causeur

 

définitions

causeur ​​​ , causeuse ​​​ nom

Un brillant causeur : une personne qui parle bien, avec aisance.
 

synonymes

causeur, causeuse

adjectif

loquace, bavard, causant (familier), disert (littéraire)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Un grand causeur, comme on me l'avait dit, remuant les idées par le haut, avec un flux qui va toujours....Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Anéanti sur le premier moment, il n'avait pas tardé à réagir, et, le vendredi et le samedi, il s'était montré tranquille et plein de confiance, causeur et presque gai.Émile Gaboriau (1832-1873)
Savez-vous ce qui fait qu'un homme est un critique sérieux, c'est-à-dire quelque chose de plus qu'un agréable causeur ?George Sand (1804-1876)
Qu'elle doit être heureuse d'avoir mérité les faveurs et les exubérances d'un tel causeur, d'un esprit si fertile !Hector Bernier (1886-1947)
Il eut bientôt repris toute sa bonne humeur, et se sentit redevenir causeur et communicatif.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Le premier causeur qui traverse la salle de danse est bien vite saisi au passage, elles l'attrapent au vol ; elles s'ennuient tant !...Delphine de Girardin (1804-1855)
Non, mon cher, vous n'êtes pas un critique ; vous seriez tout au plus un causeur, si vous aviez su mener côte à côte vos défauts et vos qualités.Armand de Pontmartin (1811-1890)
Il était peu causeur, élégant sans recherche, et d'une modestie étonnante, ce qui ne l'empêchait pas d'être plus hardi et plus sûr de soi que personne.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Je ne dirai rien de la réputation d'esprit lourd et de causeur ridicule qu'on lui avait faite de son temps et qui s'est perpétuée jusqu'à nous.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Il s'est montré causeur, fin, délicat, ténu, argutieux presque, et parlant des choses, avec le tour d'une pensée qui a cessé d'être française et qui s'est faite italienne.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Un causeur, où dans la divagation loquace de la parole, une expression de peintre ou d'observateur, vous repince l'attention, et vous rengrène dans sa conversation.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Robert, très communicatif en apparence, causeur plein de verve et souvent plein d'esprit, s'était toujours montré d'une extrême réserve sur tout ce qui concernait sa famille.René Bazin (1853-1932)
Le guide, peu causeur de sa nature, gardait toujours la tête de la petite troupe, observant la campagne dans un rayon dont l'épaisse poussière diminuait singulièrement l'étendue.Jules Verne (1828-1905)
Il continua donc à s'effacer, s'interdisant les manières d'enfant gâté qu'il avait parfois, se posant en écouteur plutôt qu'en causeur, et réservé comme un secrétaire d'ambassade de la vieille école.Paul Bourget (1852-1935)
Nulle concession d'homme de théâtre ou de romancier de feuilleton n'est comparable à celle du causeur de profession.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Hugues Rebell (1867-1905)
Il dissertait sur les généralités, le verbe aisé, alerte, causeur de salon et de dîner, habitué à la faveur de ceux qui l'entourent.Marcel Prévost (1862-1941)
Le major ne s'aperçut pas, tant il était absorbé lui-même, du silence que gardait l'enfant ordinairement assez causeur.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Sa gloire, quoiqu'il ait eu, à un moment, un certain talent, sa gloire sera celle d'un agréable et loquace causeur.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
En dépit de sa liberté d'esprit de lettré, il a toujours sacrifié, et servilement souvent, à la considération du nom de l'écrivain, de l'historien, de l'orateur, du causeur même.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
C'était un enfant très-causeur et très-moqueur, vif comme un papillon, curieux comme un rouge-gorge et noir comme un grelet.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CAUSEUR, EUSE » adj. & substantif.

Qui parle trop, ou indiscrettement, qui descouvre les secrets d'autruy, & les siens.
 
On le dit aussi des hableurs, qui promettent beaucoup, & qui tiennent peu. Il ne vous faut pas fier à luy, ce n'est qu'un causeur.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010 Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010

Les mots qui apparaissent ou se répandent à une période donnée sont toujours le reflet de l’esprit de cette époque et des mutations de la société. Sans surprise, ceux de la décennie qui vient de s’achever concernent avant tout les technologies numériques, mais aussi la vie quotidienne, l’économie et la politique. Voici une rétrospective des années 2010 à travers le top des néologismes qui nous ont le plus marqués.

Édouard Trouillez 11/05/2020