cuver

définitions

cuver ​​​ verbe

verbe intransitif (vin) Séjourner dans la cuve pendant la fermentation.
verbe transitif familier Cuver son vin : dissiper son ivresse en dormant, en se reposant. ➙ digérer.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je cuve

tu cuves

il cuve / elle cuve

nous cuvons

vous cuvez

ils cuvent / elles cuvent

imparfait

je cuvais

tu cuvais

il cuvait / elle cuvait

nous cuvions

vous cuviez

ils cuvaient / elles cuvaient

passé simple

je cuvai

tu cuvas

il cuva / elle cuva

nous cuvâmes

vous cuvâtes

ils cuvèrent / elles cuvèrent

futur simple

je cuverai

tu cuveras

il cuvera / elle cuvera

nous cuverons

vous cuverez

ils cuveront / elles cuveront

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On soiffe ferme, les manœuvres aussi bien que les compagnons et, ceux-ci excitant ceux-là, par bravade les gamins en sifflent bientôt plus qu'ils ne peuvent cuver.Georges Eekhoud (1854-1927)
Il voulait cuver son enivrement en pleine solitude.Marcel Prévost (1862-1941)
Le maréchal s'étant rendu à ses raisons, il laissa cuver le vin à ce garde, sans interrompre son sommeil.Bussy-Rabutin (1618-1693)
Je devrais rester, au fond de cet appartement, à cuver ma honte, n'est-ce pas !...Octave Mirbeau (1848-1917)
Pressez votre laitage, faites cuver votre vin et faucher vos prés sans vous inquiéter si l'année sera abondante ou stérile.Voltaire (1694-1778) et Frédéric II de Prusse (1712-1786)
La brute se terrait au gîte pour cuver son ivresse.Michel Corday (1869-1937)
On le rapportait alors chez lui, et il pouvait cuver en paix toutes les tasses de café et toutes les topettes d'eau-de-vie qu'il avait absorbées.Georges Ohnet (1848-1918)
Peu à peu, les trois amis revenaient de leur ivresse ; mais il leur fallut cuver leur oxygène, comme un ivrogne cuve son vin.Jules Verne (1828-1905)
A peine le temps de s'emplir et de cuver son manger, il faisait déjà grand jour, il fallait reprendre son collier de misère.Émile Zola (1840-1902)
Le drôle s'était arrêté dans une hôtellerie pour y cuver son vin.Régis de Chantelauze (1821-1888)
Mais cela m'inquiéta peu, et je le laissai cuver ses muscades.Jules Verne (1828-1905)
Raclées, écorchées par de tels instruments, elles doivent, au moins pour quelques jours, fuir le mâle et cuver en silence leurs souvenirs luxurieux.Remy de Gourmont (1858-1915)
Le malheureux met plus de temps à cuver l'âpre et rogue genièvre qu'à digérer une dérisoire bouchée de pain.Georges Eekhoud (1854-1927)
Elle en aurait pour huit jours, au moins, à cuver cette épouvante.Fernand Kolney (1868-1930)
Allons, mon petit père, frotte-toi les yeux et tâche de cuver ton vin, ne fût-ce qu'en l'honneur de cette fête.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CUVER » v. n. actif,

qui se dit du vin foulé qui demeure quelque temps dans la cuve. Les Marchands connoissent le vin qu'on a fait trop, ou trop peu cuver.
 
CUVER, au figuré, se dit d'un homme qui a trop beu, qu'on envoye dormir, ou qu'on laisse seul. Il ne faut rien contester à un yvrogne, il luy faut laisser cuver son vin.
 
CUVÉ, ÉE. part. & adj.
Les deux font la paire Épices et espèces Épices et espèces

Le mot « espèce » est utilisé depuis le Moyen Âge : attesté au XIIIe siècle, son sens est notamment celui de « catégorie d’êtres vivants » (le « genre...

Dr Orodru 12/06/2021