oracle

définitions

oracle ​​​ nom masculin

Antiquité Réponse qu'une divinité donnait aux personnes qui la consultaient. Les oracles de la pythie. —  Cette divinité ou son interprète ; son sanctuaire. L'oracle de Delphes.
littéraire Opinion qui jouit d'un grand crédit.
Personne qui parle avec autorité.

synonymes

oracle nom masculin

prophétie, divination, prédiction, vaticination (littéraire)

devin, prophète

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les réunions dont il était l'oracle et le patriarche ne discontinuèrent pas même pendant les crises orageuses de l'année suivante.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Connais-toi toi-même ; c'est, dit l'oracle, le commencement, le milieu et la fin des sciences morales et politiques.Frédéric Bastiat (1801-1850)
De façon décevante pour lui, l’oracle ajoute, «mais pas au cours de votre mandat».Europarl
Nos bêtes s'en allaient tranquillement ; mon oncle devisait de choses et d'autres, et moi je l'écoutais comme un oracle.Eugène Le Roy (1836-1907)
Pas besoin de consulter un oracle pour réaliser que notre époque n'est pas caractérisée par la rigidité, mais par le changement.Europarl
Par sa souplesse, son éloquence évasive et froide, il était le modèle et l'oracle du milieu.Adolphe Thiers (1797-1877)
Le roi, frappé de cet accident, juge que l'oracle est accompli, que le fleuve est devenu l'ennemi de la ville, et il n'espère plus de se sauver.Volney (1757-1820)
Elle le considérait comme un oracle, et s'il l'avait tout à coup plantée là, je crois qu'elle en aurait fait une maladie.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Brujon, qui était un peu oracle et qui avait, comme on sait, « donné l'affaire », n'avait pas encore parlé.Victor Hugo (1802-1885)
Si ce n'était point assez de cet obscur oracle pour pacifier la jeune femme, elle n'en fut pas moins favorablement émue.Paul-Jean Toulet (1867-1920)
Elle lui demande pourquoi elle devient pesante, et quel remède ; l'oracle répond qu'elle doit se lever avant midi, et quelquefois se servir de ses jambes pour marcher.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Psammitique se souvint aussitôt d'un oracle qui lui avait répondu que des hommes d'airain viendraient du côté de la mer à son secours.Charles Rollin (1661-1741)
Un oracle dont la signature ne trahit pas l'incognito attaque brutalement, dans le feuilleton de votre journal, la moralité de mes livres.George Sand (1804-1876)
Ce traité avec le ciel, cet oracle, comme dit l'écrivain grec qui nous fournit cette anecdote, les aida merveilleusement dans l'observation des traités terrestres avec l'empire.Amédée Thierry (1797-1873)
On ne fut pas fort instruit par cet oracle : aussi donna-t-il lieu à une infinité de conjectures plus impertinentes les unes que les autres, comme c'est le privilége des oracles.Denis Diderot (1713-1784)
Le positif, c'est qu'il se posait en démocrate farouche, et qu'il était l'âme et l'oracle des petits conciliabules socialistes des environs.Émile Gaboriau (1832-1873)
L'oracle, voyant des idées aussi confuses troubler son atmosphère, demandait à descendre du trépied et à garder ses inspirations pour lui-même.George Sand (1804-1876)
Cette circonstance frappa les autres, et leur rappela dans l'esprit le souvenir de l'oracle dont j'ai parlé.Charles Rollin (1661-1741)
Je lui faisais mille questions ; il éludait les unes et répondait aux autres d'un ton d'oracle.Jacques Cazotte (1719-1792)
Enfin, au lever de l'aurore, il aperçut le rocher, fort haut et fort escarpé ; et sur le sommet, l'oiseau qui parlait comme un oracle, disant des choses admirables.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ORACLE » subst. masc.

Responce ambiguë & obscure que les Prestres Payens faisoient au peuple sur les choses touchant l'advenir, qui leur estoient proposées, en leur faisant accroire que les Dieux parloient par leur bouche. Plutarque a fait un traité sur la cessation des oracles, & n'en a pas trouvé la vraye raison. On ne sçauroit assez admirer la fureur & l'aveuglement des Payens à consulter les oracles. Tous les oracles estoient captieux & obscurs, & n'estoient qu'un pur artifice des Prestres, sans aucune operation diabolique. Les oracles n'ont point cessé jusqu'à la ruine du Paganisme sous le regne du Grand Theodose ; à ce que dit le Sieur Vaudalin dans une dissertation qu'il a fait exprez.
 
ORACLE, se dit aussi en parlant du lieu où on alloit chercher cette response, & du Dieu qu'on croyoit consulter. L'oracle de Delphes a esté le plus fameux de l'Antiquité : Tous les Princes envoyoient consulter cet Oracle, c'estoit l'Oracle d'Apollon.
 
ORACLE, se dit aussi chez les Chrestiens, des escrits & des responses divines & infaillibles. C'est en ce sens qu'on dit que les paroles de l'Escriture sont des oracles divins ; qu'il faut aller consulter l'oracle, quand on y va chercher la decision de quelque doute.
 
ORACLE, se dit encore des paroles humaines qui ont grande autorité, ou un grands sens. Les ordres du Roy sont des oracles, qui ont toûjours une prompte execution. C'est l'oracle qu'il faut consulter sur la fortune des grands. Les decisions d'un tel Auteur sont autant d'oracles. Saint Thomas est l'oracle que les Scolastiques consultent. On va entendre ce Predicateur comme un oracle.
Le dessous des mots Des fleurs et des hommes Des fleurs et des hommes

Bégonia, forsythia, freesia, zinnia… Qu’ont en commun ces mots ?

Marie-Hélène Drivaud 17/03/2021