boucher

 

définitions

boucher ​​​ verbe transitif

Fermer (une ouverture, un trou, un récipient…). Boucher une bouteille (➙ bouchon, capsule). —  Se boucher le nez (en le pinçant), pour ne pas sentir une odeur. —  Se boucher les yeux, les oreilles, refuser de voir, d'entendre.
Obstruer (un passage, une porte…). ➙ barrer. Ce mur bouche la vue.
familier En boucher un coin à qqn, le rendre muet d'étonnement.

boucher ​​​ , bouchère ​​​ nom

Commerçant(e) qui prépare et vend la viande. Acheter un gigot chez le boucher.
au figuré Personne cruelle et sanguinaire.
Général(e) peu économe de la vie de ses troupes.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je bouche

tu bouches

il bouche / elle bouche

nous bouchons

vous bouchez

ils bouchent / elles bouchent

imparfait

je bouchais

tu bouchais

il bouchait / elle bouchait

nous bouchions

vous bouchiez

ils bouchaient / elles bouchaient

passé simple

je bouchai

tu bouchas

il boucha / elle boucha

nous bouchâmes

vous bouchâtes

ils bouchèrent / elles bouchèrent

futur simple

je boucherai

tu boucheras

il bouchera / elle bouchera

nous boucherons

vous boucherez

ils boucheront / elles boucheront

 

synonymes

boucher, bouchère nom

chevillard, étalier (vieilli), loucherbem (argot), louchébème (argot)

se boucher verbe pronominal

s'engorger

[ciel] se couvrir, s'assombrir, s'obscurcir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les hommes politiques européens n'ont pas à s'exprimer sur le nombre de carreaux sur le mur du boucher du coin.Europarl
Mais le monde a beau hurler et se boucher les oreilles, nous forcerons le monde à entendre ces voix.Romain Rolland (1866-1944)
Je pris donc place dans cette enceinte muette, sans que même un honnête boucher se trouvât derrière moi, escorté de quelque bonne exclamation admirative.Jules Janin (1804-1874)
Un djanni se présentait, emmenait les innocents, comme le boucher emporte les veaux dans sa carriole...Élie Reclus (1827-1904)
Un plan de sauvetage de la filière bovine du producteur au boucher détaillant est devenu, au fil des jours, une absolue nécessité.Europarl
Ce fort, sans boucher le passage, puisqu'il était situé dans une plaine, gênait les communications, la grande route passant sur ses glacis.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Une dizaine de maisons rangées le long de cette voie unique abritaient les commerçants de l'endroit, le boucher, l'épicier, le menuisier, le cafetier, le savetier et le boulanger.Guy de Maupassant (1850-1893)
Ils viennent d'un boucher et éleveur local, un de mes voisins, dont les affaires ne reprendront probablement pas d'ici la fin de la semaine.Europarl
Le boucher lui-même respectait ce lieu de mystère, et cessait de siffler quand il mettait la main sur la sonnette.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Le boucher ne manque jamais un jour de venir à une heure fixe, crier butcher !Marquise de La Tour du Pin Gouvernet (1770-1853)
Tout fuyait devant l'animal furieux, qui venait d'éventrer un boucher, lequel avait eu l'audace de l'attendre une masse à la main.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
La mère se leva bien vite et s'alla poster devant sa lucarne pour la boucher.Victor Hugo (1802-1885)
Il prend une partie pour payer au fermier sa laine, une autre pour payer au marchand de guenilles ses chiffons, ou au boucher ses cuirs.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
C'est drôle si j'avais eu de quoi, c'est un état que j'aurais tout de même bien aimé, que celui de boucher !Eugène Sue (1804-1857)
J'ai relégué pieusement dans le second les momies et les os poudreux de nos sachems : ce dernier, j'en ai fait boucher, – sans doute pour jamais, – l'ouverture funéraire.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Ancien garçon boucher que le recrutement avait, jadis, ramassé en un jour d'ivresse, il était sergent lorsque la révolution avait éclaté.Eugène Chavette (1827-1902)
Si tu ne veux pas savoir, papa, il est encore temps de te boucher les oreilles.Paul Féval (1816-1887)
J'ai été obligée de me boucher le nez comme je pouvais pendant tout le dîner, je n'ai osé respirer qu'au gruyère !Marcel Proust (1871-1922)
Toutefois sans l'effort que j'avais fait pour me procurer une cheville qui pût boucher ma futaille, elle m'aurait laissé périr.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Une fois les péniches vides, on travaille, pour les maintenir sur l'eau, à boucher vite les trous des boulets qu'elles ont reçus.Édouard Corbière (1793-1875)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BOUCHER, ERE » s. m. & f.

Marchand qui prepare & qui vend de la chair de boeuf, de vache, de veau & de mouton taillée en pieces. Les Marchands Bouchers sont tenus d'aller prendre & se faire adjuger leurs estaux à la Police, & là ils s'obligent de les tenir fournis pendant l'année. Estalier Boucher, est un compagnon qui vend la chair dans l'estal. Menage aprés Turnebe derive ce mot de buccarius, qui a été fait de bucca, à cause qu'il tranche les viandes pour la bouche.
 
BOUCHER, se dit odieusement d'un Chirurgien qui taille & coupe rudement & ignoramment les membres qu'on luy donne à penser. On le dit aussi des gens cruels qui se plaisent à verser le sang humain.

Définition de « BOUCHER » v. act.

Fermer tous les passages, fentes & ouvertures par où l'air peut entrer en quelque lieu. Cette chambre est bien bouchée de tous costés, il y fera bon l'hiver.
 
BOUCHER, se dit aussi d'un trou particulier qu'on remplit, qu'on estouppe. On condamne à boucher les veuës qu'on a sur le voisin, quand on n'a point de titre pour cela. On dit en ce sens, Boucher un ayvier, boucher une bouteille.
 
BOUCHER, signifie aussi, Occuper les avenuës, ou les passages, pour empêcher qu'il n'entre rien dans une ville, dans un camp, ou que les ennemis n'entrent dans un pays.
 
BOUCHER, se dit aussi des fluxions, des obstructions. L'apoplexie est mortelle, parce qu'elle bouche tous les passages de la respiration.
 
On dit encore, Se boucher les yeux, pour dire, Ne vouloir pas voir, ou faire semblant de ne pas voir, dissimuler quelque chose ; &, Se boucher les oreilles, pour dire, Ne vouloir pas écouter les plaintes, les remontrances.
 
On dit figurément, qu'un homme a bouché un trou, quand il a acquitté quelque dette, en attendant qu'il acquitte les autres.
 
On dit proverbialement, Boucher la bouteille, pour dire, Prendre un morceau de pain aprés avoir bû, de peur de sentir le vin.
 
BOUCHÉ, ÉE. part. & adj. On ordonne des lavements à ceux qui ont le ventre bouché.
 
On dit figurément, qu'un homme a l'esprit bouché, quand il est peu intelligent, quand il a la conception dure & tardive.
Le mot du jour Vacances Vacances

Les vacances correspondent à une période où il est loisible de vaquer à ses occupations. Scolaires, elles vident les écoles de leurs élèves, les laissant tout à leur joie d’habiter des étendues de liberté. Les vacances sont, par définition, vacantes, soit vides et libres, propices aux petits et aux grands riens qui font tout.

Aurore Vincenti 17/02/2020