froc

 

définitions

froc ​​​ nom masculin

vieux Habit de moine. —  locution Jeter le froc aux orties : abandonner l'état de moine, de prêtre. ➙ défroqué.
familier Pantalon. —  locution, au figuré et familier Faire dans son froc : avoir très peur. Baisser son froc : subir une humiliation sans oser réagir.
 

synonymes

froc nom masculin

pantalon

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ce disant, il tirait de son froc un onguent à lui, dont il frotta les pieds du bûcheron et de son épouse, lesquels devinrent nets et sains aussitôt.René Boylesve (1867-1926)
Ajoutez les supplices individuels aux dégradations nationales, et, qui que vous soyez, vous vous sentirez tressaillir devant le froc et le voile, ces deux suaires d'invention humaine.Victor Hugo (1802-1885)
La grâce de sa taille, un peu au-dessus de la moyenne, triomphe du froc qui, pour la première fois, me parut un vêtement élégant.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Eût été bien malin celui qui eût été chercher là et qui y eût reconnu, sous son froc, un des chefs des lazzaroni qui avaient combattu pendant trois jours.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Les femmes n’ont pas besoin de recevoir de leçons d’hommes en froc, leur disant ce qu’elles doivent faire avec leurs corps.Europarl
Je vivrai là vêtu d'un froc s'il le faut, en ermite, ne me souciant ni du monde, ni de ses jugements.Émile Zola (1840-1902)
Des enfants de chœur l'avaient lu pendant que le père prêchait, et que les manches larges de son froc, couleur carmélite, retombaient.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
En même temps, elle chercha sous son froc le poignard qu'elle portait toujours sur elle.Michel Zévaco (1860-1918)
Il en enrageait : pour un peu, on l'en aurait fait « desrendre » (jeter le froc aux orties).Charles-Victor Langlois (1863-1929)
On mettrait ainsi des physionomies distinctes à des figures qui de loin nous semblent toutes les mêmes, et d'une ennuyeuse monotonie sous le froc.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Ces guerriers, en soutane, en froc et en capuchon, attestaient l'unanimité de sentiments qui faisait agir toute la ville.Alphonse Esquiros (1812-1876)
Il me montra, de plus, un certificat donné par le prieur, et, pour m'inspirer plus de confiance encore, la haire qu'il portait sous son froc.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Eux aussi vont fort bien quelque temps, puis tout d'un coup ils jettent le froc aux orties, dès qu'ils se ressouviennent de leur ânon.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
On en peut dire autant des prêtres et des moines, qu'on reconnaît encore quand ils ont quitté le froc ou la soutane.Anatole France (1844-1924)
C'est demain qu'on lui met le froc sur le dos avec les sandales aux pieds.Amédée Achard (1814-1875)
Ainsi la force des passions put être employée à créer, et non à étudier ; il jeta le froc.Stendhal (1783-1842)
Il fut pieux et sage ; son souvenir m'a beaucoup influencé quand j'hésitais à prendre le froc.George Sand (1804-1876)
Son froc était assez mal boutonné, et son capuchon, en s'abaissant, laissait voir une tête toute dépouillée de cheveux et tonsurée par la nature.Éliphas Lévi (1810-1875)
Ce cadet, pour obéir à son père, a pris le froc sans vocation ; et après avoir fait des vœux qui le lient, il vient d'apostasier.Alain-René Le Sage (1668-1747)
En vérité, je crois que j'aurais voulu être aussi sous un froc, chantant parmi ces débris.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FROC » s. m.

Habit de Moine. Ce jeune homme a pris le froc, c'est à dire, il s'est fait Religieux. il a quitté le froc, il est sorti d'un Monastere avant sa profession. Le Pere Sirmond remarque que d'abord on a appellé froc, la robbe d'un Moine qui a des manches fort longues & fort amples.
 
FROC, se dit aussi de la partie superieure de l'habit du Moine qui couvre sa teste. D'où vient, dit le même Auteur, qu'on a distingué le grand froc du petit froc ; que c'est celuy-cy, au bout duquel il y avoit une petite touffe ou houppe, comme il y en a aux cappes Biarnoises. On l'a appellé d'abord en Latin floculus & flocelus, & depuis froscus. Menage.
 
FROC, est aussi une espece de grosse estoffe qui se fabrique à Lizieux, à Bernay & en Beauce, dont les pieces doivent avoir demi-aune de large, & vingt-cinq de long, suivant les status des Drapiers.
 
On dit proverbialement, qu'un homme a jetté le froc aux orties, pour dire, qu'il a apostasié, qu'il a renoncé à ses veux, & qu'il est sorti d'un Monastere sans congé de ses superieurs, & par libertinage. Cela vient apparemment de ce que les Moines laissoient le froc dans les orties qui sont ordinairement prés des murs, qu'ils sautoient en s'enfuyant.
Drôles d'expressions Monter le bourrichon Monter le bourrichon

Monter le bourrichon : monter la tête à quelqu'un.

Alain Rey 18/02/2020