amollir

 

définitions

amollir ​​​ verbe transitif

Rendre mou, moins ferme. ➙ ramollir. —  sans complément, au figuré La paresse amollit.

s'amollir ​​​ verbe pronominal

Devenir mou. La cire s'amollit à la chaleur. —  au figuré Il s'amollit dans l'oisiveté.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'amollis

tu amollis

il amollit / elle amollit

nous amollissons

vous amollissez

ils amollissent / elles amollissent

imparfait

j'amollissais

tu amollissais

il amollissait / elle amollissait

nous amollissions

vous amollissiez

ils amollissaient / elles amollissaient

passé simple

j'amollis

tu amollis

il amollit / elle amollit

nous amollîmes

vous amollîtes

ils amollirent / elles amollirent

futur simple

j'amollirai

tu amolliras

il amollira / elle amollira

nous amollirons

vous amollirez

ils amolliront / elles amolliront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
C'est cette vivacité que je voudrais dompter, amollir, plier à de nouvelles formes d'expression intellectuelle.Remy de Gourmont (1858-1915)
Elle est un instinct qui avertit la force d'amollir sa main à la proportion de la faiblesse et de l'adversité des victimes.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ces barres de fer étaient clouées dans un ciment extrêmement dur, que nous ne pouvions amollir qu'en soufflant de l'eau avec notre bouche dans les trous que nous pratiquions.Henri Masers de Latude (1725-1805)
Les débauches où tout jeune encore il se plongea, en quête de « voluptés et iritement d'apetit extraordinaire », achevèrent de l'amollir.Jean Hippolyte Mariéjol (1855-1934)
Pour qu'un méchant pleure, il faut qu'il souffre beaucoup... et chez lui la réaction de la souffrance, au lieu de détendre, d'amollir l'âme, l'enflamme d'un dangereux courroux...Eugène Sue (1804-1857)
Il nous faut donner l'exemple du courage et de l'abnégation, au lieu de nous laisser amollir par les larmes.Judith Gautier (1845-1917)
Un désir souvent l'obsède : il veut se définir un rôle par lequel il servira, il aura fait quelque chose de stable pour amollir l'égoïsme de ses compatriotes.Hector Bernier (1886-1947)
Il faut une petite enclume de deux pouces carrés et une lampe à esprit de vin pour amollir la cire.Victor Hugo (1802-1885)
On entendait s'amollir sa plainte, et ses soupirs se régulariser et décroître, puis se relever en un souffle de bien-être ou d'extase.René Boylesve (1867-1926)
En la voyant glisser sur le bras du fauteuil, le baron sentit enfin s'amollir la cruauté vindicative qui lui avait dicté ses paroles.Charles de Bernard (1804-1850)
Sa fille, beaucoup moins endurcie qu'elle, paraît s'amollir à mesure que le moment fatal approche, tandis que l'assurance diabolique de la veuve augmente encore, s'il est possible.Eugène Sue (1804-1857)
Ses deux mains se plongeaient ensemble avec action dans les mèches de sa chevelure, que l'huile prodiguée ne pouvait point amollir.Paul Féval (1816-1887)
La chanson de tendresse et de légende acheva de lui remplir l'âme, de la tendre pour enfin l'amollir : en un remous de force et d'enthousiasmes se heurtant, elle se dégonfla.Hector Bernier (1886-1947)
Une cour délicate, sourdement ardente sous un masque de respect, si subtile que le parfum qui en émanait semblait s'insinuer en elle pour amollir l'arc tendu de sa volonté.Henri Ardel (1863-1938)
N'allez donc pas amollir indiscrètement votre élève dans la continuité d'un paisible sommeil, qui ne soit jamais interrompu.Dorothée de Dino (1793-1862)
C'était un homme jeune encore, d'une taille haute, à la fois robuste et gracieuse, mais que semblaient amollir des habitudes d'indolente paresse.Paul Féval (1816-1887)
La première est de ne le point abandonner à l'oisiveté et aux plaisirs, qui ne manqueroient pas d'amollir son cœur et d'énerver son courage.Amédée Rouc (1828-1902)
George, répondant ainsi au premier appel de la trompette guerrière, s'était élancé des bras de sa femme pour se soustraire à des pensées qui auraient pu amollir son courage.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Ces larmes, ces agitations, qui ne faisaient qu'amollir le pécheur, par un cercle fatal, le ramenaient aux chutes ; il se croyait damné, et n'en péchait que davantage.Jules Michelet (1798-1874)
Rien comme ce modeste instrument pour adoucir les maux de l'existence, ou amollir le cœur d'une amante revêche.Charles Des Écores (1852-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AMOLLIR » v. act.

Rendre moins dur. La chaleur amollit la cire, & seche la bouë. les cuirs passent entre les mains des Courroyeurs pour les amollir. on dit que le vin amollit les nerfs. un peu de pluye amollit la terre qui est trop seche.
 
AMOLLIR, se dit figurément en Morale, & signifie, Attendrir. Ce pere étoit dur & inexorable, mais son coeur s'est amolli par les larmes & les soûmissions de son fils. on tient que les delices de Capoüe amollirent Hannibal, & le courage de ses soldats.
 
AMOLLI, IE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Panacée Panacée

On la croit capable de tout résoudre, elle, la déesse Panakeia, herboriste et guérisseuse. La panacée, fidèle à son origine grecque, est remède (akos) universel (pan-) :  une plante imaginaire qui guérissait de tous les maux. Pour les druides, le gui était une panacée ! 

Aurore Vincenti 18/04/2020