aboiement

 

définitions

aboiement ​​​ nom masculin

Action d'aboyer, cri du chien.
 

synonymes

aboiement nom masculin

jappement, cri, glapissement, grognement

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
A peine avais-je fini cette réflexion, que j'entendis l'aboiement lointain d'un chien, puis d'un second ; quelques instants après, je distinguai les hurlements de toute une meute.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Je puis affirmer que souvent le diable crie la nuit d'une voix inintelligible qui ressemble à l'aboiement d'un chien.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Assise près d'une fenêtre ouverte, elle ne s'aperçoit point du froid de la nuit ; l'aboiement d'un chien, le vol d'un oiseau nocturne la font tressaillir.Sophie Gay (1776-1852)
Tout à coup, son ombre, qui flotte un moment sur le pavé, fait lever la tête au chien de garde, et lui arrache un rauque aboiement.Eugène Fromentin (1820-1876)
Au moment ou j'allais m'asseoir, j'entendis derrière moi un hurlement plaintif qui se termina par un aboiement.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
L'aboiement d'un chien se fit entendre, en réponse ; mais en même temps cet ennemi invisible prit la fuite.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
L'infortuné était là depuis longtemps, l'œil perdu dans l'espace, lorsqu'il fut tiré de sa rêverie par un bruit vague, lointain, qui ressemblait à l'aboiement du chien.Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Tandis qu'elle regardait en tapinois et avec précaution à travers les arbres, un petit aboiement sec, juste au-dessus de sa tête, lui fit tout à coup lever les yeux.Lewis Carroll (1832-1898), traduction Henri Bué (1843-1929)
Mais ne t'y méprends pas ; leurs hurlemens ne sont pas des cris d'amour, leur aboiement après le gibier n'est pas un éloge.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Un second aboiement se fit entendre, mais, quoique plus faible, il était certainement plus rapproché.Jules Verne (1828-1905)
Si j'admire le rauque aboiement des cors à l'orchestre, la voix de vos chiens du théâtre ne peut m'inspirer que le dégoût.Hector Berlioz (1803-1869)
Dans ce mur fruste, une porte à la sonnette de tirage cassée, dont le tintement grêle éveille l'aboiement de gros chiens de montagne.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Aux beuglements et aux bêlements se mêlaient l'aboiement des dogues et le claquement strident des stockwhipps.Jules Verne (1828-1905)
Laïza s'assura qu'il était bien lié, et, conduisant le vieillard à quelques pas, il étendit la main du côté où, pour la première fois, s'était fait entendre l'aboiement d'un chien.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il y eut un instant de silence, à la fin duquel un nouvel aboiement retentit dans la forêt, plus rapproché que les deux premiers.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Arrivé devant le village, il prit un canot sur la grève, le mit à flot, s'éloigna à quelques mètres du bord du fleuve et exhala un aboiement prolongé.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Un caillou auquel le pied se heurtait, le cri d'une chouette, l'aboiement d'un chien, un vase brisé, une vieille femme qui vous regardait la première, un animal qu'on rencontrait.Éliphas Lévi (1810-1875)
Or, un matin, au moment de laisser tomber la première bouchée, elles entendirent tout à coup un aboiement formidable dans le puits.Guy de Maupassant (1850-1893)
Dans le lointain était un village ; la fumée bleuâtre montait au-dessus des toits ; on entendait l'aboiement des chiens, le chant des ouvriers, le bruit de l'enclume et du marteau.Édouard Laboulaye (1811-1883)
Les maisons, les habitations, les châteaux, sont déserts, abandonnés : nul bruit ne s'élève jusqu'à nous, si ce n'est celui de l'aboiement rauque et sinistre de quelques chiens abandonnés.Gaston Tissandier (1843-1899)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABBOY » s. m.

On disoit autrefois abay. Le cri, ou le japper d'un chien. Ce mot est factice, & formé sur le son des chiens, qui crient, ou abboyent. L'abboy des chiens fait connoistre le lieu où est le gibier. L'abboy des mastins est leur cri, quand ils sentent le loup, ou quelque chose d'estrange autour de la maison.
 
ABBOY, se dit aussi de l'extremité où est reduit le cerf sur ses fins : car alors on dit qu'il est aux abboys, qu'il ne peut plus courir, qu'il manque de force & de courage.
 
ABBOYS, se dit figurément de l'homme, & signifie l'agonie. Il est reduit aux abboys de la mort, ou simplement, aux abboys : c'est à dire, il se meurt. On dit aussi, qu'un procés est aux abboys, quand il est presque jugé, ou perdu ; qu'une pudeur est aux abboys, qu'une fidelité est aux abboys, lors qu'elle est presque vaincuë, qu'elle ne se peut plus deffendre. On dit aussi, Tenir quelqu'un en abboy, pour dire, l'amuser de vaines esperances & promesses.
Le mot du jour Soutien-gorge Soutien-gorge

Vague de froid sur le soutien-gorge… Elles sont nombreuses à clamer : « C’est fini, je n’en porterai plus ! », joignant le geste à la parole dans un nouveau mouvement de libération des seins.

Aurore Vincenti 24/04/2020