âpreté

 

définitions

âpreté ​​​ nom féminin

littéraire Rudesse désagréable de ce qui est âpre. L'âpreté de l'hiver. —  L'âpreté d'un vin.
au figuré Caractère dur, pénible, rude ou violent. L'âpreté d'un reproche.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il s'y porta avec sa richesse d'idées, avec son expérience et son tact qui corrigeait l'âpreté de certaines autres plumes vaillantes.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Mais l'abondance et les commodités de la vie, la beauté du ciel, la douceur des habitans, ont peu à peu amolli l'âpreté qu'ils avaient apportée dans ces climats.Amédée Thierry (1797-1873)
On connaissait avec plus d'âpreté, mais d'une manière moins générale et moins soutenue, l'excitation nerveuse à laquelle succombent aujourd'hui tant d'âmes précoces.George Sand (1804-1876)
Il oubliait même la conversation qu'il avait surprise, cette âpreté d'ambition, cette rage sourde contre le rival redouté.Émile Zola (1840-1902)
L'âpreté du vent et le froid occasionné par la neige me donnèrent des étourdissemens ; cependant je n'en continuai pas moins à grimper plus haut.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
C'était l'âpreté du froid et la raréfaction de l'air qui nous avaient rougis de cette façon.Théophile Gautier (1811-1872)
Il avait eu d'autres raisons, qu'il ne disait pas, pour agir avec cette âpreté féroce.Émile Blémont (1839-1927)
Je me sentais artiste, et, si j'eusse été maltraité par ceux qui ne l'étaient pas, je me serais élancé dans la carrière avec une sorte d'âpreté chagrine et hautaine.George Sand (1804-1876)
J'admets que le romancier y ait fait une étude originale, dont l'âpreté doive blesser le public.Émile Zola (1840-1902)
Il est aussi un mérite qu'ils s'attribuent et que nul ne peut leur contester, celui d'une grande âpreté au travail.Élisée Reclus (1830-1905)
J'accepte même l'âpreté du langage ; sans doute il est très désirable que les formes de tout le monde soient douces, mesurées.François Guizot (1787-1874)
Hier soir cependant, après une longue et vive discussion entre nous, il a produit cet expédient comme atténuant l'âpreté de nos formes.François Guizot (1787-1874)
Les ouvriers lui reprochaient sa morgue dédaigneuse, les paysans son âpreté au gain, et les bourgeois ses opinions politiques.Émile Gaboriau (1832-1873)
Cet homme plein d'habileté et de talens, mais dont l'âpreté pécuniaire causa bientôt la disgrâce, s'est toujours montré si cupide qu'il n'est pas besoin de le nommer pour le désigner.Joseph Fouché (1759-1820)
Il lui était resté juste assez d'âpreté pour assaisonner sa bonté ; c'était un esprit rude et un cœur doux.Victor Hugo (1802-1885)
Il défendait ses droits de patron très énergiquement, il répétait que l'âpreté de la concurrence le forcerait à les exercer sans aucun abandon possible, tant que le système actuel existerait.Émile Zola (1840-1902)
Des ruisseaux de cristal circulent et bondissent parmi ces gorges, dont les contours sont hardis sans âpreté, et dont le mouvement change à chaque détour du chemin.George Sand (1804-1876)
Nous avons à passer des forêts capables d'effrayer les voyageurs les plus assurés, soit par leur vaste étendue, soit par l'âpreté dos chemins rudes et dangereux.Adam Charles Gustave Desmazures (1818-1891)
Faut-il s'étonner qu'une spoliation poursuivie avec tant de méthode et d'âpreté ait réduit notre pays à la famine.Jean Massart (1865-1925)
Il y avait plus d'activité et plus de bonne humeur dans le village, plus de bienveillance dans les cœurs et moins d'âpreté dans les discours.André Theuriet (1833-1907)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ASPRETÉ » subst. fem.

Qualité de ce qui est aspre. L'aspreté d'un pays en empêche le commerce, & qu'on n'y voyage. On dit aussi, l'aspreté du feu, ou des fruits qui sont trop acres.
 
ASPRETÉ, se dit figurément en Morale. Les Anciens ont blasmé l'aspreté des moeurs de Caton, sa trop grande severité. cet homme entreprend des choses avec trop d'aspreté, pour dire, d'ardeur & de promptitude.
 
Ces mots viennent du Latin asper.
Le mot du jour Touché ! Touché !

Contact, tact, tactile, toucher : ces mots viennent du latin tangere, « toucher ». C’est ce contact qui est au cœur de nos pratiques sociales : la poignée de main, la bise, l’accolade, le câlin.

Aurore Vincenti 05/05/2020