boniment

définitions

boniment ​​​ nom masculin

Propos débité pour convaincre et attirer la clientèle. Le boniment d'un camelot (➙ bonimenter).
familier Propos mensonger. ➙ familier baratin, bobard. Raconter des boniments. C'est du boniment.

synonymes

boniment nom masculin

mensonge, bavardage, baratin (familier), blabla (familier), blague (familier), bobard (familier), plat (familier), bourre-mou (familier, vieilli)

battage, matraquage, baratin (familier)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Bref un petit boniment point maladroit, et rendu intéressant par la bonne figure sympathique et la situation cruelle du postulant.Louis Boussenard (1847-1910)
Mais il était clair que ce n'était là qu'un mot officiel, véritable promesse de boniment qu'on ne risque rien à faire d'abord, et qu'on tient après si on peut.Émile Gaboriau (1832-1873)
Le boniment blagueur de mon compagnon, peu obligeant pour moi dans sa familiarité gouailleuse, – mais comment s'en fâcher ?Paul Bourget (1852-1935)
Pour ma part, je ne l'avais jamais trouvé si gentil qu'au moment où il nous adressa cet effronté boniment.Paul Féval (1816-1887)
Il a fait son boniment, à tous les journaux du matin, et tout à l'heure il passera à la caisse et se fera reconnaître pour palper.Maurice Level (1875-1926)
Les terrasses des cafés s'encombrent à vue d'œil ; à tous ces gens attablés, des camelots viennent proposer le jouet du jour, en accompagnant leur boniment des facéties les plus originales.Alphonse Chabot (?-1921)
Elle riait en lui débitant, d'une voix gaie, son boniment, et, peu à peu, câline, elle s'était rapprochée.Georges Ohnet (1848-1918)
Il débiterait son petit boniment, il ajouterait quelques bonnes paroles qui ne signifieraient rien du tout, et ce serait une affaire embrochée.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Le boniment est tout simplement la fable destinée à donner à chaque tour d'escamotage l'apparence de la vérité.Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871)
Quelques-uns de mes lecteurs ne comprennent peut-être pas le sens du mot boniment ; je vais l'expliquer.Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871)
L'aimable opérateur, moitié en portugais, moitié en langue ticuna, leur débitait son boniment habituel sur le ton de la plus joyeuse humeur.Jules Verne (1828-1905)
Moi qui faisais le boniment au public devant notre baraque quand tu avalais des sabres dans les fêtes de banlieue.Eugène Chavette (1827-1902)
Alors, vous irez de porte en porte, de maison en maison, débitant à tous les habitants un petit boniment préparé à l'avance, quelque chose de simple et de bien compréhensible.Émile Gaboriau (1832-1873)
C'était une logodiarrhée intarissable, une menstrue d'anas et de calembredaines, un effroyable boniment de camelot marseillais.Fernand Kolney (1868-1930)
Ce fut avec ce petit boniment que le jeune attaché se présenta devant son ministre.Brada (1847-1938)
Ce fut au milieu du plus profond silence que fut accueilli le boniment ordinaire, annonçant l'heure de la représentation du lendemain.Jules Lermina (1839-1915)
Mais le vaniteux président, qui pensait à son boniment, ne voulait pas sacrifier la gloire aux joies de la famille : sa renommée avant tout, et son discours avant sa fille !Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Quant à ceux des spectateurs qui, alléchés par le boniment du montreur de marionnettes, voulaient voir sans payer, ils se bornèrent à détourner la tête.Jules Verne (1828-1905)
Or, j'en étais à peine arrivé au milieu de la première partie, que déjà deux de mes spectateurs subissaient l'influence soporifique du temps et de mon boniment.Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871)
Même le caractère industriel du portrait est tel que le critiquer semblerait un boniment commercial pour cette branche de commerce qui rapporte, en plus de l'or, de la considération.Joséphin Péladan (1859-1918)
Afficher toutRéduire