héraut

 

définitions

héraut ​​​ nom masculin

Héraut d'armes ou héraut : au Moyen Âge, officier dont les fonctions étaient la transmission des messages, les proclamations solennelles.
au figuré, littéraire Personne chargée d'annoncer la venue de qqn ou de qqch. ➙ annonciateur, messager.
 

synonymes

héraut nom masculin

annonciateur, messager, proclamateur

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Éloignons ces vaines pensées : je veux être tout à l'allégresse ; – et puis, voici le plus fidèle héraut du plaisir.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Une troupe bruyante de jeunes gens suivaient le héraut, et chaque fois que la lecture du document était terminée, un tonnerre d'acclamations sortait de ces jeunes poitrines.Henri Sévérin Béland (1869-1935)
Vous voulez publier une bonne fortune, et vous m'avez choisi pour le héraut de votre gloire.Gérard de Nerval (1808-1855)
Ont-ils vainement prêté l'oreille, longtemps et pleins de désir, sans entendre mes trompettes et mes appels de héraut ?Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
L'historien n'est plus le héraut sonore et froid des majestés et des puissances : il devient le poète tragique des foules.Louis Maigron (1866-1954)
Le coucou, qu'on appelle ici le héraut du printemps, arrive et déloge de bonne heure.André Lemoyne (1822-1907)
Aristarque se transporte dans la place avec un héraut et un trompette ; celui-ci commence : toute la multitude accourt et se rassemble.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Les habits d'un prêtre ne m'auraient pas mieux protégé que le tabard d'un héraut, tant il y a de bonne foi dans vos protestations de dévotion et de chevalerie !Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Le héraut déplia un petit carré de parchemin qu'un soudard alla clouer à la porte de la chapelle.Paul Féval (1816-1887)
Personne ne voulant s'en faire le héraut, elle circulait tout bas de proche en proche.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Un héraut en lisait le texte à tous les coins de rues aboutissant à la digue.Henri Sévérin Béland (1869-1935)
Comme prêtre, il est avant tout le serviteur et le héraut de la miséricorde, du pardon de la rémission.Paul Gaffarel (1843-1920)
Héraut d'une minorité vaincue d'avance, honnie, enserrée d'hostilités croissantes, son rôle fut constamment un rôle de protestation, et son attitude générale est, comme nous avons vu, celle de la révolte.Jules Lemaître (1853-1914)
On le dépose, on l'exile, on le chasse à volonté ; et, sur la simple sommation d'un héraut vêtu de noir, il descend de son palais comme le plus simple particulier.Volney (1757-1820)
Un héraut annonce à la foule consternée que le roi touche à ses derniers moments.Hector Berlioz (1803-1869)
Enfin l'agilité du faux héraut ne put le dérober plus long-temps aux dents des ennemis qui le poursuivaient.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste Baptiste Defauconpret (1767-1843)
L'artiste doit planer sur les misérables considérations d'un jour ; il ne doit pas plus se faire chantre du vice que le héraut politique d'une époque.Émile Zola (1840-1902)
Il est le héraut des luttes et des victoires du corps, son compagnon et son écho.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Tel est, criait un héraut, le supplice que mérite un téméraire qui ose sonder les secrets du soudan.Richard de Bury (1730?-1794?)
Ô mon roi, j'allais exécuter vos ordres, quand ce héraut me fut amené, demandant une audience.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « HERAUT » s. m.

Ancien Officier de guerre & de ceremonie, qui estoit autrefois en grande consideration, & qui avoit plusieurs belles fonctions, droits & privileges. Son principal employ estoit de composer ou de dresser des Armoiries, des Genealogies, & des preuves de Noblesse. Les Herauts estoient Surintendants des armes, & conservateurs des honneurs de la guerre, dont le blason est un symbole. Ils avoient droit aussi d'oster les Armoiries à ceux qui meritoient d'estre degradez de Noblesse pour leur lâcheté & trahison. Ils avoient le pouvoir de reprendre les vices des nobles mal-vivants, & de les chasser des joustes, tournois, & behours. Ils recevoient & verifioient les preuves du nom & des armes des Chevaliers, & faisoient peindre leurs quatre quartiers dans leurs livres armoriaux & cartulaires de Chevalerie. Ils avoient droit de corriger tous les abus & usurpations des couronnes, casques, timbres & supports, & connoissoient des differents entre les Nobles pour leurs blasons, pour l'antiquité de leurs races & préeminences ; & même la Cour les a quelquefois mandez pour avoir leur advis sur les differents de cette nature qui y estoient pendants. Ils alloient même dans les Provinces pour faire des enquestes fur la Noblesse, & avoient droit de se faire ouvrir toutes les Bibliotheques, & de se faire communiquer tous les vieux titres des Archives du Royaume. Ils avoient l'entrée en toutes les Cours des Princes estrangers pour y annoncer la guerre ou la paix, & leurs personnes estoient sacrées comme celles des Ambassadeurs. Il estoit de leur charge d'aller publier les joustes & tournois, de convier à y venir, de signifier les cartels, de marquer le champ, les lices ou le lieu du duel ; de faire les cris pour appeller tant l'assaillant que le tenant, & de partager également le soleil aux combattans à outrance. Dans la guerre ils advertissoient les Chevaliers & Capitaines du jour qu'on donneroit la bataille, où ils assistoient en haut appareil devant le grand Estendart ; & dans le choc ils se retiroient en un lieu eslevé pour voir ceux qui auroient le plus vaillamment combattu, & en faire le rapport au Roy. Ils faisoient le denombrement des morts, relevoient les enseignes, redemandoient les prisonniers, sommoient les places de se rendre, & dans les capitulations ils marchoient devant le Gouverneur de la ville pour asseurer sa personne. Ils estoient les principaux juges du partage des despouilles des vaincus & des recompenses militaires. Ils publioient les victoires, & en portoient les nouvelles aux pays estrangers. Ils publioient la feste de la celebration des Ordres de Chevalerie, & s'y trouvoient vestus du nom & des marques de l'Ordre. Ils faisoient la convocation des Estats Generaux, & y assistoient pour empêcher la confusion & les differents sur les preseances. Ils assistoient aux mariages des Rois & souvent en faisoient la premiere demande, comme aussi aux festins royaux qui se faisoient aux grandes festes de l'année, quand le Roy tenoit cour pleniere & grand tinel, où ils appelloient le Grand Maistre, le Grand Pannetier, le Grand Boutillier, pour venir faire leur charge. Ils faisoient aussi les ceremonies des obseques des Rois, & enfermoient dans le tombeau toutes leurs marques d'honneur, comme sceptre, couronne, main de justice, &c.
 
En France il y a seize Herauts sous les noms de Bourgogne, Normandie, Dauphiné, Bretagne, Alençon, Orleans, Anjou, Valois, Berri, Angoulesme, Guyenne, Champagne, Picardie, Bourbon, Poictou & Provence : en Angleterre six : en Escosse quatre.
 
Le Roy baptisoit les Herauts avec une couppe d'or pleine de vin qu'il leur versoit sur la teste en leur donnant le nom de leur Heraulderie. Ils ne pouvoient obtenir la charge de Heraut qu'aprés sept années d'exercice de poursuivant d'Armes ; & ils ne pouvoient quitter leur charge que pour monter à celle de Roy d'Armes, ou à la dignité de Chevalier.
 
Il y a aussi un Heraut des ordres du Roy, qui porte une cotte d'armes de velours violet semée de fleurs de lis & de flammes en broderie d'or avec les armes & les colliers devant & derriere. Ils portent aussi la croix de l'Ordre penduë à un cordon de soye noire en escharpe.
 
Les Herauts ont comme les Rois d'Armes leur cotte de velours violet, à la reserve que la broderie n'en est pas si riche ; & ils portoient sur les manches le nom & les armes de la Province dont ils portoient le titre. On appelloit plaques ces cottes d'armes qui estoient particulieres aux Herauts ; & tuniques celles qui appartenoient aux Rois d'Armes. Ils portent encore un baston appellé caducée, qui n'a ni fleur de lis, ni couronne au bout, & qui est seulement de velours violet semé de fleurs de lis d'or.
 
L'origine des Herauts est fort ancienne. Stentor estoit le Heraut des Grecs, qui avoit une voix plus forte que cinquante hommes ensemble. Les Grecs les nommoient kerics & irenophylakes, & les Romains Feciaux. Chez eux ils avoient le pouvoir de declarer la paix & la guerre. Ce mot de Heraut vient de l'Allemand herald, qui veut dire gendarme. D'autres le derivent d'un vieux mot François harou, ou haro, dont on se servoit pour un deffi, pour une nouvelle & bruit de guerre, pour une semonce publique & un ban où tout le peuple accouroit, parce que les Herauts estoient les trompettes & clairons qui publioient par tout le monde les victoires & batailles les plus memorables. D'où vient que Du Cange dit qu'on l'a appellé autrefois Clarigarius, aussi-bien que Heraldus. Borel le derive de herus, c'est à dire, maistre, ou venant de la part du maistre. Du Cange dit qu'il vient de here Anglois, ou de l'Allemand heer, qui signifie armée, & de ald, servus, parce que les Herauts servoient principalement dans les armées. Voyez ce qu'il rapporte d'un manuscrit du Heraut du Duc de Bourgogne qu'on appelle Toison d'or, où sont compris tous les devoirs de sa charge, & les ceremonies de son eslection.
Vidéos Le boulon, par Karim Duval Le boulon, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020