débraillé

définitions

débraillé ​​​ , débraillée ​​​ adjectif et nom masculin

Dont les vêtements sont en désordre, ouverts. Être tout débraillé. —  Une tenue débraillée. ➙ négligé.
nom masculin Le débraillé de sa tenue. ➙ laisser-aller.
au figuré Une conversation débraillée, libre, sans retenue.

synonymes

débraillé, débraillée

adjectif

négligé, en désordre, dépoitraillé (familier)

libre, sans retenue

nom masculin

désordre, laisser-aller, liberté, négligé, débraillement (rare)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Marat, en cet état débraillé, représente le pauvre peuple, brusquement survenu, avec les livrées de la misère, au milieu des réjouissances des riches.Alphonse Esquiros (1812-1876)
Ils ont une fausse simplicité, une fausse grossièreté, un faux débraillé, une outrance bête, qui nous sont aujourd'hui insupportables.Jules Lemaître (1853-1914)
Au coin de cette voie, un fiacre couvert de poussière, un cocher débraillé et deux rosses étiques sommeillaient à qui mieux mieux.Paul Mahalin (1838-1899)
Le comte avait un grand air et des manières pleines d'aisance, où se mêlait par intervalles quelque chose de débraillé et de violent qui trahissait le gentilhomme déchu.Amédée Achard (1814-1875)
Un paysan japonais, joyeux et débraillé, assis, une jambe repliée sous lui, parmi les tortils d'une branche d'arbustes à fleurs.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Il l'attirait même chez lui, dans cet intérieur pudibond et d'un rigorisme glacial, où le débraillé de la jeune femme consternait les valets.Émile Zola (1840-1902)
Voyez-le, ce débraillé qui me toise et qui m'insulte, et moi cherchant en vain une parole, un geste, un mépris...Jules Janin (1804-1874)
Ils entrèrent l'un après l'autre, traînant leurs pieds nus en des savates claquantes, des pantoufles aux semelles silencieuses – la chevelure dépeignée, la chemise mal close, dans le débraillé matinal.Fernand Vandérem (1864-1939)
D'un côté les myosotis et, de l'autre, le paysan tout débraillé et bondissant du cabaret dans la rue !Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Bientôt je fus même intimement convaincu que c'était malgré lui que le luron débraillé excitait l'attention intense de cette hautaine promeneuse.Georges Eekhoud (1854-1927)
Après un furtif examen de ce pierrot débraillé, elle affecta longtemps de ne point lui prêter d'autre attention.Georges Eekhoud (1854-1927)
Vous le rencontrerez peut-être sur le boulevard ou dans un café, godaillant, débraillé, jouant au billard : il a l'air du plus grand flandrin...Honoré de Balzac (1799-1850)
Il portait l'élégant costume des chevau-légers du roi, un peu débraillé, un peu fané, mais relevé par un riche manteau de velours, jeté négligemment sur son épaule.Paul Féval (1816-1887)
Cependant j'irais avec ce visage défait, ces yeux égarés, ce col débraillé, ces cheveux ébouriffés, dans l'état vraiment tragique où vous voilà.Denis Diderot (1713-1784)
Ces libres et hardis propos de corps-de-garde, cette bonne humeur gouailleuse, ce ton cynique et débraillé, tout cela annonce bien un type cher à l'école romantique.Louis Maigron (1866-1954)
Très élégant maintenant, pincé dans des vêtements de coupe anglaise, il avait une tenue d'homme de cercle, relevée par la pointe de débraillé artiste qu'il gardait.Émile Zola (1840-1902)
Elle le plaisanta un instant, fine, intelligente, portant déjà sa fortune, dans le débraillé de sa jeunesse.Émile Zola (1840-1902)
Comme il l'avait fait remarquer lui-même, son costume n'était pas parfaitement soigné, ou plutôt il était d'un débraillé qui laissait supposer qu'il s'était couché tout habillé.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Et telle était la fascination, la terreur sourde de son grand corps débraillé, que, même lorsqu'il n'était pas là, personne n'osait risquer le moindre mot équivoque sur son compte.Émile Zola (1840-1902)
La négligence voulue du costume, l'adoption du langage et des habitudes populaires, le débraillé de l'époque, ont été flétris du nom de cynisme.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire