tison

 

définitions

tison ​​​ nom masculin

Reste d'un morceau de bois, d'une bûche dont une partie a brûlé.
 

synonymes

tison nom masculin

braise, brandon

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le tison tomba à terre sans remplir le but du cavalier ; mais celui-ci n'avait pas moins accompli une action téméraire.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Je reculai, je pris un tison et le lui présentai au nez.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Puis, quand le feu est éteint, chacun prend un tison qu'il conserve précieusement au foyer domestique jusqu'à la fête suivante.Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Persicaire, beauté dure, tison, flambeau au bout d'un roseau, tout dans les yeux et rien au cœur.Remy de Gourmont (1858-1915)
L'éducation qu'elle avait reçue lui avait parlé toujours de l'âme et jamais de l'amour, à peu près comme qui parlerait du tison et point de la flamme.Victor Hugo (1802-1885)
Puis, il s'étendit sur un canapé, près de la femme dont l'immobile figure était atteinte par la lueur d'un tison, et il attendit.Joris-Karl Huysmans (1848-1907)
Et tout à coup, il resta stupéfié, le bras en l'air, sans plus penser à jeter le tison qui, sournoisement, lui brûlait les doigts.Fernand Kolney (1868-1930)
Tout en fuyant, il saisit un tison qui, lancé au toit, retombe sur le sol et fait jaillir de vives étincelles.Élie Reclus (1827-1904)
Là-dessus, reprenant courage, je saisis un tison enflammé et me précipitai dans la caverne avec ce brandon à la main.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Tison et sa femme remplissaient jusqu'au bout la mission odieuse dont ils s'étaient chargés.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
Un temple d'orfèvrerie, un palais pour l'orgueil et la volupté, des joyaux qu'un tison réduirait en cendres.Gérard de Nerval (1808-1855)
Tison, enfermé, nous l'avons dit, dans la tourelle depuis le 21 septembre, supportait en silence la captivité comme une expiation de sa conduite passée.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
Je l'ai retiré comme un tison du bûcher, et je ne sais pas si j'en suis vraiment fâché.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Tison et sa femme, les deux espions, occupaient la troisième pièce ; l'antichambre servait aux municipaux, qui y demeuraient jour et nuit.Maxime de La Rocheterie (1837-1917)
Un tison venait de rouler du foyer, il avait pris les pincettes et ne semblait préoccupé que du soin de reconstruire artistement l'édifice écroulé de son feu.Émile Gaboriau (1832-1873)
L'un après l'autre, les chefs déposèrent leur tison sur cette poussière et le sorcier souffla sur les charbons.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il ne tiendrait bientôt plus qu'un tison éteint, et sur ses cendres il ferait avancer son cheval.Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
Aussitôt qu'on en approche un tison enflammé, elle se précipite avec un bruit effroyable, renverse les arbres, crevasse la terre et la fait trembler.Marcel Schwob (1867-1905)
Comme ils m'agaçaient cependant, je pris un tison et fis une charge à fond de train ; les maudites bêtes s'enfuirent dans les ténèbres.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Tour à tour, le plus matinal d'entre eux fournissait, par exemple, de la braise ou un tison enflammé à ses confrères, qui lui rendaient la pareille un autre jour.Étienne-Jean Delécluze (1781-1863)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TISON » s. m.

Piece de bois à demy consumée par le feu, soit qu'elle soit esteinte, soit qu'elle soit encore enflammée. Cet homme est un casanier qui garde les tisons. On dit d'un vieillard, qu'il crache sur les tisons, qu'il ne bouge du coin du feu. Ce mot vient de titio. Nicod.
 
On appelle par injure un meschant homme, un tison d'enfer. On dit aussi, qu'un homme a été le tison, le boutefeu qui a allumé une guerre civile, ou une querelle domestique.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020