muet

 

définitions

muet ​​​ , muette ​​​ adjectif et nom

Qui est privé de l'usage de la parole. Muet de naissance. ➙ vieilli sourd-muet. —  nom Un muet, une muette. —  locution, au figuré La grande muette : l'armée.
Qui est momentanément incapable de parler, de s'exprimer. ➙ coi. Être muet de stupeur.
Qui s'abstient volontairement de parler, de répondre. L'accusé est resté muet. locution Muet comme une carpe, comme une tombe. —  Rôle muet, sans texte à dire.
Qui ne s'exprime pas par la parole. De muets reproches. —  Douleur muette.
Qui ne contient aucune précision concernant une question. Le règlement est muet sur ce point.
Qui, par nature, ne produit aucun son.
Cinéma, film muet (opposé à parlant). —  nom masculin Le muet : le cinéma muet.
Qui ne se fait pas entendre dans la prononciation. E, H muet.
Qui ne porte pas d'inscription. Médaille muette. —  Où ne figurent pas les indications habituelles. Carte muette, sans les prix (au restaurant).
 

synonymes

muet, muette adjectif

aphone

interloqué, bouche bée, interdit, sans voix, coi (littéraire)

taciturne, silencieux

[Phonétique] caduc, sourd

complètement muet

muet comme une carpe, muet comme un francolin, un poisson, muet comme la tombe

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Puis elle le guigna de nouveau pour lui exprimer une amitié décevante, en le trouvant muet de bonheur, et tout heureux de ces riens.Honoré de Balzac (1799-1850)
Ma plume est comme la voix du personnage muet que je représente ; mais mon cœur est comme mon visage qui exprime la vérité.George Sand (1804-1876)
Mon amour l'avait attirée, comme un appel, vers moi qui étais resté toujours immobile et muet.Paul Féval (1816-1887)
Mais, au dernier moment, par une tactique aussi peu fière que peu loyale, l'opposition se décida à étouffer la loi sous un vote muet.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Entre autres problèmes, le sommet est resté muet sur les causes du changement climatique au-delà de ses effets.Europarl
Puis, après avoir répondu d'une légère révérence au salut muet du jeune prêtre, elle s'en alla, de son allure modeste et sage.Émile Zola (1840-1902)
Pendant ce temps, le stewart,– muet, sourd peut-être,– avait disposé la table et placé trois couverts.Jules Verne (1828-1905)
Le texte est également muet sur les moyens d'aider les pays les moins avancés dans ce domaine à atteindre un objectif chiffré contraignant identique pour tous.Europarl
Delacroix a approprié le langage muet de la couleur aux idées et aux passions qui le sollicitaient d'abord.Camille Mauclair (1872-1945)
Muet sur son passé, muet sur son présent, il ne frayait point avec la société corfiote.Jules Verne (1828-1905)
Cette crainte le rend muet ; mais si sa bouche ne dit point le secret de son cœur, ses yeux doivent le faire connaître.Paul de Kock (1793-1871)
Les premiers hommes ne furent pas muets, à moins qu'on ne les suppose inférieurs aux animaux, dont aucun n'est absolument muet.George Sand (1804-1876)
Ses lèvres bleues, sa face injectée, son pouls muet, disaient, avec son attitude, ce qui s'était passé.Jules Verne (1828-1905)
Il s'était remis à ses pieds, muet, les paupières baissées, avec des frémissements qui lui couraient sur la face.Émile Zola (1840-1902)
La dignité de ma conduite contrastait par trop avec la vie de mon mari : c'était comme un muet reproche.Paul Féval (1816-1887)
Le muet, en se retournant, vit des lumières briller et des ombres circuler derrière les fenêtres.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Parmi ses valets, l'individu le plus remarquable était un homme d'une taille et d'une force herculéennes, sourd-muet de naissance, remplissant les fonctions de portier.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Et, comme il était debout, dans l'ombre, il la vit enfin venir, vêtue de noir, d'un pas muet.Émile Zola (1840-1902)
Eugène était muet et se promenait, les bras croisés, de long en long, dans sa pauvre chambre en désordre.Honoré de Balzac (1799-1850)
Une lettre commencée, dont le papier avait jauni, semblait attendre depuis des mois qu'on l'achevât, et s'étalait comme un muet reproche au milieu du bureau.Théophile Gautier (1811-1872)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MUET, ETTE » adj.

Qui ne peut parler, ou qui ne le veut point faire. On tient que les sourds de naissance sont muets, parcequ'ils n'ont pû apprendre aucunes paroles. Les nains & les muets font fortune dans le Serrail. Il y a des muets volontaires, & d'autres par maladie, par quelque empeschement survenu dans l'organe de la parole. Il faut faire trois sommations de respondre à un criminel, avant que de luy faire son procés comme à un muet. On crée un curateur à un muet, qui respond pour luy. Quand on luy confie quelque secret, il n'en parle jamais, il est muet. Menage derive ce mot du Latin mutus ou mutetus.
 
MUET, se dit aussi en Morale, & en parlant de la confusion ou autre passion qui empesche de respondre. Quand on prend les gens sur le fait, ils demeurent muets, ils ne sçavent que respondre. Une demonstration, une raison convaincante rend un homme muet & sans replique. Cette verte repartie qu'on luy fit le rendit muet comme une souche, comme une carpe, il n'eust pas le mot à dire.
 
MUET, se dit de ceux qui disputent par escrit. On a fait une Critique contre cet Auteur, mais il pas homme à demeurer muet, il fera un gros Volume de responses.
 
MUET, se dit figurément des choses inanimées. On appelle en justice des tesmoins muets, des indices & presomptions violentes, comme une espée sanglante en la main du meurtrier, une chose volée qu'on trouve entre les mains d'un receleur. Les cicatrices des playes que monstre ce Cavalier sont des tesmoignages muets de sa valeur.
 
On dit aussi, qu'un oracle estoit muet, que le Ciel estoit muet, que l'enfer estoit muet, quand ils ne respondoient pas aux invocations qu'on leur faisoit. Les Oracles des faux Dieux ont esté muets depuis la naissance de JESUS-CHRIST.
 
En Venerie on appelle un chien muet, celuy qui queste ou qui suit la beste sans aboyer. C'est la meilleure qualité d'un limier d'estre muet, en ce sens il est opposé à chien babillard ou qui caqueste, qui crie hors la voye & à un chien menteur, qui cele la voye.
 
En Grammaire, on distingue les consones en muettes & liquides. Il y a des h. muettes, & d'autres aspirées, qu'on prononce.
 
On appelle proverbialement & par Antiphrase, une muette des halles, une harengere, ou une femme insolente qui chante pouilles, qui a coûtume de dire beaucoup d'injures.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020