dérobé

 

définitions

dérobé ​​​ , dérobée ​​​ adjectif

Pris, volé. Objet dérobé.
Escalier dérobé, porte dérobée, qui permet de sortir d'une maison ou d'y entrer sans être vu. ➙ secret.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Tout l'être intime, dérobé, supérieur, de la jeune fille ne l'intéressait que médiocrement, échappait en définitive à la vision de son intelligence, à l'éloge de son admiration.Hector Bernier (1886-1947)
Par un degré dérobé, il entre dans la chambre du roi, qui lui tend les bras.Jules Michelet (1798-1874)
Comment, pauvre ange, ton père a dérobé sa fortune, tu le sais, et tu la gardes !Honoré de Balzac (1799-1850)
Hippolyte fut très ébranlé par un spectacle qu'on ne lui avait pas dérobé avec autant de soin qu'on l'avait fait pour moi.George Sand (1804-1876)
Je ne pense absolument pas m'être dérobé ; ma dernière remarque était, selon moi, particulièrement contraignante.Europarl
Cependant, chaque fois qu'il s'était agi pour lui de se montrer par des actes, il s'était aussitôt récusé et dérobé.Albert Vandal (1853-1910)
Après quoi, nous allâmes vers nos couches goûter un repos que nous n'avions point dérobé.Alphonse Allais (1854-1905)
Ce portrait que j'ai dérobé a nourri une passion qui doit encore être mon tourment.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction Victorine de Chastenay (1771-1855)
L'objet qu'il doit viser n'est point dérobé à sa vue, par la fumée du côté duquel il combat.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Jean Henri Castéra (1749-1838)
À ma manière de voir, posséder un droit acquis, c'est avoir dérobé quelque chose à quelqu'un.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il disoit que, pendant son mal, son neveu lui avoit dérobé cent lettres qu'il fit imprimer sans suite ni ordre.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
On y arrivait par un étroit sentier dérobé, perdu dans un fouillis de végétations sauvages, épaisses et repoussantes.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
On vous croyait occupée des positions des bâtiments, des embellissements dont vous faisiez l'éloge, quand vous étudiez très sérieusement les moyens de parvenir à l'escalier dérobé.Jacques Cazotte (1719-1792)
Lioura affermit dans sa main un couteau dérobé à son mari, et ses regards luttèrent d'intensité avec les ténèbres pour découvrir la place occupée par la jeune fille.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
On se demande si quelque chose de pareil ne nous arrive pas à nous-mêmes ; si peut-être tout un côté de l'évidence n'est pas dérobé aux penseurs de nos jours ?Charles Secrétan (1815-1895)
Quand on y entre, on entend, derrière les portes qui se referment, sur les marches de l'escalier dérobé, des frou-frou de soie et des craquements de bottines.Honoré de Balzac (1799-1850)
La gitanita, sans lui donner le temps de la réflexion, la saisit par le bras en riant et l'entraîna vers l'escalier dérobé.Paul Féval (1816-1887)
A la fin, pourtant, elle tressaille : un regard a tremblé sous le sien et s'est dérobé.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Mais alors vous, mes ennemis, vous m'avez dérobé mes nuits pour les transformer en insomnies pleines de tourments : hélas !Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Sa conscience n'était pas tranquille et lui reprochait de s'être trop promptement dérobé, après s'être trop inconsidérément avancé.Georges Ohnet (1848-1918)
Afficher toutRéduire
Les mots du bitume Daron Daron

n. m. : père. Dérivé : n. f. daronne

Aurore Vincenti 15/04/2020