cabrer

 

définitions

cabrer ​​​ verbe

Se cabrer verbe pronominal
(animaux) Se dresser sur les pattes de derrière. —  au participe passé Un cheval cabré.
au figuré (personnes) Se révolter. ➙ se braquer, se buter.
verbe transitif
Faire se dresser (un animal). Cabrer son cheval.
Cabrer un avion, en redresser l'avant.
au figuré Inciter à s'opposer à (qqn). On l'a cabré contre sa mère.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je cabre

tu cabres

il cabre / elle cabre

nous cabrons

vous cabrez

ils cabrent / elles cabrent

imparfait

je cabrais

tu cabrais

il cabrait / elle cabrait

nous cabrions

vous cabriez

ils cabraient / elles cabraient

passé simple

je cabrai

tu cabras

il cabra / elle cabra

nous cabrâmes

vous cabrâtes

ils cabrèrent / elles cabrèrent

futur simple

je cabrerai

tu cabreras

il cabrera / elle cabrera

nous cabrerons

vous cabrerez

ils cabreront / elles cabreront

 

synonymes

cabrer verbe transitif

braquer, buter

se cabrer verbe pronominal

se braquer, se buter, se révolter, se rebiffer (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et, parmi tout ce désordre enragé, les bêtes, effrayées, de braire, de hennir, de se cabrer.Ferdinand Fabre (1827-1898)
Il faisait cabrer son cheval anglais et saluait l'assistance avec la pointe de l'espadon.Edmond About (1828-1885)
Des cavaliers apparaissent, menaçants, le sabre au poing, faisant cabrer leurs chevaux, dont les ruades rejettent les promeneurs de la chaussée sur les trottoirs.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Macin, homme susceptible, est tenté de se cabrer.Michel Corday (1869-1937)
Quand ils ont donné cent louis par mois, ils se croient quittes et regardent défiler à la douzaine des toilettes à faire cabrer des chevaux de fiacre.Émile Gaboriau (1832-1873)
Au lieu de se cabrer, il fit un souriant salut.Paul Féval (1816-1887)
Réunissant les rênes, elle appuya vigoureusement les éperons aux flancs de l'animal, qui hennit de douleur, le fit cabrer et le lança en avant avec une rapidité vertigineuse.Gustave Aimard (1818-1883)
Il s'interrompit : si vif était le souvenir qui traversait son esprit, qu'il tira sur les rênes à faire cabrer son cheval.Émile Gaboriau (1832-1873)
Tristes rosses aux flancs haletants, n'avez-vous jamais songé à vous cabrer sous le fouet brutal du cocher exaspéré par l'appât d'un pourboire ?Émile Gaboriau (1832-1873)
Plusieurs chevaux furent blessés et commencèrent à se cabrer et à ruer.Adolphe Retté (1863-1930)
Meg était un poulain ombrageux qu'un mot ou un geste faisait cabrer.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Un peu scandalisée, heureuse et amusée, elle avait des velléités de se cabrer contre cette invasion ; mais l'envahisseur était si adorable !...Romain Rolland (1866-1944)
Il chancelait sur son cheval, et, se renversant en arrière, soutenait son gros corps sur les rênes et faisait cabrer le pauvre animal, qui n'en pouvait plus.Alfred de Vigny (1797-1863)
Par moments, son ancien esprit critique faisait mine de se cabrer ; mais le doute était repoussé aussitôt comme quelque chose de honteux.Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), traduction Georges Hérelle (1848-1935)
Mais ils sentirent les chevaux se cabrer, puis éprouvèrent une violente secousse.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Horace trouva la leçon de mauvais goût, et, pour prouver qu'il la méprisait, il fit cabrer son cheval avec rage.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CABRER » v. n.

Terme de Manege, qui se dit des chevaux qui se levent & dressent sur les pieds de derriere en état de se renverser, quand on leur tire trop la bride, ou quand ils sont vicieux ou fougueux.
 
CABRER, se dit figurément des hommes qui s'offencent ou se mettent en colere de quelque chose qu'on leur dit dont ils se tiennent choqués. C'est un fantasque qui se cabre aisément & sans sujet. Ce mot vient de chevre, parce qu'elle a coustume de se dresser & de sauter.
Podcasts Relaxez-vous avec Robert : La lettre B Relaxez-vous avec Robert : La lettre B

Découvrez les bienfaits du bien-être et de la béatitude avec les mots en B du Grand Robert.

20/02/2020