attardé

 

définitions

attardé ​​​ , attardée ​​​ adjectif et nom

Qui est en retard.
Qui est quelque part au-delà de l'heure habituelle. Quelques passants attardés (hors de chez eux, le soir, la nuit).
Qui est en retard dans sa croissance, son développement, son évolution. Un enfant attardé. ➙ arriéré. —  nom Un attardé.
Qui est en retard sur son époque. Des conceptions attardées. ➙ rétrograde.
 

synonymes

attardé, attardée adjectif et nom

rétrograde, dépassé, ringard (familier)

arriéré, débile, demeuré, simple d'esprit

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le notaire pensa que c'était quelque carrosse attardé et n'attacha aucune attention à cette circonstance.Eugène Sue (1804-1857)
Quelques-uns de nos lecteurs penseront même peut-être que nous nous y sommes attardé trop longtemps.Rodolphe Reuss (1841-1924)
Cependant c'est pour faire franchir au moyen âge, attardé dans l'âme slave, les étapes le séparant du vingtième siècle, que les intellectuels opprimés précipitent les temps à coups de bombes.Daniel Lesueur (1854-1921)
A minuit les ponts-levis sont levés et les portes impitoyablement fermées ; l'habitant attardé est contraint de chercher un gîte dans le faubourg.Paul de La Gironière (1797-1862)
Il s'y est lui-même attardé longuement ; je veux parler de la question de savoir jusqu'où cette responsabilité s'étend et qui doit payer la collecte et les points de dépôt.Europarl
Je sais que le président en exercice s'est largement attardé sur ce sujet le mois dernier.Europarl
Pèlerin attardé, j'y viens à temps pour boire, non pas pour rétablir le cours des grandes eaux.Jules Michelet (1798-1874)
Enfin il rencontra un passant attardé, s'approcha de lui, lui dit quelques paroles ; l'homme auquel il s'adressait recula avec terreur, cependant il répondit aux paroles du mousquetaire par une indication.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Rien ne troublait plus le silence que, par intervalles, le roulement lointain de quelque fiacre attardé, traversant le boulevard.Émile Gaboriau (1832-1873)
Les heures avaient passé pour lui comme des minutes ; il n'avait point mesuré le temps ; il s'était attardé.Paul Féval (1816-1887)
Comme je m'absorbais de la sorte, j'entendis marcher dans un sentier qui rejoignait, entre de vieux ifs, l'avenue où je m'étais attardé.Adolphe Retté (1863-1930)
Pas un passant, pas un attardé, pas un rôdeur, pas un miaulement de chat amoureux.Guy de Maupassant (1850-1893)
Si le manquement était plus grave, si envoyé en commission, il s'était trop attardé, à son retour il trouvait tout disposé pour ce que l'on appelait funerale solenne.Paul Sébillot (1843-1918)
Nous essayâmes de le retenir, mais il nous déclara qu'il s'était déjà trop attardé, et voulait arriver avant la nuit à un hameau qu'il nous désigna.Émile Souvestre (1806-1854)
Pendant que les musiciens maugréaient contre le temps qu'on leur faisait perdre, et se répandaient dans l'hôtel pour examiner les préparatifs de la fête, rendons-nous chez le compositeur attardé.Adolphe Adam (1803-1856)
Bonne tout au plus à étrangler une vieille femme dans son lit ou à administrer un coup de couteau à quelque pochard attardé !...Paul Mahalin (1838-1899)
Un promeneur, attardé dans l'arène, fut effleuré par les cornes au moment où il franchissait la barrière.Jean Aicard (1848-1921)
Comme un cri d'oiseau attardé, on entendit, dans la direction du moulin, mais venant des collines lointaines où les rayons du jour se mouraient, le sifflet du chemin de fer.René Boylesve (1867-1926)
Tout cela m'a attardé ; je vous croyais couchés depuis longtemps et bien tranquilles sur mon compte.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Il y a aussi pour lui une résidence moyenne qui est celle des lumières victorieuses qu'il peut encore atteindre, après s'être attardé dans le monde inférieur.Bernard Carra de Vaux (1867-1953)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020