Email catcher

grondeur

Définition

Définition de grondeur ​​​ , grondeuse ​​​ adjectif

Qui gronde, réprimande. Humeur ; voix grondeuse.

Synonymes

Synonymes de grondeur, grondeuse adjectif

coléreux, bougon, grincheux, bougonneux (Québec), grognon (familier), râleur (familier), ronchon (familier), rouspéteur (familier)

bruyant, tonnant

Exemples

Phrases avec le mot grondeur

Lorsque le cœur est aux prises avec l'orgueil, il a des ressources admirables pour tromper son hautain et grondeur ennemi.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
S'il lui reste quelque chose de français qui réclame, il l'apaise par la lecture de quelque journal innocemment grondeur, pacifiquement belliqueux.Jules Michelet (1798-1874)
Il a pour gardien un vieillard grondeur et d'abord repoussant, qui est à demi-sourd et tout à fait aveugle.Paul Féval (1816-1887)
On ne serait pas bien venu d'ailleurs à prendre, à l'égard de ce merveilleux amuseur, des airs de moraliste grondeur ou de pédagogue littéraire.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Il y a de l'amour grondeur dans ce beau visage.Le philosophoire, 2007, Maurice Savin, Autour d’Alain (Cairn.info)
Le roi était triste, grondeur, violent, mais honnête homme et régulier ; il revenait toujours.Jules Michelet (1798-1874)
Je les aime un peu rebelles, hardis, grondeurs et indépendans.George Sand (1804-1876)
Charles, ce n'est pas bien, dit-elle d'un accent peu grondeur.Honoré de Balzac (1799-1850)
Leur anathème n'est plus qu'un son dont le vent se joue comme de l'écume des flots grondeurs.George Sand (1804-1876)
Ne croyez pas qu'elle ait été choisir quelque saint morose, grondeur, exigeant, sévère, ridé, désagréable.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Et, quittant son ton grondeur dès qu'elle fut seule, elle continua en se parlant à elle-même.Élise de Pressensé (1826-1901)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de GRONDEUR, EUSE

Chagrin, qui gronde, & qui a coustume de gronder. Moliere a dit agreablement,
 
Et je ne vis jamais un amour si grondeur.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.