aéré

 

définitions

aéré ​​​ , aérée ​​​ adjectif

Où l'air circule. Pièce bien aérée.
Centre aéré, qui propose aux enfants des activités de plein air.
 

synonymes

aéré, aérée adjectif

ajouré, clair, clairsemé, ouvert, percé

ventilé, (ouvert) aux quatre vents

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On place alors l'animal dans un endroit sec et aéré, toujours à l'ombre et on le laisse sécher pendant huit ou quinze jours.René Martin (1846-1925)
Ce beau quartier latin que je traverse chaque soir est devenu vaste, aéré, monumental.George Sand (1804-1876)
Aucune espèce de porte, aucune croisée apparente ne trahit l'existence de cet immense local, suffisamment chauffé et aéré par les vastes cheminées.George Sand (1804-1876)
Le local d'une bibliothèque bien aménagée doit être suffisamment éclairé, aéré et sec.Gabriel Richou (1852-1915)
L'ouvrier doit être placé dans un endroit aéré, afin de se préserver des exhalaisons mercurielles.Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842)
Frédéric a du moins, il faut en convenir, un intérieur plus aéré.Jules Michelet (1798-1874)
Ainsi qu'on l'a vu plus haut, à mesure que les têtes sont décharnées, on les place dans un magasin bien aéré pour s'en servir au besoin.Nicolas Appert (1749-1841)
Les pièces sont plus petites, on est mieux aéré ; donc il n'est pas besoin de donner à cet étage une hauteur pareille, et 4 mètres suffiraient largement.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
La porte de chêne, à imposte pointue, parsemée de gros clous de fer, avait un air sombre et maussade, mais le vestibule sur lequel elle s'ouvrait était clair et aéré.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Ils furent moins mécontents du quartier des mameluks, plus aéré, mais moins original.George Sand (1804-1876)
On place une table dans un endroit spacieux et aéré.Éliphas Lévi (1810-1875)
Les deux chandelles qui éclairaient le parloir vacillaient dans une espèce de brouillard causé par la puante atmosphère de ce lieu mal aéré.Honoré de Balzac (1799-1850)
L'appartement, bien chauffé et hermétiquement clos, est donc suffisamment aéré et suffisamment clair, malgré la relative exiguïté des fenêtres.Jules Legras (1866-1939)
Imaginez au milieu de jardins merveilleux, un vaste édifice, simple, bien aéré, avec un large réfectoire.Gaston Leroux (1868-1927)
Cette dernière opération terminée, on met les tablettes dans des caisses placées dans un lieu sec et bien aéré, où elles sont emmagasinées jusqu'à la vente.Nicolas Appert (1749-1841)
L'été, ils ont un autre logement plus aéré ; mais dont tous les meubles consistent pareillement en une natte et un vase à boire.Volney (1757-1820)
On me poussa alors dans un passage assez sombre, mais aéré ; en un quart d'heure mes chaînes furent solidement rivées.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Et si vous attendez une réponse, monsieur, vous pouvez l'attendre, monsieur, dans le couloir, qui est un appartement spacieux et bien aéré, monsieur.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AERÉ, ÉE » adj.

Qui est bien exposé à l'air dans une plaine, ou sur une élevation. Une maison bien aërée est fort saine. le Chasteau neuf de St. Germain est bien aëré.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020