine. il ne faut pas toûjours avoir l'esprit bandé à l'étude. il faut trop bander son esprit, pour bien jouër aux eschecs.
 
BANDER, se dit aussi du froid, quand il augmente. Le temps est plus bandé aujourd'huy qu'hier, pour dire, il fait plus froid qu'hier.
 
BANDER, en termes de paume, signifie, Enlever, jetter par dessus les murs ou dans les filets une balle que ceux du parti opposé ont mise sous la corde : & en ce sens on dit au propre, Bander à l'acquit, quand on parie une ou deux balles en faveur de celuy à qui ce coup succede : & au figuré on dit, Bander à l'acquit quelqu'un, lors qu'on se soucie peu d'un homme, & qu'on s'éloigne le plus qu'on peut de sa personne.
 
BANDER, en termes de Matrone & de congrés, se dit de l'érection naturelle de la verge, dont le deffaut est une marque d'impuissance, & dont elles font leur rapport dans les Officialitez. On le dit aussi des femmes, mais plus rarement. Ainsi Juvenal a dit,
 
Rigidae tentigine vulvae.
 
BANDER, avec le pronom personnel, signifie, Se liguer, s'unir plusieurs bandes de personnes ensemble pour s'opposer à quelque dessein. Tous les Seigneurs du Parlement d'Angleterre s'étoient alors bandez contre le Roy.
 
On dit proverbialement, Bander la quaisse, pour dire, S'enfuir, s'en aller, parce qu'en effet on bande la peau d'une quaisse ou tambour, quand on veut battre la marche ou la retraitte. Par la mëme figure on dit, Bander ses voiles, pour dire, S'en aller, parce qu'en effet le vent fait bander les voiles d'un vaisseau qui sort d'un port. On dit, qu'il faut se bander les yeux, pour dire, qu'il ne faut pas prendre garde à quelque perte, à quelque desordre domestique qu'on ne peut empêcher.
 
BANDÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Démerdentiel Démerdentiel

« — Chez vous la rentrée ça sera en distanciel ou en présentiel ?  — Plutôt en démerdentiel... » (@1HommeAzerty, twitter, 19 août)

Laélia Véron 14/10/2020