reculade

définitions

reculade ​​​ | ​​​ nom féminin

littéraire et péjoratif Fait de reculer, de céder après s'être trop avancé. ➙ dérobade. Honteuse reculade.

synonymes

reculade nom féminin

abandon, dérobade

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il n'est nullement sûr que l'on ne cède, ici, sur cela même, ce qui serait une énorme reculade.Dorothée de Dino (1793-1862)
Quels sont les amours-propres qui se prêteront à une reculade ?Dorothée de Dino (1793-1862)
Quand il revint, après la reculade, cette rieuse lui fut insupportable.Jules Michelet (1798-1874)
Il y eut une reculade, un effarement général.Alphonse Daudet (1840-1897)
Il s'enfuit, si tant est qu'on puisse appeler fuite cette reculade difficile dans cette eau qui ne lui avait jamais paru si lourde à remuer.Gaston Leroux (1868-1927)
C'était sans doute une reculade mortifiante, mais force lui fut de s'exécuter.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
La reculade que nous notions en philosophie, en littérature, se fait plus magnifique encore et plus triomphante dans les sciences.Jules Michelet (1798-1874)
Tant que dure le combat, toute apparence d'hésitation et de reculade est une faute, dût-on regretter de l'avoir engagé.François Guizot (1787-1874)
Une révolution non moins grave, ce fut l'énorme reculade du pouvoir civil devant le clergé.Jules Michelet (1798-1874)
Robespierre ne fut dupe ni de cette fausse bonhomie ni de cette reculade.Ernest Hamel (1826-1898)
Le reste est pis que le néant ; c'est une honteuse reculade.Jules Michelet (1798-1874)
Seulement, inquiète de la figure qu'elle va faire, elle cherche comment couvrir l'humiliation de cette reculade.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Afficher toutRéduire