arrérages

 

définitions

arrérages ​​​ nom masculin pluriel

Montant échu d'une rente, d'une pension.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Gênes non-seulement leur paya les arrérages de leur solde, mais acheta d'eux les munitions qui se trouvèrent dans les forteresses.Émile Vincens (1764-1850)
Durant deux ans, il solda régulièrement des arrérages.Fernand Vandérem (1864-1939)
Pauvre bonhomme, d'ailleurs, qui sans les colzas de l'an passé, eût été bien embarrassé de payer ses arrérages !Gustave Flaubert (1821-1880)
Les arrérages des pensions inscrites se prescrivent par trois ans.Aristide Briand (1862-1932)
On en est réduit à envisager un emprunt avec garantie internationale et paiement des arrérages par les revenus de la douane.Gabriel Louis Jaray (1878-1954)
Un homme à qui il doit quelque rente lui alla demander trois années d'arrérages.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Il s'y rendit aussitôt, prodigua les secours, les consolations, dispensa les habitants de toute contribution pendant dix ans, fit la remise aux débiteurs des arrérages des impôts non acquittés.Albert Du Casse (1813-1893)
Il mène avec lui des témoins quand il va demander ses arrérages, afin qu'il ne prenne pas un jour envie à ses débiteurs de lui dénier sa dette.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Par le même ordre, il recommande que le service des arrérages de ces pensions soit fait dorénavant très-exactement chaque année.Antoine Dumesnil (1805-1891)
Et quand le colonel paierait-il enfin les arrérages de la dot ?Paul Adam (1862-1920)
Dans la crainte que sa signature, donnée au bas du reçu de la rente viagère, ne fut considérée comme une approbation, il refusa d'en toucher les arrérages.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Si l'an passé vous ne pouviez joindre les deux bouts, comment les joindrez-vous, maintenant que, sans augmenter vos recettes, vous augmentez vos dépenses et avez des arrérages à payer ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il l'avait assurée dès sa naissance pour une somme considérable dont il avait scrupuleusement payé, pendant vingt et un ans, les arrérages.Émile Bergerat (1845-1923)
Les rentes trois pour cent étaient alors à quatre-vingts francs, il s'agissait, avec les arrérages, d'une restitution de près d'un million !Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ARRERAGES » s. m. plur.

Cours d'une rente annuelle & constituée, ou d'une pension des cens & droits Seigneuriaux, ou des loyers de terres & de maisons. Il a laissé courir tant d'années d'arrerages. les arrerages monteront plus que le principal. L'interest ne se dit que des obligations ; arrerages se dit quelquefois des vieilles dettes. les arrerages de pratique ne valent rien. Ce mot vient par contraction d'arrierages, comme on prononçoit anciennement, qui a été fait de arriere, & arriere de retrò. Menage.
 
On dit proverbialement d'un bon compagnon & vigoureux, que c'est un bon payeur d'arrerages.
Le français des régions Il drache Il drache

I'drache toudi din ch'nord ! Le mot drache, qui désigne une averse de pluie soudaine et intense, est l’un des régionalismes les plus emblématiques du français que l’on parle dans le Nord-Pas-de-Calais et en Wallonie.

27/10/2020