coi

 

définitions

coi ​​​ , coite ​​​ adjectif

locution Se tenir coi : se taire et ne pas bouger. En rester coi. ➙ muet, pantois.

COI nom masculin

Sigle de complément d'objet* indirect.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais le jeune homme, qui se tenait coi, par crainte des éclaboussures, resta mollement allongé, sans répondre.Émile Zola (1840-1902)
Je reçus une terrible rossée, après laquelle je me pelotonnai sous un canapé, où je me tins coi.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
La logique voulait qu'il ne répondît pas : il se tint coi et assura son revolver.Maurice Level (1875-1926)
Je restai coi jusqu'à ce que mon ecclésiastique m'eût rejoint ; et alors, lui ayant montré où ils étaient, nous fîmes halte et les examinâmes long-temps avec la plus grande attention.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Elle me mena au verger où était le rucher, en me recommandant de ne pas courir, de ne pas faire de grands gestes, et de me tenir coi près d'elle.Eugène Le Roy (1836-1907)
La tierce est la sainte predication par coi ly prestres doit rapeler le puple de mal a bien.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
Le chevalier se tint coi au fond de sa barrique, rangé parmi les futailles de la cale et il échappa ainsi aux recherches minutieuses des gens du roi.Eugène Sue (1804-1857)
Mais généralement les autorités locales s'en chargèrent, et la justice se tint coi, s'effaça, s'absenta, ignora.Jules Michelet (1798-1874)
Sa femme le sachant aveugle dans ses fureurs, se tint coi, moitié riant, moitié pleurant, jouant le dédain et la raillerie pour cacher ses angoisses.Arsène Houssaye (1815-1896)
Je me recachai derrière le buisson, et je me tins tout coi, comme l'acantophorus serraticornis, qui ne montre que la tête en dehors de son nid.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Il se tient coi dans son bureau ou surveille silencieusement les travaux de sa pépinière.André Theuriet (1833-1907)
Aussi, malgré ses bruyantes menaces, s'était-il tenu coi, cherchant un autre stratagème, qui le menât à ses fins par une voie plus sûre et plus rapide.Jules de Gastyne (1847-1920)
Jusqu'à la bonne moitié du voyage, mon intention est de chevaucher la nuit et, durant le jour, de rester coi en quelque gîte sûr.Eugène Chavette (1827-1902)
Cela me rassura un peu ; et, comme toute la journée se passa sans encombres, je m'imaginai que mon drôle se tiendrait coi et que j'en serai quitte pour la peur.Alphonse Daudet (1840-1897)
Il changea de couleur, tourmenta sa toque qu'il tenait à la main comme s'il eût parlé à une grande dame du monde civilisé, et demeura coi.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Que la charge lui passe sur le corps, qu'il occupe le dessus, le dessous, le côté du fardeau roulant, peu lui importe ; l'aide tient bon et reste coi.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Pasquetou, lui, se tenait coi, les mains dans les poches de son sans-culotte, regardant par terre, et suivant ces messieurs de la justice qui s'en allaient.Eugène Le Roy (1836-1907)
Cette fois, les leçons du passé lui ont servi ; il se tient coi et c'est à peine si l'on entend parler de lui.Gaston Maugras (1850-1927)
Il attendit, se tint coi pendant quelques semaines, et ne recommença de s'exprimer en liberté que lorsqu'on eut officiellement liquidé sa pension.Fernand Vandérem (1864-1939)
Du reste, elle était triste ; elle était là, tête basse, et son chat favori se tenait coi.Jules Janin (1804-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COY, COYE » adj.

Qui n'a aucun mouvement, ni agitation, qui est dans la tranquillité, dans le repos. Tandis que tout est en guerre ce Philosophe se tient coy dans sa maison. Aprés cet orage la mer devint coye pendant vingt-quatre heures. Il ne fait pas la moindre haleine de vent, le temps est coy. Cette chambre est bien coye, il n'y entre point de vent, on n'y entend point de bruit. Ce mot vient du Latin quietus. Nicod.
 
On le dit figurément en choses morales & spirituelles. J'ay une raison peremptoire à alleguer qui le fera taire tout coy. Il y avoit bien des ligues autrefois dans la France : maintenant tout est coy, personne ne remuë.
Le dessous des mots La tonnelle sous le canal La tonnelle sous le canal

Les anglicismes sont l’objet de fréquentes critiques, en raison de leur nombre jugé excessif et de leur origine.

Marie-Hélène Drivaud 06/05/2020