barrer

 

définitions

barrer ​​​ verbe transitif

Fermer (une voie). ➙ boucher, couper, obstruer. Barrer une rue. —  Des rochers nous barraient la route. —  locution Barrer le passage, la route à qqn, l'empêcher de passer ; au figuré lui faire obstacle. ➙ faire barrage.
Tenir la barre de (une embarcation). Barrer un voilier. —  sans complément Il barre bien, mal.
Marquer d'une ou de plusieurs barres. Barrer un t. —  au figuré Une mèche de cheveux lui barre le front.
Annuler au moyen d'une barre. ➙ biffer, rayer. Barrer une phrase.

barrer ​​​ verbe

verbe intransitif argot Partir, filer.
Se barrer verbe pronominal familier (même sens). Barrez-vous ! ➙ se tirer.
locution, familier Être mal barré : être mal parti, commencer mal.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je barre

tu barres

il barre / elle barre

nous barrons

vous barrez

ils barrent / elles barrent

imparfait

je barrais

tu barrais

il barrait / elle barrait

nous barrions

vous barriez

ils barraient / elles barraient

passé simple

je barrai

tu barras

il barra / elle barra

nous barrâmes

vous barrâtes

ils barrèrent / elles barrèrent

futur simple

je barrerai

tu barreras

il barrera / elle barrera

nous barrerons

vous barrerez

ils barreront / elles barreront

actif

indicatif

présent

je barre

tu barres

il barre / elle barre

nous barrons

vous barrez

ils barrent / elles barrent

imparfait

je barrais

tu barrais

il barrait / elle barrait

nous barrions

vous barriez

ils barraient / elles barraient

passé simple

je barrai

tu barras

il barra / elle barra

nous barrâmes

vous barrâtes

ils barrèrent / elles barrèrent

futur simple

je barrerai

tu barreras

il barrera / elle barrera

nous barrerons

vous barrerez

ils barreront / elles barreront

 

synonymes

barrer se verbe pronominal

partir, décamper, décaniller (familier), ficher, foutre le camp (familier), se casser (familier), se tirer (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ils marchaient en colonne et sur deux rangs, de manière à barrer la route, afin que personne ne passât sans marcher en ordre.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Après quelques moments de repos, il commence à gravir la colline : une panthère à peau tigrée vient lui barrer le chemin.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Pour rassurer certains, les conservateurs ne sont pas les seuls à barrer la route au bon sens et à l'enthousiasme lorsqu'il s'agit de lutter pour l'emploi.Europarl
On veut lui barrer le passage, mais il fauche les têtes et les membres autour de lui.Judith Gautier (1845-1917)
C'est comme si nous avions notre bateau du tourisme sillonnant les mers sans personne sur le pont pour le barrer ou le contrôler.Europarl
Ces lascars mal vus, et secrètement désavoués, parvinrent à barrer la cité malgré ses citoyens.Edmond Lepelletier (1846-1913)
Quelques-uns, cependant, à la vue de son blanc visage, faisaient le geste de lui barrer le chemin, et, l'œil chargé d'éclairs, s'interrogeaient.Hector France (1837-1908)
Ni la fortification des frontières, ni les mesures de répression policière peuvent barrer le chemin de ceux qui revendiquent une part de la prospérité dont nous profitons tous.Europarl
Je voudrais souligner en particulier le problème des fortes concentrations dans le secteur de la distribution alimentaire, qui ont pour effet de barrer l'accès au marché à la sous-traitance.Europarl
Richelieu, offusqué d'une ambition si peu justifiée, montra clairement au favori, par ses paroles et par ses actes, qu'il était décidé à lui barrer le chemin.Hyacinthe Corne (1802-1887)
Tandis qu'une telle cause rencontrait de si grands talents, l'opposition, née indifférente ou sceptique, n'avait rien pour lui barrer le passage que des négations stériles ou un rationalisme glacé.Alexandre Vinet (1797-1847)
Je ne négligeai rien pour lui barrer le passage ; mais, malgré mes espérances, je n'y pus parvenir.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Leur audace oblige à des mesures de rigueur ; des ordres sont donnés pour leur barrer la route.Ernest Daudet (1837-1921)
Vainement quelques gardes municipaux, qu'un commissaire de police est allé chercher en toute hâte au poste voisin, essayent-ils de barrer le pont ; ils sont emportés en un instant.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
L'aspirant se met en devoir de barrer le chemin au fugitif qui court vers lui.Édouard Corbière (1793-1875)
Ceux qui étaient avec notre chevalier ne les eurent pas plus tôt aperçus, qu'ils s'empressèrent de s'éloigner du chemin, jugeant qu'il y avait danger à barrer le passage.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Pour arrêter l'ennemi, il suffit de barrer l'unique chemin de la crête, et de fermer la porte massive qui bouche l'entrée de thadderth.Joseph Vilbort (1829-1911)
Tout à coup, à un détour de la route, deux cavaliers apparurent et se postèrent au milieu du chemin, de manière à barrer le passage.Paul Féval (1816-1887)
À son avis, un homme résolu pouvait barrer le passage pendant quelques minutes, jusqu'au moment où les assaillants se feraient jour par quelque autre endroit et le prendraient par derrière.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Aussi la municipalité a-t-elle donné l'ordre de fermer les grilles de la ville, puis de barrer l'entrée des deux ports et des postes de douane du littoral.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BARRER » v. act.

Mettre une ou plusieurs barres. Barrer des fenestres, des portes. Barrer un tonneau, un luth, une guitarre. Ce mot vient du Latin varare, signifiant la même chose.
 
BARRER, signifie aussi, Fermer ; & se dit des ports & des passages. Un port est barré, quand on en empêche l'entrée, soit par des deffenses publiques, soit en le bouchant avec des pieux, des navires ou du canon, soit enfin quand on l'assiege avec une armée navale. On barre les passages, lors qu'on les garde, & qu'on s'y retranche.
 
BARRER, se dit encore des lignes & ratures qu'on fait sur un acte pour en annuller les clauses, ou même toute la substance, quand on barre les signatures.
 
BARRER les veines d'un cheval, est une operation qu'on fait sur ses veines pour arrester le cours des mauvaises humeurs qui s'y jettent. On ouvre le cuir, on degage la veine, on la lie dessus & dessous, & on la couppe entre les deux ligatures.
 
BARRÉ, ÉE. part. & adj.
 
On appelle en Medecine l'Os barré, l'os pubis, ou du penil, qui s'ouvre, selon quelques-uns, lors que les femmes accouchent.
 
On appelloit autrefois les Carmes, les Freres barrez, & dans les vieux titres birrati, radiati & stragulati, à cause qu'ils portoient des habits barrez de diverses couleurs. En l'an 1279. le Pape Martin changea leur nom & leur habit, les appella Carmes, & leur donna des manteaux blancs.
Les mots croisés du Robert Vins et vendanges Vins et vendanges

Jouez avec les mots du vin, et savourez cette grille de saison !

27/09/2020