estoc

 

définitions

estoc ​​​ nom masculin

anciennement Épée longue et droite.
par extension Pointe de l'épée. —  locution D'estoc et de taille, avec la pointe et le tranchant de l'épée.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Chacun prenait au tas, qui le morion, qui l'estoc, qui la miséricorde à poignée en croix.Victor Hugo (1802-1885)
En avons-nous donné de ces coups d'estoc et de taille !Michel Zévaco (1860-1918)
Les sergents employaient de préférence une épée encore plus longue et pointue, avec laquelle on pouvait donner d'estoc et de taille.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Camuset, pour sa part, s'en donnait d'estoc et de taille.Gabriel de La Landelle (1812-1886)
Il s'escrimait d'estoc et de taille, attaquant toujours avec un vivacité inouïe et ne cherchant pas à se défendre.Alfred Assollant (1827-1886)
Un lièvre et un coq, la lance en avant, le bouclier protégeant le corps, se précipitent à toute vitesse l'un contre l'autre et s'envoient de vigoureux coups d'estoc.Champfleury (1821-1889)
S'étant rués contre les matelots avant qu'ils eussent, eu le loisir de recharger leurs mousquetons, ils s'escrimaient avec eux d'estoc et de taille.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Le capitaine était brave et se serait fort peu soucié d'un larron l'estoc au poing.Victor Hugo (1802-1885)
Le mal est que cette île s'amuse à se cacher je ne sais où, et non pas que l'estoc me manque pour la gouverner.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Les deux figures de fer marchant l'une sur l'autre (de droite, la forte et trapue, et de gauche, la longue), la première se fendit, poussa d'estoc et redoubla... en vain.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTOC » s. m.

Il signifie originairement un tronc d'arbre. Maintenant on le dit seulement d'un long baston ferré par un bout. Les paysans des montagnes & des lieux marescageux portent en main des brins d'estoc pour sauter par dessus les canaux, ou d'un rocher sur l'autre. Menage derive ce mot de l'Alleman stock, qui signifie un baston, & tronc & souche, tant pour le propre que pour le figuré.
 
ESTOC, signifie aussi le fer, la pointe d'une arme. Ainsi on dit, Frapper d'estoc & de taille.
 
ESTOC, est aussi un instrument des Ouvriers qui travaillent en fer & en ouvrages qui demandent quelque poliment. Il sert à tenir leur matiere pour la limer, percer & façonner. Les Artisans l'appellent estau. Voyez Estau.
 
ESTOC, en termes de Jurisprudence, se dit figurément de la liaison de parenté qui vient d'une commune souche. Chacun des parens paternels & maternels heritent des immeubles qui viennent de leur estoc ou de leur costé & ligne. Cet homme n'avoit pas un sou de son estoc, tous ses biens sont des acquets.
 
ESTOC, se dit aussi des personnes. Dites-vous cela de vostre estoc, de vous-même, de vostre chef ; ou si vous le dites par instigation d'autruy, ou en son nom.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020