coiffe

 

définitions

coiffe ​​​ nom féminin

Coiffure féminine en tissu, encore portée dans quelques régions. Coiffe de Bretonne.
Technique Extrémité (d'une fusée, d'un lanceur) protégeant la charge.

coiffé ​​​ , coiffée ​​​ adjectif

locution Être né coiffé : avoir de la chance.
Dont les cheveux sont arrangés. Elle est toujours bien coiffée.
 

synonymes

coiffe nom féminin

chapeau

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « coiffe »

On rit dans la salle parce que la coiffe est très grasse et le mouchoir très sale ; les examinateurs me regardent avec un sourire de bonne humeur.Jules Vallès (1832-1885)
La chape avait un capuchon : certains prêtres sont notés pour ne l'avoir point rabattu sur leur tête et lui avoir préféré la coiffe.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Une coiffe à dentelles flottantes couvrait ses cheveux d'or fluide, comme un nuage cache des gerbes de rayons.Joseph Méry (1797-1866)
Sur leur tête se dresse une coiffe pointue, souvent argentée ou dorée, sorte de bonnet de magicienne d'où tombe par derrière, une écharpe.Guy de Maupassant (1850-1893)
Ceci me rassura si bien que je rejetai ma coiffe et que je les laissai passer près de moi.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Marcel Schwob (1867-1905)
Alors elle se leva, bien droite ; d'un tour de main rajusta sa coiffe, se composa une figure.Pierre Loti (1850-1923)
J'avais bien deviné ce que c'était : la coiffe de cérémonie et l'immense collerette brodée de mille plis ; qui doivent la parer pour la fête de demain matin.Pierre Loti (1850-1923)
On ne peut pas suivre, murmure la vieille douairière en agitant sa coiffe avec égarement.Alphonse Daudet (1840-1897)
Sur ces visages flétris en quelques années, et courbés sur cette dure terre qui les recouvrira bientôt, la coiffe des aïeules garde sa forme immuable.Anatole France (1844-1924)
Cet appendice ressemble à une très large casquette plate ou à un grand bonnet noirâtre qui coiffe la tête entière et porte sur le devant les deux trous des narines.René Martin (1846-1925)
Le chapeau gris que le colonel tenait à la main offrait aux regards une coiffe horriblement grasse.Honoré de Balzac (1799-1850)
Elle portait robe de soie et coiffe de dentelles ; chacun de ses pendants d'oreilles devait peser trois louis.Paul Féval (1816-1887)
Heureusement qu'elle en avait trouvé un, dont le képi tout entier disparaissait à l'ombre de sa coiffe.Paul Féval (1816-1887)
Léna rencontre le regard curieux de la bonne, qui examine sa coiffe, et elle entend derrière elle des réflexions sur son costume.M. Maryan (1847-1927)
Elle ne cachait point son aise, faisait reluire ses coquins d'yeux noirs, et relevait sa petite tête et sa grosse coiffe comme une poule huppée.George Sand (1804-1876)
Chacun lui tira son bonnet, bien poliment ; mais dans la coiffe, nous, vieux malins, nous rigolions.Romain Rolland (1866-1944)
Peut-être à une maman en coiffe, qui pleurait de douces larmes chaque fois qu'elle reconnaissait son écriture enfantine sur une enveloppe venue du front ?Pierre Loti (1850-1923)
La batelière montre de temps en temps sa coiffe et grimpe sur le pont pour jeter ses épluchures par-dessus bord.Jules Vallès (1832-1885)
Sa coiffe jaune apparaissait à tous les étages de l'hôtel, révisant les notes, réformant le service, ne craignant ni les cris ni les humiliations.Alphonse Daudet (1840-1897)
Des sœurs en blanc, à coiffe noire, passent et repassent ; une s'arrête devant ma chaise.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Afficher toutRéduire

Exemples de « coiffé »

Coiffé d'un chapeau de haute forme, il portait une redingote « blonde » et était chaussé de souliers à cordons.Anatole France (1844-1924)
On m'indique son cabinet, j'entre, je vois un gros homme, coiffé d'une casquette de drap, dont la figure sévère décelait pourtant de l'esprit et de la bonté.Hector Berlioz (1803-1869)
Au milieu de la salle, près d'une grande cuve de pierre remplie d'eau jusqu'au bord, se tenait un vieillard coiffé d'une mitre basse et vêtu d'une dalmatique écarlate, brodée d'or.Anatole France (1844-1924)
Un apprenti, coiffé de son bonnet de papier, était déjà venu chercher la copie pour le journal.Honoré de Balzac (1799-1850)
Chaque piton coiffé comme d'un chapeau par son village est un spectateur qui assiste aux drames tour à tour terribles ou charmants de la mer.Joseph Vilbort (1829-1911)
L'homme qui escorte une jolie femme se croit toujours coiffé d'une auréole ; à plus forte raison celui qui passe, entre deux jolies femmes.Guy de Maupassant (1850-1893)
Sur ces entrefaites, ayant levé le nez, il tressaillit en avisant sur un balcon un homme de haute taille, de belle tournure et coiffé d'un chapeau de feutre.Victor Cherbuliez (1829-1899)
On aurait dit un chien coiffé, une pluie de petits cheveux blonds sur un nez délicat, une grande bouche rieuse dans un museau rose.Émile Zola (1840-1902)
Et d'abord, dites-moi quel est ce grand jeune homme coiffé d'un incendie, qui porte à la main un parapluie rouge ?Théodore de Banville (1823-1891)
On s'attend à voir le pionnier botté, le rifle à l'épaule, coiffé de feutre et ceint de la cartouchière.Michel Corday (1869-1937)
Il portait une longue redingote bleue à boutons de métal, strictement boutonnée, et était coiffé d'un bicorne campé de travers.Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
Ici le vieillard triplement coiffé produisit une espèce de grognement inarticulé qui tomba pesamment dans sa cravate.Victor Hugo (1802-1885)
Tiré de son lit par le son de la cloche, il était à demi-vêtu et coiffé d'un bonnet de coton.Émile Gaboriau (1832-1873)
Vous eussiez dit un éclair sortant d'un nuage pluvieux, car le vieil ours, fidèle à ses traditions, ne se couchait jamais sans être coiffé de nuit.Honoré de Balzac (1799-1850)
Je ne suis pas encore remis de l'effroi que m'a causé ce petit bonhomme coiffé de papier, qui, à dix ans, possède la raison d'un vieux diplomate.Honoré de Balzac (1799-1850)
C'était bien un homme, et il faisait assez clair pour reconnaître qu'il était coiffé d'une casquette et vêtu d'une longue blouse de couleur sombre.Émile Gaboriau (1832-1873)
Coiffé d'un bonnet de velours orné d'un feston d'or, il regardait avec mollesse, comme il faisait tout.Guy de Maupassant (1850-1893)
Un paysan, coiffé du bonnet en feutre blanc particulier à cette contrée, sortit d'une hutte, et le passa sur l'autre rive.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Le docteur en chef vient à bord, coiffé d'un chapeau forme décalitre à demi écrasé : il met ses lunettes et lit les papiers avec un air d'importance.Ernest Michel (1837-1896)
En ce moment même l'empereur vient à passer, et voit un tambour coiffé du chapeau d'un général de sa garde.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COEFFE » subst. fem.

On écrit aussi Coiffe. Couverture legere de la teste, tant pour les hommes que pour les femmes. A l'égard des hommes, on ne le dit que de la doubleure, de la forme du chapeau qui est de satin, de tafetas, de treillis, & d'une garniture de bonnet de nuit qui est de linge, & qu'on change quand elle est sale, ou de celle qu'on met sous une perruque. Ce mot, selon Menage, vient de cufa, ou de gufa, qui signifie un vestement velu ; & les Grecs ont dit aussi koufia en la même signification de coëffe. Ou bien il vient de l'Hebreu cupha, qui signifie un vestement qu'une femme met sur sa teste. Du Cange dit qu'on a dit dans la basse Latinité cuphia, cofea, coeffa, & cucufa en la même signification. A l'égard des femmes, ce sont des couvertures de taffetas, de gaze, de crespe, qu'elles mettent quand elles sortent, ou quand elles n'ont pas ajusté leurs cheveux. On appelle aussi des coeffes à dentelle, des coeffes de cornette, celles qu'elles portent dans le lit, ou quand elles sont en deshabiller.
 
COEFFE, se dit aussi en termes de Medecine, d'une petite membrane qu'on trouve à quelques enfans, qui enveloppe leur teste quand ils naissent. Drelincourt croit que ce n'est qu'un lambeau des tuniques du foetus, qui se creve pour l'ordinaire à la naissance d'un enfant. Lampridius témoigne que les Sages-femmes vendoient bien cher cette coeffe à des Advocats, qui étoient persuadez qu'en la portant sur eux ils auroient une force de persuader à laquelle les Juges ne pourroient resister. Les Canons deffendent de s'en servir, parce que les Sorciers en usoient dans leurs malefices.
 
On dit, Cela est triste comme un bonnet de nuit sans coeffe. Les femmes disent aussi d'une marchandise dont elles n'ont point d'envie, Je n'y porterois pas mes coeffes.
Déjouez les pièges ! « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ? « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ?

Un doute sur l'accord du participe passé des verbes impersonnels ? Suivez le guide !

12/03/2020