Conjugaison du verbe déprendre (se)

pronominal

indicatif

présent

je me déprends

tu te déprends

il se déprend / elle se déprend

nous nous déprenons

vous vous déprenez

ils se déprennent / elles se déprennent

imparfait

je me déprenais

tu te déprenais

il se déprenait / elle se déprenait

nous nous déprenions

vous vous dépreniez

ils se déprenaient / elles se déprenaient

passé simple

je me dépris

tu te dépris

il se déprit / elle se déprit

nous nous déprîmes

vous vous déprîtes

ils se déprirent / elles se déprirent

futur simple

je me déprendrai

tu te déprendras

il se déprendra / elle se déprendra

nous nous déprendrons

vous vous déprendrez

ils se déprendront / elles se déprendront

passé composé

je me suis dépris / je me suis déprise

tu t'es dépris / tu t'es déprise

il s'est dépris / elle s'est déprise

nous nous sommes dépris / nous nous sommes déprises

vous vous êtes dépris / vous vous êtes déprises

ils se sont dépris / elles se sont déprises

plus-que-parfait

j'étais dépris / j'étais déprise

tu t'étais dépris / tu t'étais déprise

il s'était dépris / elle s'était déprise

nous nous étions dépris / nous nous étions déprises

vous vous étiez dépris / vous vous étiez déprises

ils s'étaient dépris / elles s'étaient déprises

passé antérieur

je me fus dépris / je me fus déprise

tu te fus dépris / tu te fus déprise

il se fut dépris / elle se fut déprise

nous nous fûmes dépris / nous nous fûmes déprises

vous vous fûtes dépris / vous vous fûtes déprises

ils se furent dépris / elles se furent déprises

futur antérieur

je me serai dépris / je me serai déprise

tu te seras dépris / tu te seras déprise

il se sera dépris / elle se sera déprise

nous nous serons dépris / nous nous serons déprises

vous vous serez dépris / vous vous serez déprises

ils se seront dépris / elles se seront déprises

subjonctif

présent

que je me déprenne

que tu te déprennes

qu'il se déprenne / qu'elle se déprenne

que nous nous déprenions

que vous vous dépreniez

qu'ils se déprennent / qu'elles se déprennent

imparfait

que je me déprisse

que tu te déprisses

qu'il se déprît / qu'elle se déprît

que nous nous déprissions

que vous vous déprissiez

qu'ils se déprissent / qu'elles se déprissent

passé

que je me sois dépris / que je me sois déprise

que tu te sois dépris / que tu te sois déprise

qu'il se soit dépris / qu'elle se soit déprise

que nous nous soyons dépris / que nous nous soyons déprises

que vous vous soyez dépris / que vous vous soyez déprises

qu'ils se soient dépris / qu'elles se soient déprises

plus-que-parfait

que je me fusse dépris / que je me fusse déprise

que tu te fusses dépris / que tu te fusses déprise

qu'il se fût dépris / qu'elle se fût déprise

que nous nous fussions dépris / que nous nous fussions déprises

que vous vous fussiez dépris / que vous vous fussiez déprises

qu'ils se fussent dépris / qu'elles se fussent déprises

conditionnel

présent

je me déprendrais

tu te déprendrais

il se déprendrait / elle se déprendrait

nous nous déprendrions

vous vous déprendriez

ils se déprendraient / elles se déprendraient

passé 1re forme

je me serais dépris / je me serais déprise

tu te serais dépris / tu te serais déprise

il se serait dépris / elle se serait déprise

nous nous serions dépris / nous nous serions déprises

vous vous seriez dépris / vous vous seriez déprises

ils se seraient dépris / elles se seraient déprises

passé 2e forme

je me fusse dépris / je me fusse déprise

tu te fusses dépris / tu te fusses déprise

il se fût dépris / elle se fût déprise

nous nous fussions dépris / nous nous fussions déprises

vous vous fussiez dépris / vous vous fussiez déprises

ils se fussent dépris / elles se fussent déprises

impératif

présent

déprends-toi

déprenons-nous

déprenez-vous

participe

présent

se déprenant

passé

dépris / s'étant dépris

déprise / s'étant déprise

dépris / s'étant dépris

déprises / s'étant déprises

infinitif

présent

se déprendre

passé

s'être dépris

s'être déprise

s'être dépris

s'être déprises

Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020