Email catcher

bourse Bourse

Définition

Définition de bourse ​​​ nom féminin

Petit sac arrondi destiné à contenir des pièces de monnaie. ➙ portemonnaie. locution Tenir les cordons de la bourse, disposer des finances. Sans bourse délier, sans rien débourser. La bourse ou la vie !
L'argent dont qqn dispose. À la portée de toutes les bourses, bon marché.
Bourse (d'études), pension accordée à un élève, à un étudiant pour la durée de ses études.
au pluriel Enveloppe des testicules. ➙ scrotum.

Définition de Bourse ​​​ nom féminin

Réunion périodique de personnes qui effectuent des opérations sur les valeurs mobilières ou sur des marchandises ; lieu où elles se réunissent. Bourse du commerce. spécialement Bourse des valeurs. Les agents de change travaillent à la Bourse.
Ensemble des opérations traitées à la Bourse (des valeurs). Jouer à la Bourse. ➙ spéculer. Valeurs cotées en Bourse. Les cours de la Bourse. La Bourse a monté.
Bourse du travail : réunion des adhérents des syndicats ouvriers d'une ville ou d'une région.
Lieu où l'on échange certaines marchandises. Bourse aux livres.

Synonymes

Synonymes de bourse nom féminin

porte-monnaie, portefeuille, réticule (vieilli), aumônière (anciennt), escarcelle (anciennt)

pension, aide financière, subside, subvention

Synonymes de bourse nom féminin

place financière, marché

agence

Synonymes de bourses pluriel

scrotum

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de BOURSE s. f.

Petit vaisseau de cuir où on met l'argent qu'on veut porter sur soy, soit dans la poche, soit à la ceinture. Les voleurs demandent la bourse le pistolet à la main. les coupeurs de bourse sont ceux qui l'attrapent secrettement. Ce mot vient de bursa, dont les Auteurs de la basse Latinité se sont servis dans le même sens, & qui vient du Grec byrsi, qui signifie cuir. Menage.
 
On dit aussi, une bourse de cheveux, ou en broderie, quand le cuir est couvert de broderie, ou de cheveux.
 
BOURSE DE JETTONS, est une bourse pleine de cent jettons d'or ou d'argent, que certains corps d'Officiers font battre avec quelques devises pour en faire present aux Princes, aux Ministres, aux Magistrats de la protection desquels ils ont besoin. Un tel Comptable doit une bourse de jettons à son Rapporteur.
 
BOURSE, est aussi dans le Levant une maniere de compter. Le Grand Seigneur a tant de bourses de revenu. L'Egypte doit tant de bourses au Bacha qui la gouverne. Ces bourses sont de cinq cens écus, ou de vingt-cinq mille medins.
 
BOURSE, se dit aussi d'un homme riche qui a de l'argent. Ce Notaire dispose des meilleures bourses de Paris. ce galant homme a toûjours la bourse ouverte pour ses amis. dans les troubles toutes les bourses sont fermées, c'est à dire, il n'y a plus de commerce d'argent.
 
On dit d'un arbitre, d'un amiable compositeur, qu'il coupe la bourse à celuy qu'il condamne à donner quelque chose à sa partie adverse au delà de ce qu'il luy pourroit devoir à la rigueur, pour nourrir la paix entre eux. On le dit aussi des questueuses, & autres charitables incommodes, qui obligent des personnes à faire des charités malgré elles.
 
BOURSE COMMUNE, est une societé qui se fait entre deux ou plusieurs personnes de même profession, pour partager les profits de leurs charges, ou de leur trafic, afin qu'ils n'envient point la pratique les uns des autres, & qu'ils ne courent point sur leur marché. Les Secretaires du Roy, les Commissaires du Chastelet, les Huissiers du Parlement font bourse commune. les Marchands en societé font bourse commune.
 
BOURSE, se dit aussi de l'argent, ou du bien de quelqu'un. Avoir, manier la bourse, c'est à dire, Estre maistre de faire la despence. Mettre la main à la bourse, c'est à dire, Faire la despence d'un achat, d'un ouvrage, faire les frais d'une affaire. On dit aussi, Faire une affaire sans bourse délier, quand on fait un troc, un accommodement but à but, & sans qu'il en couste de l'argent. On dit aussi, qu'il faut faire la dépence selon sa bourse, pour dire, qu'il la faut faire selon son revenu. Avoir la bourse bien ferrée, c'est l'avoir bien garnie. Avoir la bourse platte, c'est être gueux, n'avoir point d'argent. Quand on plaide sur un retrait lignager, on est obligé d'offrir à chaque acte de la cause bourse & deniers à decouvert, & à parfaire.
 
BOURSE, en termes de College, est une espece de benefice ou de fondation faite pour entretenir de pauvres écoliers dans les estudes pendant cinq ou six années. Chaque bourse du College de Fortet à Paris vaut cent écus. Les bourses sont à la nomination des Patrons & Fondateurs.
 
BOURSE, en termes de Negociants, est en plusieurs villes ce qu'on appelle à Paris & à Lyon, le Change, c'est à dire, le lieu où les Marchands se trouvent pour negocier leurs billets. La Bourse de Londres, d'Anvers, d'Amsterdam. L'origine de ce mot vient de ce que la premiere place des Marchands qui s'est appellée Bourse a été en la ville de Bruges, au bout de laquelle il y avoit un grand Hostel basti par un Seigneur de la noble famille de la Bourse, dont on voit encore les Armoiries gravées sur le couronnement du portail, qui sont trois bourses. Cet Hostel donna le nom à la place où s'assembloient les Marchands, les Courtiers, les Commissionnaires, les Interpretes, & autres supposts de negoce, pour faire leurs affaires & leur commerce : & de cette ville qui étoit autrefois la plus fameuse pour le trafic, les Marchands ont transporté ce nom aux places d'Amsterdam, d'Anvers, de Berghen en Norvege, & de Londres, qu'ils ont nommée Bourse commune des Marchands avec tant d'opiniastreté, qu'ils ont mieux aimé renoncer au commerce de Londres, que d'obeïr à l'Edit exprés que fit la Reine Elisabeth, qui la vouloit faire appeller Change Royal, au lieu de Bourse.
 
On appelle dans les Sacristies, Bourses de corporaux, le carton, ou la boëste où on serre les corporaux qui servent à la Messe.
 
BOURSE, signifie aussi, la poche ou l'extremité d'un filet où le poisson ou le gibier se trouve embarrassé sans en pouvoir sortir.
 
BOURSE, en termes de Jardinage, est le bouton qui fleurit sur l'arbre pour faire du fruit. On l'appelle aussi charge, ou oeuil à fleurs.
 
BOURSE DE PASTEUR, est une petite herbe qu'on appelle autrement tabouret, dont les feuilles ont la figure d'une bourse.
 
On dit proverbialement, Au plus larron la bourse, quand on confie son argent à une personne infidelle, par allusion à ce qui est dit dans l'Ecriture, que Judas gardoit la bourse, & cependant étoit un larron.

Définition ancienne de BOURSES subst. fem. plur.

Enveloppe des testicules. Les hernies ou descentes se font dans les bourses. En termes de Medecine, cela s'appelle scrotum en Latin, & oscheon en Grec.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Top 10 des mots Top 10 des mots à connaître pour briller pendant les repas de fin d'année Top 10 des mots à connaître pour briller pendant les repas de fin d'année

Les conversations en famille ou entre amis vont toujours bon train pendant vos repas de fin d’année et vous tenez cette fois à faire étalage de votre...

Marjorie Jean 20/12/2023
sondage de la semaine