éphèbe

 

définitions

éphèbe ​​​ nom masculin

dans la Grèce antique Jeune garçon arrivé à l'âge de la puberté. —  ironique Très beau jeune homme. ➙ adonis, apollon.
 

synonymes

éphèbe nom masculin

adonis, apollon, damoiseau, jouvenceau

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Sanine eut de la peine à calmer l'éphèbe et à le faire asseoir près de lui.Ivan Tourgueneff (1818-1883), traduction Michel Delines (1851-1914)
Avec quel plaisir il avait retrouvé son « éphèbe » !Remy de Gourmont (1858-1915)
Et son corps mince d'éphèbe, que n'étoffait guère l'indigence du costume, se rencoignait dans l'angle de l'auto, pour ne pas effleurer la créature précieuse que le hasard mettait si proche.Daniel Lesueur (1854-1921)
L'éphèbe, frotté d'huile, luttait tout nu en plein soleil.Gustave Flaubert (1821-1880)
Malgré la masse de ses cheveux, d'un superbe blond aux reflets verdâtres, elle semble plutôt un éphèbe qu'une femme.Georges Darien (1862-1921)
Et l'éphèbe quadragénaire hululait, se tordait, se tendait et se détendait en des secousses d'épilepsie pareilles à celles qu'eussent pu lui procurer le contact d'un plot, d'un électrode saturé.Fernand Kolney (1868-1930)
Le heurt léger de ce mouvement éveilla la jeune femme ; – à l'aspect de l'objet touffu qu'examinait l'illustre éphèbe, ses regards, entre ses cils, jetèrent comme une lueur morose.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Le corps, nu, drapé à peine, était d'un éphèbe, mince et robuste, à la tête noyée d'allégresse, comme emporté dans le ravissement du plein ciel.Émile Zola (1840-1902)
Le vieil homme insubmersible dont aucun de nous ne triomphe, s'éveillait en cet éphèbe attardé, resté adolescent à vingt-quatre ans.Victor Hugo (1802-1885)
Tout au plus, regrettais-je que l'ingrat eût profané et déshonoré par ce bariolage barbare la païenne perfection de sa chair d'éphèbe.Georges Eekhoud (1854-1927)
Afficher toutRéduire
Le mot du jour Reprise Reprise

En français, le préfixe re-, ré-, r- est issu du latin re-, red- qui marque un retour à un état antérieur, une répétition ou un mouvement en sens contraire qui déconstruit tout ce qui a été établi.

Aurore Vincenti 11/05/2020