gênant

 

définitions

gênant ​​​ , gênante ​​​ adjectif

Embarrassant, pénible. Une infirmité gênante. Un témoin gênant.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il n'employait dans son langage que des termes choisis, et devait être très gênant pour l'interlocuteur, qui ne pouvait se mettre hors du rayon de ses gestes.Jules Verne (1828-1905)
Jamais aucune infraction aux règles ne froissait l'oreille, déroutée seulement par la multiplicité de ces ensembles divers, trop faibles au reste pour provoquer par leur simultanéité un gênant charivari.Raymon Roussel (1877-1933)
En attendant, il fut décidé que les morceaux de tissus gênant les travaux souterrains seraient découpés, portés au dehors et jetés aux résidus sans emploi.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Souvent, le débutant est un novateur, un garçon gênant, un ours vivant dans son trou, loin de toute camaraderie.Émile Zola (1840-1902)
Nous défendons les droits des petites nations même si cela s'avère gênant, et cela parce que nous croyons que c'est la bonne manière d'agir.Europarl
Ce diable de corps est gênant parfois, on le traîne partout, et partout il a des exigences terribles.Émile Zola (1840-1902)
J'avoue que j'aurais aimé assister à la vacation, mais c'est vraiment gênant de se voir vendre.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Richard pense, sans doute, que le bon marché n'est qu'illusoire, et qu'en vous gênant dans vos affaires, il vous fait plus de mal que de bien.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Jean Henri Castéra (1749-1838)
En effet, ce prisonnier-là ne rapportait guère, et il devenait plus gênant que de raison.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
C'était un brave garçon, et point gênant, le plus poli et le plus complaisant des hommes, précieux aux jours d'ennui pour la quantité de ridicules qu'il étalait naïvement.Émile Gaboriau (1832-1873)
Je ne puis plier la jambe qu'un tout petit peu, ce qui est fort gênant pour faire les génuflexions, au saint autel.Pierre Duchaussois (1878-1940)
Il s'animait, il gesticulait, et son chapeau le gênant, il campa son chapeau sur sa tête, de côté, en mauvais garçon.Émile Gaboriau (1832-1873)
Avec sa porte ouverte sur l'avenir, le mariage paraît encore trop sévère et trop gênant.Charles Turgeon (1855-1934)
Il fut un temps où, ne se gênant plus du tout, tous ces visages patibulaires arrivaient le même jour de la semaine.George Sand (1804-1876)
Son teint avait un extraordinaire éclat, et ses yeux luisaient de l'intense flamme bleue qui parfois rendait gênant son regard habituellement si doux.Gyp (1849-1932)
Comme s'il était bien gênant de promettre quand on est décidé à ne pas tenir !Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803)
Pour ce qu'on fait d'un mari, l'un vaut toujours bien l'autre, et le plus incommode est encore moins gênant qu'une mère.Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803)
Quelles pourraient être l'étendue et les garanties de cette stipulation, cela serait à discuter, mais, dans aucun cas, elle n'aurait rien de gênant ni d'offensant pour aucune des nations contractantes.François Guizot (1787-1874)
Une grand'mère comme moi, ce n'est pas bien gênant ; mais les amoureux aiment tant à être seuls !Pierre Sales (1854-1914)
On ne pouvait leur en vouloir et, cependant, leur impuissance à comprendre un certain état nouveau avait quelque chose de gênant.René Boylesve (1867-1926)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GESNANT, ANTE » adj.

Qui donne de la peine qui gesne. Cet homme est fort gesnant, fort incommode. un corps de juppe est fort gesnant, on n'y est pas tant à son aise qu'en deshabillé. souvent la grandeur est gesnante & incommode.
Le mot du jour Touché ! Touché !

Contact, tact, tactile, toucher : ces mots viennent du latin tangere, « toucher ». C’est ce contact qui est au cœur de nos pratiques sociales : la poignée de main, la bise, l’accolade, le câlin.

Aurore Vincenti 05/05/2020