étendard

définitions

étendard ​​​ nom masculin

Enseigne de guerre, drapeau.
par métaphore et au figuré Signe de ralliement ; symbole (d'un parti, d'une cause). Lever l'étendard de la révolte.
Botanique Pétale supérieur des fleurs de certaines plantes (Papilionacées).

synonymes

étendard nom masculin

drapeau, bannière, gonfalon

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Lorsqu'un pacha commet des abus d'autorité, ils sont toujours les premiers à lever l'étendard de la sédition.Volney (1757-1820)
Quand les romantiques se comptèrent, se réunirent, s'enrégimentèrent et arborèrent leur étendard, la langue était depuis longtemps arrivée à la perfection dans tous les genres.Louis Nicolardot (1822-1888)
Il tenait un grand étendard carré suspendu à une hampe et celle-ci reposait sur un trou pratiqué sur le côté de la selle.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Avec vous, cependant, avec vous, disparaissaient l'éclair de chevalerie, le droit aux obéissances désintéressées, la sanction des élans généreux, l'étendard des traditions sublimes.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Si les réformes qu'on demandait n'étaient pas accordées, allait-on se les faire donner de vive force, en levant l'étendard de la révolte, ou allait-on négocier ?François-Xavier Garneau (1809-1866)
Fermement attaché à son roi, il avait songé tout d'abord à lever l'étendard de l'insurrection.Ernest Capendu (1826-1868)
Le boulevard, tout bleu, tout blême, tout roux et tout roide, flambait, étendard en longueur, sous un soleil endormi par sa propre chaleur.Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Les seigneurs et capitaines, voyant l'étendard secoué, crurent que c'était un signal et se rallièrent.Anatole France (1844-1924)
D'abord, l'interrogateur s'efforça en vain de surprendre les charmes et les maléfices qui avaient rendu heureux et victorieux l'étendard peint de figures d'anges.Anatole France (1844-1924)
Ceux qui venaient de planter l'étendard de la commune contre une forteresse royale n'étaient pourtant pas, autant qu'on pourrait croire, des ennemis de l'ordre.Jules Michelet (1798-1874)
Tu viens ici pour recevoir la communion fraternelle, l'étendard du salut, le signe de la liberté, et pour périr peut-être sur la brèche au milieu de nous.George Sand (1804-1876)
Ceux-ci avaient massacré leur gouverneur, chassé la garnison milanaise, et arboré l'étendard de la liberté.Pierre Daru (1767-1829)
Se relevant ensuite, il s'avança d'un pas grave et majestueux, en faisant briller son épée et en déployant son étendard.Joseph de Bonnefoux (1782-1855)
Près de lui, un jeune monsieur à moustache cirée, la cocarde sur la cime du chapeau, arborait un étendard tricolore.Paul Adam (1862-1920)
Enfin, une question sur son étendard, que les juges pensaient enchanté, amena une de ces réponses, en manière de proverbe, qu'elle aimait.Anatole France (1844-1924)
Cazotte s'était rangé sous l'étendard de la lumière, et son tabernacle mystique était posé sur la montagne blanche.Éliphas Lévi (1810-1875)
Athos agita son étendard en tournant le dos aux gens de la ville et en saluant ceux du camp.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Le totem, ou kekeffiium, est la marque distinctive de chaque tribu, leur signe de ralliement et leur étendard lorsqu'elles sont en guerre.Gustave Aimard (1818-1883)
Et leur étendard rouge, qui était neuf au départ, retombe à présent sur sa hampe, tout trempé et piteux.Pierre Loti (1850-1923)
C'est qu'au-dessus de la faiblesse humaine l'idée passe, l'œuvre plane, comme un étendard qui vole...Michel Corday (1869-1937)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTENDART » s. m.

Enseigne qu'on porte à la guerre, qui sert de signal pour reünir ensemble les trouppes d'un même corps. Les gens de guerre au premier coup de tambour se doivent ranger sous l'estendart. La plus grande marque de victoire, c'est quand on prend les estendarts des ennemis, quand un Prince arbore l'estendart sur les ramparts d'une ville. L'armée estoit rangée en bon ordre, on voyoit voler ses estendarts de tous costez. Du Cange dit que ce mot vient de standarum, stantarum, standardum, ou standale, qu'on a dit dans la basse Latinité pour signifier la principale enseigne d'une armée.
 
Lever l'estendard, c'est declarer la guerre, se mettre en campagne avec des trouppes reglées.
 
ESTENDART, en termes de Marine, c'est le pavillon d'une galere. L'estendart Real, c'est le pavillon de la Reale ou de la principale galere. On disoit autrefois stendard. Ce mot vient de l'Alleman stander, c'est à dire, stare, qui est aussi Flaman & Anglois. Menage.
 
ESTENDART, signifie quelquefois, Parti. Les Chrêtiens combattent sous les estendarts de la Croix ; les renegats sous les estendarts des Infidelles.
Podcasts Parler comme jamais, épisode 4 : l'écriture inclusive Parler comme jamais, épisode 7 : jeux de traduction

Les idées reçues sur la traduction ont la vie dure.

Laélia Véron 14/06/2021