usurpateur

 

définitions

usurpateur ​​​ , usurpatrice ​​​ nom

Personne qui usurpe (un pouvoir, un droit ; spécialement, la souveraineté). ➙ imposteur.
 

synonymes

usurpateur, usurpatrice nom

imposteur

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Alors la fraction renversée vient, à son tour, se joindre à ceux qui l'ont renversée, mais n'ont pas obtenu sa place ; et on renverse, à son tour, le dernier usurpateur.Alphonse Karr (1808-1890)
Les anciens propriétaires sont les appuis naturels d'un monarque légitime ; ils sont les ennemis-nés d'un usurpateur.Benjamin Constant (1767-1830)
Alphonse n'est donc plus un usurpateur, puisque c'est à lui que le trône revenait de droit.Albert Delpit (1849-1893)
Je n'étais point un usurpateur ; ils auront beau le dire, on ne les croira pas.Pierre Alexandre Fleury de Chaboulon (1779-1835)
Tout en continuant d'aimer son roi légitime, il eut le bon sens de servir l'usurpateur.Victor Hugo (1802-1885)
Au besoin, s'il s'avisait de venir déranger nos affaires, on le rembarquerait poliment, comme usurpateur d'un faux titre...Jules Lemaître (1853-1914)
Il a passé à l'usurpateur, non comme un ignorant crédule, mais comme un vaurien dépravé et dangereux.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
L'usurpateur m'invite à faire une première ouverture, sans dire même à qui, et il promet de l'appuyer de toutes ses forces.Ernest Daudet (1837-1921)
Comme nous le disions tout à l'heure, nous devons, avant toute chose, éviter de jouer le rôle d'usurpateur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Ce n'était pas seulement un prince malheureux qu'on venait honorer et consoler ; c'était le souverain légitime qu'on acclamait, pour l'opposer à l'usurpateur.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Ce nouvel usurpateur au moins n'était pas indigne du rôle de défenseur de son pays.Pierre Daru (1767-1829)
Un usurpateur est celui qui met les républiques dedans ; un libérateur est celui qui les met dehors.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Et il vaudrait bien mieux recevoir un don si beau du possesseur légitime, pour prix du salut de tous, que d'un usurpateur, dispensant le bien d'autrui en récompense d'une trahison.Adolphe Thiers (1797-1877)
Croyez-vous que les corporations qui existent sous un usurpateur éprouveraient, à briser son joug, ce même obstacle moral, ce même scrupule de conscience ?Benjamin Constant (1767-1830)
Le défaut de suite dans les idées, la vanité blessée, la paresse, l'incapacité, tels étaient les misérables mobiles de cet usurpateur de la royauté espagnole.Adolphe Thiers (1797-1877)
Que le vent tourne, et ils déposeront l'usurpateur auquel ils se préparaient à jeter la couronne.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Vous savez aussi bien que moi qu'il y a des titres de prétention qui subsistent parfaitement si le territoire est occupé par un usurpateur.Marcel Proust (1871-1922)
Notre cause triomphera, j'en ai la ferme conviction, car il ne s'agit pas ici de renverser une dynastie, de soutenir et de pousser un usurpateur.Michel Zévaco (1860-1918)
Ici l'ambitieux usurpateur du trône change tout à coup de rôle, d'esprit, de langage, par une de ces révolutions d'esprit qui déconcertent souvent l'histoire.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
J'avais à craindre que vous me haïssiez, que vous en soyiez restée à votre dépossession, que je fusse pour vous l'envahisseur et l'usurpateur.Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « USURPATEUR » s. m.

Injuste possesseur du bien d'autruy, qui s'en est emparé par violence. Ce Prince n'est pas un heritier legitime de la Couronne, il en est l'usurpateur. Les Nobles de Province jouïssent de plusieurs droits sans titre dont ils sont usurpateurs.
Le mot du jour École École

Voilà un mot étonnant : école, fort éloigné aujourd’hui de la réalité qui était la sienne durant l’Antiquité. En grec, skholê ne correspondait pas à l’idée d’effort et d’instruction mais, avant tout, à celle de loisir.

Aurore Vincenti 22/04/2020