compagnon

définitions

compagnon ​​​ nom masculin

Personne qui partage la vie, les occupations d'autres personnes (par rapport à elles). ➙ camarade. Compagnon d'études (➙ condisciple), de travail (➙ collègue), de voyage. Compagnon d'infortune. —  spécialement ➙ amant, ami, concubin ; correspond au féminin compagne. —  Politique Compagnon de route (d'un parti) : sympathisant actif.
Personne qui a terminé son apprentissage et n'est pas encore maître, dans certaines corporations d'artisans. Les compagnons du Tour de France.Au féminin, on dit un compagnon, plus rarement une compagnonne.

synonymes

compagnon nom masculin

concubin, (petit) ami, (petit) copain (familier), jules (familier), mec (familier), chum (familier, Québec)

camarade, copain (familier), chum (familier, Québec)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'ai la confiance que je n'offense pas le compagnon de ma jeunesse, en faisant à son jugement éclairé et discret une semblable proposition.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Mais là, un compagnon de route m'arracha à mes réflexions pour me rejeter dans la réalité.Hector Malot (1830-1907)
C'était étonnant à quel point cette jeune personne arrivait peu à peu à prendre des airs de propriétaire à l'égard de son gigantesque compagnon.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Les blessures au ventre sont très douloureuses ; mais celle de mon compagnon n'était pas des plus graves.Amédée Delorme (1850-1936)
Nous essayons d'appréhender l'écosphère de l'existence humaine non comme un objet à contrôler mais comme un compagnon de lutte sur la voie de la croissance et de l'amélioration.Europarl
Celui qui marchait le premier, et derrière lequel son compagnon semblait décidé à s'effacer entièrement, était petit, et d'une figure assez maussade.George Sand (1804-1876)
Il cherche son compagnon, supposai-je ; mais puisqu'il a suivi le même passage, il a trouvé le corps du défunt, et doit savoir à quoi s'en tenir.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Le premier dont ils se saisirent était un matelot anglais, un hardi et solide compagnon.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Ce n'était qu'avec peine que je pouvais consentir à admettre l'identité de l'homme placé en face de moi avec le compagnon de mes premières années.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Ce compagnon de route appartenait à l'espèce des trembleurs, et, emporté par ses craintes, il me représenta cette insurrection comme formidable.Hector Malot (1830-1907)
Pour ingénieuses qu'elles pussent paraître, ses déductions relatives à son compagnon de voyage n'étaient en somme que des hypothèses.Jules Verne (1828-1905)
Ne sachant s'il devait avancer, il montra du doigt à son compagnon l'objet qui l'inquiétait.James Fenimore Cooper (1789-1851), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Sol montra une légère surprise quand je le choisis pour compagnon, mais il accepta avec un sourire de gratitude.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Duncan, comme on peut le voir par ce que lui disait son compagnon, s'empressait d'exécuter ses ordres.James Fenimore Cooper (1789-1851), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Là encore, cependant, tandis qu'il s'ouvrait une voie à travers les branches, le voyageur perdit son compagnon.Charles Dickens (1812-1870), traduction Amédée Pichot (1795-1877)
Je veux être mon unique voisin et mon unique compagnon, passer ma vie tout seul et mourir tout seul.Johann Georg Zimmermann (1728-1795), traduction Xavier Marmier (1809-1892)
Tandis que celle-ci passait de rang en rang, sa main traînant dans la main de son compagnon, les yeux naturellement se fixaient sur elle.Marcel Prévost (1862-1941)
Il suivit, d'un regard plus ouvert et plus doux, les mouvements de son compagnon dans la chambre.Charles Dickens (1812-1870) et Wilkie Collins (1824-1889), traduction Mme Judith (1827-1912)
Un rire farouche de toute la troupe montra combien elle goûtait les pieuses plaisanteries du compagnon.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Son compagnon fut moins impassible ; il s'approcha, alléché par une poignée de grains mêlés de sel que mon fils lui tendait.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COMPAGNON » s. m.

Qui est interessé dans la même fortune. Les adventures d'Ulysse & de ses compagnons sont descrites dans l'Odyssée d'Homere. Les Capitaines disent à leurs soldats pour les inviter à les suivre en quelque expedition, Courage, compagnons. Ce mot, à ce que dit Henry Estienne, vient d'un vieux mot Gaulois benna, qui estoit une espece de chariot dont parle Festus. Ceux qui étoient ensemble dans ce même chariot s'appelloient combennons, quasi in eâdem bennâ sedentes ; & depuis par le changement assez ordinaire du b en p, on a dit compennons ; ensuitte on a dit compaignons, & à la fin compagnons. Nicod & Menage aprés Pasquier le derivent de compain, comme qui diroit qui mange de même pain, qui se dit encore en langage Picard. Quelques-uns l'ont derivé de compaganus. Il y a plus d'apparence qu'il vient de compagnun, vieux mot Celtique ou Bas-Breton qui signifie la même chose.
 
COMPAGNON, se dit aussi d'un ancien ami, confident, familier. Les compagnons d'escole sont les amis qui durent le plus long-temps. Les compagnons de débauche ne sont amis que dans la fureur de la jeunesse. On appelloit autrefois compagnons d'armes, les Chevaliers qui se promettoient reciproquement de se secourir, & de ne se point quitter en toutes occasions.
 
COMPAGNON, signifie aussi, Celuy qui est dans une même charge, & sur tout quand il n'y en a que deux de même nature. Diocletien avoit Maximilien pour son compagnon, son associé à l'Empire. On dit des Consuls, Jurats, Presidents en même Chambre, que ce sont des compagnons d'office. On le dit aussi des Offices de nouvelle creation, de même nature. On a donné des compagnons à ces Officiers, on a creé des alternatifs & triennaux.
 
COMPAGNON, se dit aussi des Religieux qui habitent, ou qui marchent ensemble. Un Moine ne doit point sortir de son Couvent sans que son Superieur luy donne un compagnon. Quand on nomme un Prieur Regulier à un Benefice dependant d'un Ordre, on luy donne un ou plusieurs compagnons pour habiter avec luy.
 
On dit en Medecine, que le lait ne veut point de compagnon, pour dire, que quand on ordonne le lait par medecine à un malade, il ne faut point luy donner d'autre aliment. On dit aussi en Morale, que l'ambition & l'amour ne veulent point de compagnon.
 
On appelle sur mer les Mariniers de l'équipage compagnons, qui doivent estre au dessus de 17. ans, & au dessous de 50.
 
COMPAGNON, signifie aussi un garçon qui a fait son apprentissage en quelque mestier, & qui n'ayant pas moyen de se faire passer Maistre, va servir & travailler chez les autres. C'est un Compagnon Tailleur, Mareschal, Rharpentier, &c.
 
On appelle compagnons de riviere, ceux qui travaillent sur les ports à descharger & à serrer les marchandises, comme les Forts qui sont establis au port St. Paul.
 
COMPAGNON, est aussi une épithete ou qualité qu'on donne sur tout aux jeunes gens en differentes occasions. Ce soldat est un brave, un hardi compagnon. ce Financier étoit il y a dix ans un pauvre gueux, un fort petit compagnon. ce débauché est un gaillard, un bon compagnon, qui aime la joye. On dit aussi, Deffiez-vous de cet homme-là, c'est un dangereux compagnon, un estrange compagnon. On dit aussi, qu'un homme fait le compagnon, lors qu'il est glorieux, insolent, qu'il parle ou agit autrement que ne souffre sa condition. Il ne veut pas qu'on le traitte de pair à compagnon. Qui a compagnon, a maistre. On dit aussi, qu'un homme se bat en duël à despeche compagnon, pour dire, à outrance, & à qui aura plûtost tué son homme. On le dit aussi des goinfres qui font un deffi à qui mangera avec le plus d'avidité.
Vidéos "Figurez-vous", épisode 2 "Figurez-vous", épisode 2

Ce mois-ci, Julien Barret nous dit tout sur la question oratoire, ou question rhétorique. Ne seriez-vous pas en train d'acquérir une technique...

Julien Barret 26/05/2021