terrasser

 

définitions

terrasser ​​​ verbe transitif

Creuser, remuer la terre de. Terrasser un chemin (➙ terrassement).

terrasser ​​​ verbe transitif

Abattre, renverser (qqn), jeter à terre dans une lutte. Terrasser son adversaire.
(sujet : chose) Abattre, rendre incapable de réagir, de résister. ➙ foudroyer. Cette nouvelle l'a terrassé. ➙ accabler, atterrer. —  Être terrassé par l'émotion.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je terrasse

tu terrasses

il terrasse / elle terrasse

nous terrassons

vous terrassez

ils terrassent / elles terrassent

imparfait

je terrassais

tu terrassais

il terrassait / elle terrassait

nous terrassions

vous terrassiez

ils terrassaient / elles terrassaient

passé simple

je terrassai

tu terrassas

il terrassa / elle terrassa

nous terrassâmes

vous terrassâtes

ils terrassèrent / elles terrassèrent

futur simple

je terrasserai

tu terrasseras

il terrassera / elle terrassera

nous terrasserons

vous terrasserez

ils terrasseront / elles terrasseront

actif

indicatif

présent

je terrasse

tu terrasses

il terrasse / elle terrasse

nous terrassons

vous terrassez

ils terrassent / elles terrassent

imparfait

je terrassais

tu terrassais

il terrassait / elle terrassait

nous terrassions

vous terrassiez

ils terrassaient / elles terrassaient

passé simple

je terrassai

tu terrassas

il terrassa / elle terrassa

nous terrassâmes

vous terrassâtes

ils terrassèrent / elles terrassèrent

futur simple

je terrasserai

tu terrasseras

il terrassera / elle terrassera

nous terrasserons

vous terrasserez

ils terrasseront / elles terrasseront

 

synonymes

terrasser verbe transitif

[Technique] creuser

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et voici que, tout d'un coup, cette nouvelle panique passa sur elle pour achever de la terrasser.Paul Bourget (1852-1935)
Voilà ma profession de foi : le peuple sera toujours en état de terrasser l'aristocratie ; il suffit que la société ne fasse aucune faute grossière.Adolphe Thiers (1797-1877)
Il fallait organiser le terrain, terrasser, creuser une tranchée profonde et continue, dissimuler à l'observation des adversaires les mitrailleuses.Gabriel-Tristan Franconi (1887-1918)
Ce serait l'irriter et le rendre plus dangereux que de ne pas le terrasser sur-le-champ.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Ainsi, trois mois avaient suffi pour terrasser ces corps robustes, domptés au travail et aux fatigues pourtant !...Octave Mirbeau (1848-1917)
Les autres, épouvantés, essayèrent de fuir ; je n'eus aucune peine à les terrasser à coups de canne et à les ligoter.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Il leva les deux mains et, se jetant sur elle avec un emportement de bête, essaya de la terrasser.Guy de Maupassant (1850-1893)
On ne leur demandait pas la force de terrasser les animaux, mais le bonheur de les rencontrer.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Et que n'est-elle sur cette route, je vous aurais montré que le malheur peut me terrasser, mais non me faire crier merci !Léon Gozlan (1803-1866)
Confiant dans sa force, dans son adresse, dans son agilité, il n'avait eu qu'un mépris railleur pour l'espèce de bête brute qu'il venait de terrasser.Eugène Sue (1804-1857)
Bien plus, quoique tous mes confrères les rimailleurs froncent le sourcil, et moi aussi je puis terrasser un méchant écrivain.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il s'attendait à de l'embarras ou à des pleurs, et il se sentait rapetissé en face de cette nature énergique qu'il s'était vanté de terrasser.André Theuriet (1833-1907)
Le temps est venu pour vous de terrasser l'esprit sombre contre lequel vous avez si vaillamment lutté.George Sand (1804-1876)
Celui qui faiblit ranime son courage à l'idée de la victoire ; s'il recule , c'est pour prendre plus d'élan et se jeter avec plus d'ardeur sur l'ennemi qu'il voudrait terrasser.Paul de La Gironière (1797-1862)
Tu seras prêt, au moindre geste suspect de cet homme, à te jeter sur lui et à le terrasser.George Sand (1804-1876)
Il me fallut terrasser tous ces monstres qu'on nomme préjugés et qu'il est difficile de détruire et même d'affaiblir dans l'esprit des personnes qui les ont reçus dans leur enfance.Marquis de Sade (1740-1814)
On ne peut terrasser que l'ennemi qui se montre... on ne peut réduire à néant que l'accusation qui se produit... l'ennemi se montre, l'accusation se produit : tant mieux !...Paul Féval (1816-1887)
Vingt fois la maladie avait failli le terrasser, vingt fois l'énergie de son indomptable volonté avait repris le dessus.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il était prêt à bondir sur lui et à le terrasser s'il avait essayé de soulever le voile somptueux qui cachait le secret de sa vie.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Chaque homme est un ennemi qu'il faut craindre et terrasser, avec qui il faut ruser.Guy de Maupassant (1850-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TERRASSER » v. act.

Renverser par terre l'ennemi contre lequel on se bat. Ce lutteur a le corps si ferme, qu'il n'a trouvé personne qui le pust terrasser.
 
TERRASSER, se dit figurément des disputes d'esprit. Ce Docteur a apporté de si forts raisonnemens, qu'il a d'abord terrassé, confondu son adversaire. Cette affliction l'a terrassé, a été plus forte que sa constance.
 
TERRASSER, signifie aussi, Se fortifier en remuant la terre, en se couvrant d'ouvrages de terre. Les ennemis sont si bien terrassés dans leur camp, qu'il est impossible de les forcer.
 
TERRASSÉ, ÉE. part. & adj.
 
TERRASSÉ, en termes de Blason, se dit d'un arbre, ou d'une plante qui est representée sur un Escu comme ayant sa racine dans la terre. On le dit aussi de la pointe de l'Escu faite en forme de champ plein d'herbe.
Le mot du jour Crise Crise

Nous l’entendons partout et tout le temps, en ce moment et à raison, puisque nous traversons une crise, soit un épisode violent et aigu qui n’a pas vocation à s’installer dans le temps.

Aurore Vincenti 06/05/2020