coiffer

 

définitions

coiffer ​​​ verbe transitif

Couvrir la tête de (qqn). —  Coiffer Sainte-Catherine (se dit d'une jeune fille encore célibataire à vingt-cinq ans).
Recouvrir (qqch.), surmonter (de qqch.).
Arranger les cheveux de (qqn). ➙ peigner. —  pronominal (réfléchi) Elle est en train de se coiffer.
Réunir sous son autorité, être à la tête de. ➙ chapeauter. Ce directeur coiffe les services commerciaux.
au figuré Coiffer un concurrent au poteau, le dépasser à l'arrivée.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je coiffe

tu coiffes

il coiffe / elle coiffe

nous coiffons

vous coiffez

ils coiffent / elles coiffent

imparfait

je coiffais

tu coiffais

il coiffait / elle coiffait

nous coiffions

vous coiffiez

ils coiffaient / elles coiffaient

passé simple

je coiffai

tu coiffas

il coiffa / elle coiffa

nous coiffâmes

vous coiffâtes

ils coiffèrent / elles coiffèrent

futur simple

je coifferai

tu coifferas

il coiffera / elle coiffera

nous coifferons

vous coifferez

ils coifferont / elles coifferont

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle ne se regarda plus, et pendant plus de quinze jours elle tâcha de se coiffer tournant le dos au miroir.Victor Hugo (1802-1885)
Elle m'avait habituée à faire mon lit seule, me coiffer, me lacer, m'habiller, et elle n'avait, de plus, rien négligé de ce qui pouvait entretenir ma santé.Louise Élisabeth de Croÿ de Tourzel (1749-1832)
Et pourtant, certains agriculteurs sud-américains exploitent la déforestation et sont en mesure de produire en masse pour ensuite coiffer au poteau les agriculteurs européens grâce à des réglementations moins sévères.Europarl
Elle se livrait à ces réflexions chagrines, en se faisant coiffer à la hâte par sa femme de chambre, qu'elle accusa ce jour-là de n'être pas assez expéditive.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Je ne sais pas si c'est intentionnel, mais il est très curieux que je ne vous entende pas du tout, à moins de me coiffer d'un écouteur.Europarl
Nous portions alors des ailes de pigeons, et il fallait mettre des papillotes les soirs, et le perruquier venait nous coiffer tous les jours au corps de garde le matin.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Le promu se fait coiffer ce jour-là par un perruquier, met ses plus beaux habits.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
Elle savait coiffer avec un goût infini ; elle chiffonnait les dentelles d'un chapeau mieux que les meilleures modistes et elle savait même faire les robes.Guy de Maupassant (1850-1893)
Elle ne doit même pas avoir de robe de chambre, mais des sauts de lit ou peignoirs pour se coiffer.Louise d'Alq (1840-1910)
Aussi, quand on leur a donné des clochers à bâtir, ils ont vaillamment saisi l'occasion et se sont mis à coiffer leurs villes d'une foule de cruches colossales.Victor Hugo (1802-1885)
Il se leva brusquement et n'attendit pas d'être à la porte pour se coiffer de son chapeau à grands bords.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Elle le sent si bien, qu'elle ne permet pas que ce jouet échappe ; elle la garde, elle s'en sert, la prend pour femme de chambre, se fait coiffer par elle.Jules Michelet (1798-1874)
Il devint garçon-frater ; et il courut par les rues pour poudrer l'un, pour coiffer l'autre.Gustave Coquiot (1865-1926)
Cela dure jusqu'à dix heures et demie ; ensuite, à onze heures, je vais me coiffer.Maxime de La Rocheterie (1837-1917)
Puis, suivant l'exemple du capitaine, je me laissai coiffer de la pesante sphère de cuivre, et nos réservoirs a air furent immédiatement mis en activité.Jules Verne (1828-1905)
Il devint évident que le canot allait se faire coiffer, d'une minute à l'autre, par les lames qui déferlaient sous la brise....Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
Rosette, qui ne se souciait pas que la grosse servante vit la métamorphose de sa toilette, la remercia et dit qu'elle avait l'habitude de s'habiller et de se coiffer seule.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Elle n'avait pas pris le temps de se coiffer ; ses cheveux, négligemment noués, se déroulèrent tout à coup et tombèrent en boucles onduleuses sur ses épaules.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Et elle lui donna à peine le temps de la coiffer, disant qu'elle n'aimait pas à traîner ainsi à sa toilette.Émile Zola (1840-1902)
S'il fallait apprendre à coiffer, je ne manque pas de goût, et je ne tarderais pas à le savoir.Denis Diderot (1713-1784)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COEFFER » v. act.

Couvrir, ou parer sa teste. Cette perruque, ce chapeau vous coeffent bien, vous sieent bien sur la teste. Les Turcs se coeffent avec des turbans plusieurs nations avec de simples bonnets. Les femmes se coeffent de nuit avec des cornettes, de jour en arrangeant leurs cheveux & rubans, &c.
 
COEFFER, se dit figurément en choses morales & spirituelles, & signifie, S'entester, se preoccuper en faveur de quelque chose. Les jeunes gens se coeffent volontiers des nouvelles opinions. ce vieillard s'est coeffé de sa servante, il en est devenu fort amoureux. On dit aussi, qu'un homme s'est coeffé d'un froc, pour dire, qu'il s'est fait Moine.
 
COEFFER, signifie aussi quelquefois, S'enyvrer. Cet homme n'est pas accoustumé à boire, il ne faut qu'une chopine de vin pour le coeffer. gardez-vous de ces vins d'Orleans, ils sont fumeux, & sont sujets à coeffer.
 
COEFFER, se dit aussi des bouteilles qu'on bouche bien avec de la filasse pour empêcher que le vin ne s'évente. On luy a envoyé douze bouteilles de vin bien coeffées.
 
COEFFER, en termes de Chasse, se dit de deux chiens qui ont pris un sanglier par les oreilles chacun de son costé. Cela s'appelle, Avoir coeffé le sanglier.
 
COEFFÉ, ÉE. part. & adj. On dit, qu'un homme est bien coeffé, quand il a naturellement de beaux cheveux, une belle teste : qu'un chien est bien coeffé, quand il a des oreilles longues & pendantes : qu'un homme est né coeffé, pour dire, qu'il est heureux, l'opinion du vulgaire ayant attribué sottement cette vertu à cette coeffe que quelques enfants apportent au monde. Les Italiens disent, Nascer vestito.
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020