coffre

définitions

coffre ​​​ nom masculin

Meuble de rangement en forme de caisse qui s'ouvre en soulevant le couvercle.
Caisse où l'on range de l'argent, des choses précieuses. ➙ coffre-fort.
Coffre (d'une voiture) : espace aménagé pour le rangement, souvent à l'arrière. ➙ malle.
familier Thorax. Avoir du coffre, du souffle ; au figuré de l'aplomb.

synonymes

coffre nom masculin

huche, layette, maie, malle

coffre-fort, coffiot (argot)

[d'orgue] buffet, cabinet

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le contenu du coffre est d'abord évalué à un million et demi de dollars, mais la vente des bijoux porte le total au delà.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Choisis : ou bien un coffre immense de bonbons que je renouvellerai tous les mois, ou jamais de sucreries ni de pâtisseries.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Ce coffre était doublé en fer et avait servi sans doute à renfermer les trésors du couvent.Ernest Capendu (1826-1868)
Le repas terminé, il alla prendre le testament dans le coffre, l'étendit, déplié, sur la table, demanda l'encre et la plume et s'assit, la tête entre les mains.Émile Bergerat (1845-1923)
Je suis ici maintenant comme sur mon coffre-fort ; j'ai l'avantage sur toi, et je ne daignerai pas même te répéter mes conditions.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
On dit encore qu'un coffre est vide, quoiqu'il n'y ait pas de lieu qui soit vide ou qui ne soit rempli d'air.Charles de Rémusat (1797-1875)
Je pris une de ces dernières où il y avait d'excellentes commodités pour placer notre coffre et nos caisses et une table pour manger.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Marcel Schwob (1867-1905)
En effet, nous ne tardâmes pas à la revoir portant un coffre rempli d'écus d'or, et si lourd qu'elle fléchissait sous le poids.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Je m'y rendis et je le trouvai en train de glisser dans son dos la clef de son coffre-fort au moment où l'horloge sonnait.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Elle fit enlever ce coffre par un valet, et le fit attacher sur un des mulets qui avaient amené ses bijoux.Comtesse de Ségur (1799-1874)
La marquise s'interrompit, se leva, alla ouvrir d'une main assurée un coffre de marqueterie, et en tira une lettre bien froissée, bien amincie, que je lus avec peine.George Sand (1804-1876)
Encore quelques efforts et tu auras conquis le fameux coffre qui, à ce que tu m'as assuré toi-même, t'avait tant ébloui.Michel Zévaco (1860-1918)
Pardaillan ouvrit le coffre et demeura ébloui : il était plein d'or et d'argent ; il y avait là tout un trésor.Michel Zévaco (1860-1918)
En premier lieu, il s'attaqua au coffre de tribord qu'il fractura en un tour de main.Jules Verne (1828-1905)
Note que je ne te parle pas des trois mille livres qui manquent à mon coffre...Michel Zévaco (1860-1918)
Une autre fois, on a mis le prince dans un coffre pour le jeter à la mer.George Sand (1804-1876)
Mon ami, c'est comme dans un coffre-fort bien fermé : si vous êtes dedans, et que vous ne soyez point fou, il faut bien que votre raison s'y retrouve !Gaston Leroux (1868-1927)
Les papiers relatifs à cette affaire avaient peine à tenir dans un coffre de dimensions cependant respectables !Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
De chaque côté du coffre, près du couvercle, étaient trois anneaux de fer, six en tout, au moyen desquels six personnes pouvaient s'en emparer.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
C’est dire que, si, aujourd’hui, nous avons la clef du coffre, le coffre est vide.Europarl
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COFFRE » subst. masc.

Meuble en forme de caisse, qui se ferme avec un couvercle & une serrure, & qui sert à serrer & à enfermer de l'argent, des hardes. Coffre quarré. coffre de bahut, dont le couvercle est rond. coffre couvert de cuir. coffre de Verins, de la Chine. un coffre de nuit est un petit coffre où on serre la toilette. Ce mot vient aussi de cophinus. Menage. On dit encore coffin pour coffre en plusieurs endroits de la France. Du Cange dit qu'il vient du Breton ou Anglois coffr, ou de cofferum, qu'on a dit dans la basse Latinité en la même signification.
 
COFFRE FORT, est un coffre de fer, ou de bois, espais, avec de forts assemblages garnis de bandes de fer, & d'une serrure à plusieurs pesnes difficile à ouvrir & à forcer.
 
On appelle aussi le coffre du carrosse, le lieu fermé qui est sous les coussins du carrosse, où un Cocher enferme ce dont il a besoin pour le service du carrosse ; & coffre à l'avoine, un grand coffre de bois qui est dans l'Escurie, où on enferme l'avoine. Figurément on appelle les chevaux de carrosse de la plus grosse taille, des coffres à avoine, parce qu'ils en consomment beaucoup.
 
On dit d'une fille laide & riche, qu'elle est belle au coffre.
 
COFFRES DU ROY. Ce sont les receptes des Domeines & des revenus du Roy, des parties casuelles, & autres droits qui viennent au Tresor Royal. On ne rembourse point les Domeines & les charges, que sur le prix de ce qu'on justifie estre entré effectivement dans les coffres du Roy.
 
On dit en ce sens des pertes qu'on fait tomber sur le dos de quelqu'un, que cela ira sur ses coffres.
 
COFFRE, en termes de Medecine, est le creux qui est dans le corps humain sous le sternon, & au dessus du diaphragme, où est contenu le coeur, le poulmon, &c. Les playes qui entrent dans le coffre sont difficiles à guerir. Les Chasseurs le disent aussi du corps de la beste fauve qu'ils ont prise.
 
COFFRE, signifie aussi une biere où on met les corps pour les enterrer. Ce Fossoyeur a fait payer tant pour le coffre.
 
COFFRE, en termes de Guerre, est un logement creusé dans un fossé sec, couvert de soliveaux & de terre, & élevé de deux pieds au dessus du fossé, où il a des embrasures qui servent à repousser l'assiegeant, quand il vient à la contrescarpe, & veut passer le fossé. Il est large de 18. pieds, & profond de 6. à 7. C'est presque la même chose que la caponniere, si ce n'est que la caponniere se fait quelquefois au delà de la contrescarpe plus glacis, & le coffre toûjours dans le fossé, & occupe sur le de largeur.
 
On dit aussi, qu'on a jetté une chose au coffre aux ordures, lors qu'on l'a abandonnée. On dit d'un homme qui fait mal une chose, qu'il s'y entend comme à faire un coffre ; ce qu'un Menuisier de Nevers a dit agreablement de ses Poësies. On dit à la Cour, Piquer le coffre, pour dire, Attendre dans une garderobbe assis sur un coffre.