coquetterie

définitions

coquetterie ​​​ nom féminin

Souci de plaire en attirant l'attention ; comportement qui en résulte.
Légère affectation. Son refus, c'est de la coquetterie.
locution, familier Avoir une coquetterie dans l'œil : loucher légèrement.
Goût de la toilette, souci d'élégance.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais, chez elle, la coquetterie n'était pas une passion inerte ; c'était, au contraire, un feu qui cherchait des aliments et qui les trouvait.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Avait-il les cheveux plats, ou bien crépus, à moins qu'il ne poussât la coquetterie jusqu'à se faire friser ?Gustave Flaubert (1821-1880)
Elle mit une sorte de coquetterie à obtenir de la docilité de l'animal des résultats qu'elle n'avait jamais obtenus jusque-là.Oscar Méténier (1859-1913)
Je n'ai pas dit mauvais goût, je dis coquetterie, démangeaison de toujours plaire, avec détours, manœuvres et ressources un peu empruntées pour y atteindre.Émile Faguet (1847-1916)
Mais, par une sorte de coquetterie civique, loin de chercher à se rajeunir, il aurait plus volontiers posé pour le patriarche.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Parfois, on comptait là une cinquantaine de fillettes, autant de garçons, tout un pensionnat turbulent, lâché dans les désirs de la coquetterie naissante.Émile Zola (1840-1902)
Elles sont souvent jolies, grandes et d'allure fière, mais négligées, sans toilette et sans coquetterie.Guy de Maupassant (1850-1893)
S'il y avait de la coquetterie dans cette action, elle était bien déguisée par un air d'indifférence.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Le ministre était toujours le même, bien peigné, bien frisé, bien parfumé, et, grâce à sa coquetterie, ne paraissait pas même son âge.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Mais elle était couchée, et, soit pudeur anglaise, soit coquetterie, elle refusa de le recevoir.George Sand (1804-1876)
Je n'ai vu d'elle que son portrait, qu'elle avait, comme toutes les vieilles femmes, la coquetterie d'étaler dans sa chambre à tous les regards.George Sand (1804-1876)
Elle était coquette, cependant, d'une coquetterie agressive et prudente qui ne s'avançait jamais trop loin.Guy de Maupassant (1850-1893)
Cependant elle plaisait et avait le désir de plaire : sa coquetterie était tout intellectuelle ; elle charmait à force de saillies, de naturel et de vivacité.Gustave de Beaumont (1802-1866)
J'étais, comme tu le serais encore, un officier ayant quelque coquetterie, un peu trop replet déjà, tout naturellement préoccupé de sa toilette, soucieux de plaire aux dames de la ville.Armand Silvestre (1837-1901)
Quel goût et quelle coquetterie dans l'arrangement de ces purs camélias et de ces cactus étincelants !George Sand (1804-1876)
C'est par coquetterie, et grâce à des jeux de mots, que je grossis nos légers points de contact.Maurice Barrès (1862-1923)
Mais elle se hâtait tellement, dans son émotion, qu'elle ne s'arrêta point à ces détails de coquetterie.Émile Zola (1840-1902)
Le pauvre garçon était trop inexpérimenté pour supposer que, dans une déclaration aussi formelle, il pût y avoir de la coquetterie.Alfred de Musset (1810-1857)
Rose, bien rassurée, et rendue aux doux instincts de la jeunesse, s'habilla lentement avec beaucoup de coquetterie.George Sand (1804-1876)
Autrefois, elle avait eu la coquetterie et le luxe des femmes pauvres, l'amour du linge.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COQUETERIE » s. f.

Affectation de plaire pour se faire aimer. On soupçonne aisément les femmes qui ont de la coqueterie, d'estre peu fidelles à leurs maris.