forfaire

 

définitions

forfaire ​​​ verbe

vieux ou littéraire Agir contrairement à ce qu'on a le devoir de faire. —  transitif indirect Forfaire à : manquer gravement à.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je forfais

tu forfais

il forfait / elle forfait

imparfait
passé simple
futur simple
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il semble pourtant que chacun a le droit de dire ce qu'il pense, et peut le dire sans forfaire à l'honneur.Édouard Rod (1857-1910)
Je crus pouvoir profiter de sa généreuse délicatesse sans forfaire à la mienne.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Tu avais condamné la reine sans jugement, et c'était forfaire ; aujourd'hui tu l'absous sans jugement : n'est-ce pas forfaire encore ?Joseph Bédier (1864-1938)
Une si noble descendance ne saurait se perdre sans forfaire à l'honneur.Amédée Achard (1814-1875)
La vraie marque d'une vocation est l'impossibilité d'y forfaire, c'est-à-dire de réussir à autre chose que ce pour quoi l'on a été créé.Ernest Renan (1823-1892)
Mais comme elle savait que le roi était un homme d'une intégrité scrupuleuse et incapable de forfaire à sa parole, elle se soumit de bonne grâce à sa destinée.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Félix Rabbe (1834-1900)
Si la princesse n'a pas parlé, c'est qu'elle ne pouvait le faire sans forfaire à l'honneur.Michel Zévaco (1860-1918)
Un frémissement de révolte lui secoue les nerfs, niais il ne tarde, pas il la calmer : il lui répugne de forfaire à l'infini respect jamais violé.Hector Bernier (1886-1947)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FORFAIRE » v. n.

Pecher, manquer à son devoir. Il ne se dit qu'en parlant de certains crimes qui se commettent : comme, une fille qui a forfait à son honneur, qui ne l'a pas conservé : un vassal qui a forfait contre son Seigneur, qui luy a manqué de foy. Ce mot vient d'un meschant Latin forisfacere, qui selon Isidore signifie, nuire, offenser, ou facere contra rationem ; de même que forfait, de forisfactum, comme les Italiens de forisfaciente ont fait forfante. Menage. Mais Borel pretend qu'il vient d'user de force & de violence.
 
FORFAIRE, signifie aussi, Confisquer. Forfaire son fief, se dit quand il tombe en commise. Forfaire le doüaire, corps & avoir, ou autre chose, pour dire, les perdre pour quelque crime ou faute commise. On trouve aussi dans les Coûtumes, Forfaire l'amende, pour dire, l'encourir. Voyez Du Cange.
Le français des régions Le Top 15 des mots des régions ! Le Top 15 des mots des régions !

L'ouvrage Comme on dit chez nous a été construit sur la base d'enquêtes auxquelles des milliers de francophones ont participé.

26/10/2020