soupirer

 

définitions

soupirer ​​​ verbe

verbe intransitif Pousser un soupir, des soupirs.
littéraire Être amoureux. —  Soupirer après, pour (qqn, qqch.) : désirer ardemment (ce dont on ressent la privation).
verbe transitif (surtout en incise) Dire en soupirant. Hélas ! soupira-t-il.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je soupire

tu soupires

il soupire / elle soupire

nous soupirons

vous soupirez

ils soupirent / elles soupirent

imparfait

je soupirais

tu soupirais

il soupirait / elle soupirait

nous soupirions

vous soupiriez

ils soupiraient / elles soupiraient

passé simple

je soupirai

tu soupiras

il soupira / elle soupira

nous soupirâmes

vous soupirâtes

ils soupirèrent / elles soupirèrent

futur simple

je soupirerai

tu soupireras

il soupirera / elle soupirera

nous soupirerons

vous soupirerez

ils soupireront / elles soupireront

 

synonymes

soupirer verbe intransitif

souffler, expirer

pleurer, gémir, geindre, se plaindre, se lamenter

soupirer après

appeler de ses vœux, désirer, convoiter, guigner (familier), lorgner (sur) (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je cessai même de soupirer pour ta présence : le monde, – oui – le ciel lui-même était à moi !George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il cesse de parler à ses amis ; il demeure pendant des heures, la tête penchée, triste ; la nuit, sa femme l'entend soupirer, et il se lève ne pouvant dormir.Hippolyte Taine (1828-1893)
A peine votre intelligence a-t-elle pressenti la vie, que votre âme, née pour les grandes conceptions, déjà se prend à soupirer après l'idéal, à désirer l'infini.Joseph Marmette (1844-1895)
Si la foi et la raison étaient des choses opposées, n'ayant nul moyen raisonnable d'obtenir la foi, il faudrait, comme les mystiques, rester là, soupirer, attendre.Jules Michelet (1798-1874)
Nous dînâmes comme vous pouvez penser, et jusqu'à quatre heures nous ne fîmes que soupirer.Madame de Sévigné (1626-1696)
Aider à soupirer les malheurs, est une expression infiniment poétique, pour dire, aider à supporter le chagrin que causent les malheurs.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Occupé de mon bien, je ne cessais de soupirer en pensant à la vie de bruit et d'insouciance que j'avais menée jusqu'alors.Prosper Mérimée (1803-1870)
Je suis déjà dévorée de curiosité ; je n'espère de consolation que de vos lettres, qui me feront encore bien soupirer.Madame de Sévigné (1626-1696)
Au lieu de répondre, il s'appuya au talus qui servait de clôture, tourna les yeux vers la maison où brillait une lumière, et se mit à soupirer.Émile Souvestre (1806-1854)
C'est dans cette chambre qu'en été je venais apprendre mes leçons, contempler un orage, admirer le coucher du soleil et soupirer après la campagne.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Je viens souvent m'asseoir sous l'ombrage, dans ce triste lieu ; j'entends soupirer le vent dans le gazon, et leur souvenir se réveille dans mon âme.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Je lui dis que je ne lui pardonnerais pas (ce qui la fit soupirer et respirer, ayant entendu le reste), car elle ne m'avait pas offensée.Gérard de Nerval (1808-1855)
Je voyais la duchesse ralentir de temps en temps sa marche, tressaillir et soupirer ; j'avais le cœur serré, les idées confuses.Louis Constant Wairy (1778-1845)
J'entends déjà mes collègues soupirer en pensant à toute l'encre qui a déjà coulé à ce sujet, mais cela figure à présent dans la résolution.Europarl
Une nuit pourtant, comme elle ne dormait pas et songeait à son beau capitaine, elle entendit soupirer près de sa cellule.Victor Hugo (1802-1885)
Et quelquefois, la nuit, ma pauvre femme, songeant à ça, ne pouvait se tenir de soupirer.Eugène Le Roy (1836-1907)
Dites-nous, poursuivit-elle, voyant que je demeurois immobile et que je ne faisois que soupirer, qui vous a ainsi changé ?Madame de La Fayette (1634-1693)
Loin de vous, c'est une peine ; mais c'est encore une peine agréable que de repasser en mémoire ces jours et ces heures, et de soupirer encore le mot d'adieu !George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Je ne pouvois sortir, rentrer, soupirer, sourire, sans être obligé de rendre compte de mes actions et de mes pensées.Joseph Fiévée (1767-1839)
La reine ne demeura pas moins troublée ; son cœur se serra, elle pouvait à peine soupirer.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SOUSPIRER » v. neut. & act.

Pousser son haleine, sa respiration avec violence, quand on est esmeu de douleur, d'affliction, ou de quelque autre passion qui oppresse le coeur. Il pleure, il souspire toûjours depuis la mort de ce qu'il aimoit. Les oppressions d'estomach font sans cesse souspirer. Les amants cherchent la solitude pour souspirer à leur aise leurs ennuis, leur martyre.
 
SOUSPIRER, signifie aussi, Aspirer, pretendre à quelque chose. Les avares souspirent sans cesse aprés les richesses ; les ambitieux aprés les honneurs, les dignitez ; les amants pour le coeur de leurs maistresses.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010 Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010

Les mots qui apparaissent ou se répandent à une période donnée sont toujours le reflet de l’esprit de cette époque et des mutations de la société. Sans surprise, ceux de la décennie qui vient de s’achever concernent avant tout les technologies numériques, mais aussi la vie quotidienne, l’économie et la politique. Voici une rétrospective des années 2010 à travers le top des néologismes qui nous ont le plus marqués.

Édouard Trouillez 11/05/2020