débandade

définitions

débandade ​​​ nom féminin

Fait de se disperser rapidement et en tous sens. ➙ débâcle, déroute, fuite. Ce fut la débandade générale.
À la débandade locution adverbiale : dans la confusion. Tout va à la débandade (→ à vau-l'eau).

synonymes

débandade nom féminin

dispersion, fuite, retraite

débâcle, débandement (vieux, Militaire)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Puis, la porte battait pendant un quart d'heure, tous les petits bonnichons de fleuristes entraient à la débandade, suantes, décoiffées.Émile Zola (1840-1902)
Mais il y eut un frémissement, midi sonnait, le jury faisait son entrée, s'installait à son banc, dans une débandade de troupeau.Émile Zola (1840-1902)
La fantaisie y tient lieu de science, les scènes s'en vont à la débandade dans le pays du bleu, la poésie s'y moque des règles.Émile Zola (1840-1902)
On resta là un instant, balancés dans un lugubre désappointement, accumulés au bord de l'inconnu foudroyé, puis ce fut une débandade.Henri Barbusse (1873-1935)
Il regarda le péristyle se vider, les marches se couvrir de la lente débandade de tout ce monde échauffé et las.Émile Zola (1840-1902)
Les hordes en débandade mêlées aux troupes qui restaient ou à celles qui arrivaient encore de l'est ou du sud étaient dans un état d'exaspération indescriptible.Louis Dumure (1860-1933)
Ce coin tranquille, où le soleil se couchait si heureusement, devenait criard, abandonné, empli de la débandade des enfants, des méchantes humeurs du père, des lassitudes indifférentes de la mère.Émile Zola (1840-1902)
On fumait, une lente vapeur bleue s'exhalait au-dessus de la débandade des nappes, tachées de vin, encombrées de vaisselle grasse.Émile Zola (1840-1902)
Il fait chaud et on manque d'air, dans ces ruines où nous marchons à la débandade, perdant de vue plus d'une fois nos bêtes entêtées qui ne veulent pas suivre.Pierre Loti (1850-1923)
Leur manière de combattre consistait à faire feu sur nos colonnes en marche, puis à se jeter à la débandade dans le fond des vallées.Adolphe Thiers (1797-1877)
Je le trouvai fort troublé ; il avait eu sous les yeux la débandade des troupes et me la raconta en détail.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Au bout de la première heure de marche, toute une débandade traînait le pied, s'allongeait, attardée comme à plaisir.Émile Zola (1840-1902)
La préoccupation de rallier le régiment avait tout primé dans notre esprit depuis trente-six heures que la débandade s'était produite.Amédée Delorme (1850-1936)
Ils voulaient se battre, se faire casser la tête, plutôt que de continuer à fuir ainsi à la débandade, sans savoir où, ni pourquoi.Émile Zola (1840-1902)
Maintenant, il l'abandonnait, on ne voyait plus, à l'étalage, qu'une débandade pitoyable de parapluies mangés par l'air et de cannes noires de gaz.Émile Zola (1840-1902)
Ses sévérités et ses indulgences exagérées ne sont que les résultats de la débandade, du manque de méthode dans lequel elle vit.Émile Zola (1840-1902)
Ils n'avaient qu'une passion, jeter par terre la formule tragique qui les gênait, la foudroyer à grand bruit, dans une débandade de toutes les audaces.Émile Zola (1840-1902)
Ces pauvres gens étaient partis à la débandade, à pied pour la plupart, réduits à solliciter la charité des paysans.Ernest Daudet (1837-1921)
En quelques jours, le canot fut roulé par le courant dans la débandade des glaçons.Pierre Duchaussois (1878-1940)
Après l'incompréhensible débandade à laquelle j'assiste depuis hier soir, cela me remonte un peu le cœur.Alphonse Daudet (1840-1897)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEBANDADE » s. f.

qui ne se dit plus qu'adverbialement en ces phrases, Aller à la debandade, Vivre à la debandade, c'est à dire, à la maniere des soldats qui se debandent, qui vivent en libertinage & sans discipline.