stoïquement

 

définitions

stoïquement ​​​ adverbe

D'une manière stoïque, avec un grand courage. Supporter stoïquement les épreuves.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les douairières et les mères à turban ont seules conservé leur vieille antipathie, et voient stoïquement leurs salons réfractaires désertés par la jeunesse.Théophile Gautier (1811-1872)
Cependant, le comte avait fini par prendre la chose stoïquement.Émile Zola (1840-1902)
Alors elle se résigne, et accepte stoïquement, au lieu du triomphe, la catastrophe.Victor Hugo (1802-1885)
Le silence et l'ombre où ils rentrent stoïquement savent le reste.Victor Hugo (1802-1885)
Au total, elle pouvait, en tant que femme, estimer que son action était une espèce de devoir, et elle remplissait ce devoir stoïquement.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Nul moyen de se soustraire à ce déluge, et mieux valait le recevoir stoïquement.Jules Verne (1828-1905)
Les autres regardent venir stoïquement la guérison incertaine, lointaine en tout cas, indifférents à ce qui les environne et dédaigneux même de la commisération.Amédée Delorme (1850-1936)
Le déserteur pare la torgniole, embourse la ruade, pirouette stoïquement sur lui-même, sans une plainte, sans une riposte.Georges Eekhoud (1854-1927)
Le bon tringlot qui dirigeait notre mulet subissait stoïquement cet étrange concert, tout au souci de sa fonction.Amédée Delorme (1850-1936)
Frédéric met stoïquement à la broche le faucon.Émile Gebhart (1839-1908)
Le torse lié à la passerelle, il rugissait stoïquement des ordres dans le porte-voix.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Il attendit stoïquement, se disant qu'on est toujours averti assez tôt d'un malheur, et qu'il ne faut pas aller au devant du courrier qui nous apporte une mauvaise nouvelle.Pamphile Le May (1837-1918)
Il chercha bien du regard un boulanger qui fût en vue de l'hôtel ; n'en trouvant point, il se résigna stoïquement à supporter la faim, plutôt que d'abandonner son poste.Paul Féval (1816-1887)
Si vous n'aviez éveillé en moi un vif sentiment, – l'avoue- rai-je, – c'était l'amour qui me surprenait pour la première fois, – l'amour sur le fumier de mon corps, – j'eusse résisté stoïquement.Arsène Houssaye (1815-1896)
Le capitaine, guidant la première compagnie, est à cheval et fume stoïquement sa cigarette.Charles Des Écores (1852-1905)
Privé de ses modestes appointements, il supporta stoïquement la misère.Joseph Bertrand (1822-1900)
Racine reçoit la douche stoïquement, en homme de la terre, en paysan qui ne craint pas les averses.Marcel Nadaud (1889-?)
Cette opération faite, je pris congé de lui, après avoir refusé stoïquement toutes ses invitations, tant il me tardait d'être dans mon cabriolet.Charles Dickens (1812-1870), traduction Amédée Pichot (1795-1877)
Afficher toutRéduire
Le mot du jour Touché ! Touché !

Contact, tact, tactile, toucher : ces mots viennent du latin tangere, « toucher ». C’est ce contact qui est au cœur de nos pratiques sociales : la poignée de main, la bise, l’accolade, le câlin.

Aurore Vincenti 05/05/2020